Le dossier d’arrestation du député Atao Mohamed Hinnouho a été une fois encore évoqué hier à l’hémicycle. En effet, à la suite de la question d’actualité déposée à propos de la situation que vit leur collègue Atao Mohamed Hinnouho à la justice, les députés de la minorité parlementaire viennent de se faire entendre une fois de plus à l’Assemblée nationale.

A travers une déclaration lue à la tribune de l’hémicycle, le président du groupe parlementaire « La voix du peuple », l’honorable Garba Yaya, porte-parole de la minorité parlementaire a rappelé à l’assemblée, les fondements de notre démocratie et du préambule de la Constitution béninoise. Le député Garba Yaya explique que ces fondements tanguent, vacillent sous les violations répétées de la rupture, preuve palpable du cas de leur collègue Atao Mohamed Hinnouho. Profitant de cette opportunité, les députés de la minorité marquent ainsi leur désapprobation et leur indignation face à cette situation.

« Un élu de la Nation est victime d’arbitraire dans notre pays au vu et au su de tous. Nous sommes indignés parce qu’un député est victime d’injustice et rien ne laisse entrevoir que notre institution s’en émeut… » a déclaré l’honorable Garba Yaya.

Aussi, a-t-il précisé que le pouvoir judiciaire est gaillardement confisquer par l’exécutif en violation de notre Constitution et du code de procédure pénale. Toutefois, la minorité parlementaire félicite le bureau de l’Unamab qui a rappelé au gouvernement le principe constitutionnel de la séparation des pouvoirs qui constitue le socle de l’Etat de droit et de la démocratie. Aussi, a-t-elle déclaré qu’elle prend à témoin l’opinion publique de l’option de la vassalisation du pouvoir judiciaire.

Enfin, au regard de la posture adoptée par le garde des sceaux et le rôle que s’attèle à jouer le procureur de la République près le tribunal de première instance de Cotonou depuis l’ouverture de ce dossier, les députés de la minorité interpelle le gouvernement et la conscience citoyenne de tous les élus parlementaires et le bas peuple du Bénin à l’effet d’espérer que, suite aux contributions des uns et des autres et du président de l’Assemblée nationale, l’Etat de droit sera rétablit et que le député Atao Mohamed Hinnouho soit remis en liberté sans délais.

Voir les commentaires
Loading...

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom