Loi sur le bail au Bénin : Les propriétaires sur leur soif, les locataires jubilent

Loi sur le bail au Bénin : Les propriétaires sur leur soif, les locataires jubilent

Cette loi consacre notamment la création d’une commission nationale chargée d’évaluer les coûts des immeubles. Les députés l’ont adoptée le 24 Avril 2018. Mais déjà, elle fait des mécontents dans le rang des propriétaires, pendant que les locataires ont la banane.

Valorisation des potentialités économiques du Mono-Couffo : Vers la tenue d’un marché régional

C’est un condensé de 90 articles, qui vient siffler la fin de la recréation dans le secteur de l’immobilier informel en république du Bénin. Cette initiative parlementaire vient à point nommé, pour régler la récurrence des conflits de bail entre locataires et propriétaire. Les premiers bénéficiaires de cette loi sont les locataires. Dans la ville de Lokossa, une analyse croisée des demandes de location et d’offres de location recueillies auprès des démarcheurs de la ville, a permis de détecter que 7 personnes sur 10 louent, contre 3 personnes sur 10 qui disposent de maison à louer.

Maximin H., locataire à Lokossa, raconte son aventure avec son propriétaire. « J’ai loué une chambre salon sanitaire, d’une valeur mensuelle de 20.000F, et j’ai payé un (01) an de caution à mon propriétaire. Je suis dans cette maison depuis sept (07) mois, et rien ne nous oppose. Seulement, je n’ai pas la possibilité de toucher à la caution, même si je manque d’argent… », nous-a-t-il confié. Pour Maximin, cette mesure imposée par le propriétaire est une bonne chose, car elle permet au locataire d’avoir l’intégralité de sa caution le jour de son départ . Faux ! Rétorque Lawson K., locataire à Zougbonou, un arrondissement de la commune de Houéyogbé.

Pour lui, « aucun propriétaire ne vous donne les avances facilement quand vous voulez sortir. Ils trouvent des choses à dire pour garder l’argent. Certains exigent de bouffer l’avance et il est difficile de sortir pour louer ailleurs ». Une position que partage entièrement Amounzounvi S. de Comé qui pour sa part estime que les propriétaires abusent des locataires. Selon lui, « la location est devenue une affaire de connaissance. Si le propriétaire te connait, c’est facile. Mais s’il ne te connait pas, c’est vraiment difficile ». Lui, il a loué à Hongodoué, une zone quasiment inondée en période des pluies. L’impraticabilité des voies d’accès aux domiciles ne préoccupent pas les propriétaires qui rejettent la responsabilité sur les autorités communales.

Mais cette responsabilité est belle et bien partagée, nous a indiqué M. Agossou, propriétaire d’une maison à Lokossa. Pour lui, « le locataire a le devoir d’entretenir son environnement immédiat. Il ne doit pas attendre le propriétaire pour sarcler ici ou là car c’est son cadre de vie ». Un cadre de vie souvent régit par des contrats entre les deux parties : locataire et propriétaire. Chose curieuse, le contrat est souvent basé sur le bon vouloir du propriétaire, et ne peut souffrir de critiques du locataire. Madame Adjahounzo est propriétaire de maison à Lokossa. Elle a mis à la disposition de ses locataires un contrat de douze (12) articles dont l’un stipule par exemple : ‘’ Le locataire ne peut en aucun cas élever, détenir sur une longue durée ou commercialiser les animaux domestiques à savoir, poules, moutons, cochons etc. dans la maison ‘’.

Pour dame Adjahounzo, cette mesure vise à garder propre et saine la maison afin d’offrir un cadre de vie agréable aux locataires. Cette restriction qui n’est pas du goût d’un démarcheur constitue selon lui un manque de respect pour l’activité génératrice de revenus des demandeurs de location. Hountondji Euloge est démarcheur. Il dénonce quelquefois les contrats des propriétaires qui lui font fuir des clients. « Ils nous appellent pour nous confier les maisons. Souvent, ils nous donnent un (01) mois d’avance. Mais ce que j’ai toujours dit à mes propriétaires, c’est cette affaire de contrat. Ils sont trop durs et nos clients fuient ».

Autant de réalités qui montrent que le monde des baux mérite un coup de réformes. Cette initiative des parlementaires vient donc à point nommé pour régler un problème : la toute puissance des propriétaires. Elle a délivré les locataires qui extériorisent déjà leur joie quant au nombre d’avance à payer pour louer une maison

Ne ratez rien de l'actualité People (cliquez ici)

Commentaires

Commentaires du site 1
  • Avatar commentaire
    Tchite' Il y a 3 mois

    En tant que propriétaire,Moi même, j’attends toujours le contenu de cette loi.