Cosi-Bénin : Chadaré et les siens font un point des activités menées pour mieux rebondir

Cosi-Bénin : Chadaré et les siens font un point des activités menées pour mieux rebondir

La Confédération des organisations syndicales indépendantes du Bénin (Cosi-Bénin), a tenu hier mardi 1er mai 2018 à la Bourse du travail à Cotonou, son 35e Conseil syndical fédéral.

Bénin : Noël Chadaré invite les travailleurs à maintenir la lutte syndicale

Occasion pour le secrétaire général, Noël Chadaré, de faire le point de la crise sociale au Bénin et de présenter les rapports d’activités et financier du bureau exécutif exercice 2017, en vue d’amendements et d’adoption.

Le développement organisationnel et institutionnel d’une organisation, est subordonné à une vision claire de son avenir, de ses objectifs, de ses stratégies de ses actions, et du système d’évaluation efficace sur lequel s’appuie sa gestion. C’est convaincue par cela que la Confédération des organisations syndicales indépendantes du Bénin (Cosi-Bénin), s’efforce chaque année à procéder à l’évaluation de ses activités, afin d’apprécier le niveau d’impact tant aux plans national que déconcentré. Ceci, en vue de voir dans quelles mesures les objectifs fixés sont atteints. C’est l’exercice qui a réuni les responsables de cette organisation syndicale, hier à la Bourse de travail.

A l’ouverture de ce conseil, le secrétaire général de la Cosi-Bénin Noël Chadaré, a souhaité une bonne fête du travail à tous les travailleurs, en ce 1er mai où la communauté internationale célèbre la vertu du travail. Un travail décent qui procure aux travailleurs, les moyens de subvenir à leurs besoins. Il a fait remarquer que ce conseil syndical fédéral se tient dans un contexte où au Bénin la situation sociale est inquiétante.

«La crise sociale que notre pays traverse depuis janvier 2018, nous interpelle tous», a relevé Noël Chadaré.

Il a indiqué que sous le régime de la rupture, le syndicalisme est mis à rude épreuve. Les luttes syndicales sont mises à mal par le pouvoir, qui manifeste une volonté de ne pas écouter les travailleurs, de ne pas engager un dialogue franc et sincère. Dans ces conditions, les valeurs syndicales «que nous défendons sont mises à mal». Mais, il a rassuré les militants du leadership de la Cosi-Bénin, pour mener à bien les luttes. Il estime qu’au lieu de chercher à arracher le droit de grève, il est possible de faire en sorte que les travailleurs ne soient pas obligés de faire usage de ce droit.

Pour lui, la Cosi-Bénin s’est évertuée à faire de la défense des droits des travailleurs son cheval de bataille, et il n’est pas question que cela change. Et quelque soit l’issue de la situation actuelle, la Cosi-Bénin en sortira grandie.

De l’examen du rapport d’activités exercice 2017, il ressort que la plupart des activités planifiées ont été exécutées. Les résultats attendus ont été globalement atteints, même s’il faut reconnaître que les mouvements de grève ont eu un certain impact sur la mise en œuvre des activités de lobby et de plaidoyer. Il faut noter que le processus de professionnalisation accéléré de la confédération et de ses fédérations sectorielles, se poursuit.

Au cours de ce conseil, il y a aussi eu la présentation, l’amendement et l’adoption du rapport financier exercice 2017, et du budget exercice 2018

Commentaires

Commentaires du site 0