Bénin – Cour des comptes : Joël Atayi Guèdègbè critique les propos de Michel Adjaka

Bénin – Cour des comptes : Joël Atayi Guèdègbè critique les propos de Michel Adjaka

Dans un entretien accordé à la radio Océan FM, Joël Atayi Guèdègbé est revenu sur les propos tenus par le magistrat Michel Adjaka sur la campagne « Maintenant la Cour des comptes! » lancée par les organisations de la société civile la semaine dernière. Il a aussi saisi l’occasion pour expliquer les raisons qui motivent cette campagne.

Michel Adjaka : « Une Cour constitutionnelle affaiblie marque la résurrection des dérives totalitaires »

L’expert en bonne gouvernance a regretté la réaction du magistrat(à lire ici). « Je suis désolé que Michel Adjaka se mette à fouiller dans la tête des uns et des autres pour faire des procès d’intention. De la part du magistrat émérite qu’il est, j’attendais beaucoup » a déclaré Joël  Atayi Guèdègbé. Il a ensuite battu en brèche les propos de l’homme de loi, qui a laissé entendre que le Sénégal , bien que doté d’une Cour des comptes est plus miné par la corruption que le Bénin. Pour l’expert en bonne gouvernance, si le Sénégal traîne dans le classement de Transparency, ce n’est pas la faute à une Cour des comptes.C’est la faute à la justice.

L’expert en bonne gouvernance a par ailleurs  expliqué les raisons qui justifient cette campagne lancée par les OSC.  Pour  Joël  Atayi Guèdègbé, les Osc ont initié cette campagne parce que les finances publiques ne sont pas tenues comme on l’aurait souhaité. « Quand on veut prévenir la prévarication des ressources publiques , c’est à travers une Cour des comptes indépendante disposant de moyens qu’on le fait.Pendant que nous avons des budgets de 2000 milliards, on ne peut pas concevoir que la Chambre des comptes actuelle ait été confinée à ne traiter qu’à peine 10% des dossiers qui relèvent de la compétence d’une Cour des comptes » a déclaré   Joël  Atayi Guèdègbé. De plus, la création d’une Cour des comptes est une recommandation de l’Uemoa,  rappelle l’expert en bonne gouvernance, qui indique que 06 des 08 membres de l’organisation sous régionale ont déjà mis à exécution cette recommandation.

Fonctionnement de la Cour des Comptes 

L’invité de Océan Fm a également  expliqué le fonctionnement de la Cour des comptes. Selon lui, cette institution est fondée à interpeller les uns et les autres et à prononcer des jugements sur des comptes. Quand il s’agit des personnes physiques, c’est à elle d’introduire des plaintes contre elles au niveau pénal et vers les juridictions adéquates. En somme, la Cour des comptes « est là pour auditer les comptes publics et faire des recommandations. Elle s’autosaisit des dossiers. Même s’il n’y a pas détournement, une Cour des comptes est fondée à travers la publication, chaque année,  d’un  rapport public disponible pour tous les citoyens, à faire des remarques et des observations sur les orientations des crédits et sur les prêts qui sont faits au nom du Bénin  » a expliqué M Guèdègbé.

Commentaires

Commentaires du site 13
  • Avatar commentaire
    Amaury Il y a 2 mois

    @Monwê,

    Demandons juste une loi constitutionnelle pour mettre en place la Cour des comptes dans autres choses à réviser. Avec ce que Pata et ses ouailles nous ont montré penses-tu :

    1) qu’il y nommera des personnalités et magistrats  indépendants?

    2) qu’il se conformera aux recommandations de cette Cour ?

    A te lire, objectivement !

  • Avatar commentaire
    Napoléon1 Il y a 2 mois

     
    Certes, la cour des comptes est une institution de valeur, un garde-fou qui peut contribuer  efficacement à la gestion de la chose publique dans un environnement sain, où l’on cultive le sens de responsabilité, de l’équité et l’effroi avec le désinteéressement à l’égard de la chose publique.
     
    Mais au Bénin où le premier parmi nous, s‘estimant être au-dessus de tous les autres pouvoirs de la Re´publique.  Trouve et déclare sur la place publique que la justice est corrompue quand elle ne se soumet pas sous ses pantoufles, qui critique ouvertement les décisions de la cour constitutionnelle, allant jusqu’á lui trouver des insuffisances, on ne peut pas attendre du miracle d’une cour des comptes. Voyons donc comment l’institution, notre cour constitutionnelle, enviée et enviable même par les francais qui nous ont colonisés est traîtée par le premier magistrat du pays.
     
    Car même si cette cour des comptes se voit conférer un statut constitutionnel, il faudra que son président et les autres membres qui la composent soient désignés par quelqu’un ou par une instance avec la nécessité de la magouille politique toujours éminemment en vigueur en République du Bénin. De là, la cour des comptes ne vaudra et ne pourra que ce que le premier magistrat de la République et les autres pensent d’elle et veulent faire d’elle.
     
