Loi sur le bail au Bénin : Les locataires satisfaits mais restent prudents

Loi sur le bail au Bénin : Les locataires satisfaits mais restent prudents

Dans le cadre du dossier que votre journal a consacré à la loi sur le bail à usage d’habitation domestique, nous sommes allés à la rencontre des locataires pour recueillir leurs points sur l’une des dispositions de la loi, qui ramènent désormais la caution à trois mois au plus.

La Fao appuie le Bénin pour un meilleur rapport sur les Odd

Les locataires que nous avons approchés sont satisfaits de la mesure, mais restent préoccupés par la disposition des bailleurs à l’appliquer. La loi votée par le parlement sur le bail à usage d’habitation domestique, a la particularité d’avoir réduit le nombre de mois de caution. Avant le vote de cette loi qui attend d’être promulguée par le chef de l’Etat, le nombre de mois de location était très élevé et variait d’un bailleur à l’autre. Avec cette loi, les demandeurs de bail à usage d’habitation domestique n’auront plus que trois mois de location au plus à verser.

C’est ce qui fait la joie d’Adelin, locataire de nationalité tchadienne vivant au quartier sainte Rita : « nous avons beaucoup souffert du nombre de mois de caution à verser. C’était soit douze mois par ici, ou huit mois par là bas. A cela il fallait ajouter une autre caution d’eau, puis d’électricité, une caution de vidange puisard, celle du service de ramassage d’ordures… Autant de cautions qu’il fallait verser pour intégrer une maison, un appartement ou une simple chambre ». Adelin se remémore avec colère les tracasseries des bailleurs, même lorsque le locataire verse toute sorte de caution demandée : « Le bailleur nous imposait de signaler au moins trois à l’avance notre départ du logement. Mais quand bien même on le faisait, on n’entrait pas toujours en possession de la caution. C’est au moment de partir que le bailleur vous annonçait qu’il n’a pas d’argent, et qu’il fallait trouver soi-même un nouveau locataire qui accepte de payer un montant similaire de caution, afin de vous restituer votre argent ».

Adelin voit derrière la pratique de la caution, l’avènement d’un système d’escroquerie organisé des bailleurs : « je connais plusieurs personnes qui ont versé pour certains six mois, d’autres huit, dix ou douze mois de caution. Mais quand elles ont été confrontées à un départ précipité, les bailleurs les ont tellement malmenés qu’ils se sont trouvés obligés de partir sans pouvoir toucher aux sommes faramineuses, pourtant dues ». Adelin est donc très satisfait de la réduction du nombre de mois de caution à trois au plus : « trois mois de caution, c’est plus facile à payer ».

Mais la satisfaction d’Adelin est atténuée par une prudence par rapport à l’application de la loi : « je suis fier de savoir que cette loi est adoptée pour atténuer les tracasseries des locataires face aux bailleurs cupides, mais il faudrait encore que le gouvernement réussisse à convaincre et à sensibiliser les bailleurs, de mettre cette disposition de la loi en application ». Cette perception de la nouvelle loi par Adelin est partagée par de nombreux locataires, qui n’ont pas voulu s’exprimer formellement sur la question

Commentaires

Commentaires du site 1
  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 1 mois

    Ce tchadien n’a qu’à aller voir un peu ce qui se passe du côté du Ghana