Journée de la liberté de la presse : L’éthique et la déontologie dans les médias au cœur des échanges

Journée de la liberté de la presse : L’éthique et la déontologie dans les médias au cœur des échanges

Dans le cadre de la célébration de la journée mondiale de la liberté de la presse, le journal La Nouvelle expression et l’amicale des journalistes retraités du Bénin, ont organisé ce jeudi 03 mai 2018 au Codiam à Cotonou, une causerie débat en faveur des jeunes journalistes.

Meilleur traitement de l’information parlementaire : Les journalistes du REJAP aguerris

La séance a porté sur le thème : « 03 mai, des origines à nos jours », et a été suivie d’une communication sur la question de l’éthique et de la déontologie dans la presse.

Comme tous les pays du monde où la liberté de presse est aujourd’hui un droit acquis, reconnu et exercé, le Bénin a lui aussi célébré, hier jeudi 03 mai 2018, la journée mondiale de la liberté de la presse. Pour meubler l’événement, le journal La Nouvelle expression et l’amicale des journalistes retraités du Bénin, ont conjointement organisé au Codiam à Cotonou, une causerie débat à l’intention des professionnels des médias pour les entretenir sur l’origine de la journée du 3 mai, et sur la question de l’éthique et la déontologie dans les médias.

Convaincus de l’intérêt de cette causerie pour la promotion de la démocratie dans notre pays le Bénin, les responsables des organisations faitières de la presse au Bénin, les professionnels de l’audio visuel, de la presse en ligne, de la presse écrite, toutes générations confondues ; et des étudiants en formation de journalisme, ont fait massivement le déplacement pour venir prendre part à cette séance d’échanges et de partage. La rencontre a été marquée par deux activités.

Avant les différentes communications, une messe a été dite par le père Abbé Crépin Magloire Acakpovi, directeur de publication du journal La Croix du Bénin, pour honorer la mémoire des confrères disparus, et pour prier pour ceux qui sont encore vivants. Dans son homélie, le père Acakpovi a invité les uns et les autres à être des partisans de la vérité, comme l’ont été les apôtres Philippe et Jacques aux côtés de Jésus Christ. En clair, le journaliste dans l’exercice de sa profession doit être témoin des faits vrais, et manifester la volonté d’objectivité dans la relation de ces faits. Il ne doit pas être ‘’un colporteur de fausses informations’’, a conseillé le père.

A l’en croire, c’est en étant objectif dans l’exercice de sa profession, en s’engageant pour la vérité et rien que pour la vérité, que le journaliste mérite son titre de journaliste. A sa suite, a pris la parole Léon Bratier, ancien journaliste au quotidien ‘’La Nation’’ et actuellement à la retraite. Ce dernier a rappelé aux participants les origines de cette journée mondiale de la liberté célébrée les 03 mai de chaque année, et qui marque la date anniversaire du séminaire international de Nairobi, tenu du 29 avril au 3 mai 1991. Il a expliqué que la journée de la liberté de la presse, est le fruit de la déclaration de Windhoek, suite au séminaire international qui a proclamé le développement d’une presse africaine indépendante et pluraliste.

Place a été ensuite faite à Noel Allagbada, également journaliste à la retraite. Dans sa communication, celui-ci a abordé la thématique de l’éthique et de la déontologie. Comme ses prédécesseurs, il a lui aussi appelé ses jeunes confrères à se montrer responsables dans l’exercice du métier, en se fondant sur des valeurs comme la franchise, l’honnêteté et le respect de la dignité des Hommes.

Commentaires

Commentaires du site 0