    Une cour des comptes au Bénin de nos jours ne peut que très difficilement se soustraire à l’instrumentalisation et à l’assujestissement par le tout puissant chef de l’exécutif. C’est pourquoi, il résulte d’une naiveté gratuite de croire que la création d’une cour des comptes à statut constitutionnel suffit pour combattre avec un quelconque succès les maux (la corruption, les détournements et les pillages sytematiques des derniers publics) qui rongent et minent les ressources publiques au Bénin.
     
    Il en est ainsi, parce que au Bénin nous demeurons encore imatures en ce qui concerne la juste appréciation des valeurs et la mission des institutions que nous nous donnons, que nous donnons à notre République pour nous accompagner vers le progrès et le développement socio-économic.
     
     
     

  • Avatar commentaire

    Qui dit Atayi Guedégbé dit Orden Alladatin. Qui dit Orden Alladatin dit Joseph Djogbenou. Qui dit Joseph Djogbenou dit Patrice Talon, qui veut tromper qui?

  • Avatar commentaire
    Monwé Il y a 2 mois

    Depuis 1990 le BÉNIN n’arrive pas à lutter contre la corruption. La cour des comptes est une institution qui pour gérer la gestion de tout dirigeant et mettre à lumière la mal gouvernance avec neutralité surtout dans un pays de suspicion généralisée.  De tout ce qui précède je préfère qu’on installe la cour des comptes.  Donc Lassissi je ne suis pas d’acord avec toi car sous prétexte que cela a été rejeté avant il faut continuer à se braquer en voulant se venger. Cela n’amène nulle part. On a un début de lutte contre la corruption aujourd’ui pour parfaire cela il faut ce Arsenal

  • Avatar commentaire
    Amaury Il y a 2 mois

    Quelle naïveté de la part de ce monsieur ! Qui veut tromper qui dans ce pays ?  Comment quelqu’un de son niveau peut penser qu’une institution peut régler les problèmes et oublier qu’une institution  ne vaut que par les hommes chargés de son animation ? Qui a osé interpeler la Cour Suprême quand elle passe 5 ans pour instruire un dossier ? Qui s’exécute sur les arrêts de la Cour Constitutionnelle ? Cessez de ridiculisez le pays par vos réactions intéressées. Me..r…de à à la fin !

    • Avatar commentaire
      Monwé Il y a 2 mois

      Amaury Amaury si je m’ppuie sur ce que tu viens de dire je te pose la question suivante qui a remis en cause les décisions de la cour suprême une seule fois dis le moi avec preuves tangibles

      • Avatar commentaire
        @Amaury Il y a 2 mois

        @Monwê,

        C’est ce que tu as lu dans mon post ? Tu poses la question qui t’arrange. Même si personne ne remet en cause ses décisions, que dire  lorsque la Cour Suprême attend 5ans pour instruire un dossier, le temps que le Président à qui elle veut faire plaisir quitte ? est-ce une preuve de neutralité ou d’efficacité ? Toute le débat est là et doit nous amener à relativiser l’importance de cette Cour des Comptes.

        • Avatar commentaire
          Monwé Il y a 2 mois

          Amaury c’est un plaisir d’échanger avec toi tu as oublié un aspect l’mprescriptibilité  des crimes économiques. Par conséquent nul ne pourra alors échapper à rendre compte. Je fais mienne la déclaration d’Obama ” l’Afrique n’ a pas besoin d’hommes forts mais des institutions fortes”

          • Avatar commentaire
            Monwé Il y a 2 mois

            Pour ce qui est de la neutralité  prenons le cas du Sénégal, je suis allé m’iformer la cour est dirigée par une instance supérieure composée de magistrats inamovibles. Si eux ils font bien leur travail le problème est réglé oui ou non

  • Avatar commentaire
    Lassissi waidi Il y a 2 mois

    C’est votre mode de fonctionnement qui laisse perplexe. Où étiez-vous hier quand le régime précédent évoquait entre autres l’argument de la cour des comptes pour réviser la constitution ? Vous aviez tous trouvé qu’il s’agissait d’une révision opportuniste pour s’éterniser au pouvoir. Cette attitude n’était pas une lecture dans la pensée du président selon vous? Votre attitude n’était pas petit d’esprit en don temps, vu votre grandeur… Adjaka vous l’oppose aujourd’hui et ça vous fait mal. Le contexte de la ruse et de la rage qui  a cours aujourd’hui dans le pays devrait vous faire éviter une telle machination, du moins si votre société est vraiment et encore civile. Personnellement, permettez-moi de douter.

    • Avatar commentaire

      Bien vu et bien dit. Ils ont la mémoire courte oui. ils sont rattrapés par leur ruse. Tous des vendus de la Rupture.

  • Avatar commentaire
    Paul Ahéhénou Il y a 2 mois

    Que M. Atayi Guedegbé nous donne des exemples de pays où l’installation de la cour des comptes et son institutionnalisation ont produit des résultats concrets contre la corruption. C’est juste un prétexte. Et ceux de la société civile qui s’agitent sont déjà à pleine dent dans la Rupture.

    • Avatar commentaire
      Che Guevara Il y a 2 mois

      Au de la cour des comptes, quelle institution proposez vous en place?

      Allons plutot dans du concret.