Nouveau siège de l’Assemblée : Le Bmp étale les irrégularités et demande la poursuite des auteurs

Nouveau siège de l’Assemblée : Le Bmp étale les irrégularités et demande la poursuite des auteurs

Au terme de la séance plénière qui a consacré la communication du gouvernement sur le nouveau siège abandonné de l’Assemblée nationale, quelques députés du bloc de la majorité parlementaire sont montés au créneau.

Bénin : La vente des médicaments de qualité douteuse préoccupe l’He Valère Tchobo

A travers un point de presse organisé hier à la salle Saka Kina au palais des gouverneurs, les honorables Jean-Michel Abimbola, Orden Alladatin, André Okounlola, Adam Bagoudou, Benoit Dègla et Rachidi Gbadamassi sont montés au créneau pour faire l’état des lieux du chantier, clarifier leur position par rapport aux actes de corruption et parler des irrégularités relevées par le cabinet d’audit.

Le principal conférencier, l’honorable Jean-Michel Abimbola, a déclaré d’entrée que certains font croire que la lutte contre la corruption est une lutte orientée contre certaines personnalités de ce pays. Après avoir exprimé son indignation face à ce scandale du siège de l’Assemblée nationale, le conférencier a évoqué quelques irrégularités relevées au niveau de la conception du projet, la non validation du site du projet, le changement de site du projet, le rapport d’étude d’avant-projet détaillé et les plans d’exécution non disponibles avant le démarrage du chantier, le non respect des procédures de passation de marché public et le non respect de la Convention signé entre l’Etat et Sérhau Sa, sans oublier les irrégularités constatées au niveau de la mise en œuvre de l’exécution du projet.

Il a également parlé de la qualification douteuse du personnel d’exécution, la qualification inexistante de l’entreprise en charge de la réalisation du gros œuvre, la mauvaise qualité des matériaux mis en œuvre pour la réalisation des travaux, l’absence de police d’assurance, l’absence du contrôle permanent, le payement de décompte des travaux exécutés avec beaucoup de malfaçons, le payement des avances de démarrage à des entreprises qui doivent attendre au moins deux ans, délai contractuel des gros œuvres avant la mise en œuvre de leur contrat car les avances de démarrage ont été donnés à ceux qui sont dans le second œuvre, la menuiserie bois, la menuiserie alu-vitrerie, le courant fort, le courant faible, le revêtement peinture, l’étanchéité, la climatisation, etc.

« Les faits sont suffisamment graves pour que le gouvernement et la justice puissent effectivement poursuivre ce dossier, puissent faire des enquêtes les plus approfondies, pour que chacun puisse répondre de sa responsabilité » a-t-il martelé.

Toutefois, le député Jean-Michel Abimbola et ses collègues du Bmp ont réitéré leur volonté, à chaque fois que la demande sera faite, de permettre à leurs collègues d’aller répondre devant la justice.

Commentaires

Commentaires du site 3
  • Avatar commentaire
    Franck ADÉBAYO Il y a 5 mois

    Qui sont ces auteurs! Si ce ne sont pas ces moutons qui ont leurs yeux plus gros que leurs ventres ; qui sont derrière un bon berger intelligent et rusé. Prégo allons seulement.

  • Avatar commentaire
    Madampol Il y a 5 mois

    Ils veulent que la lumière soit faite sur ce scandale? Nous aussi.
    Bring it on!

  • Avatar commentaire
    Kagnonsi Justin Il y a 5 mois

    Voilà pourquoi les gens étaient presser de nous livrer de n’importe quoi. Mais le temps avait eu raison d’eux.