Conférence de presse du FSP : Procès Mètongnon, code électoral, révision de la constitution au menu

Conférence de presse du FSP :  Procès Mètongnon, code électoral, révision de la constitution au menu

Comme de tradition, le Front pour le sursaut patriotique organise des conférences ou points de presse. C’est l’occasion pour ce regroupement politique de se prononcer sur les sujets d’actualité.

Aménagement de la berge lagunaire : Suite au recours contre Toboula, la Cour se déclare incompétente

Celle tenue ce vendredi 29 juin 2018 à la bourse du travail à Cotonou est revenu sur plusieurs points : le procès de Laurent Mètongnon et de ses co-accusés, le vote des lois dites scélérates à l’Assemblée nationale, le projet de révision de la constitution, la restriction des libertés et les décisions querellées de la nouvelle Cour constitutionnelle.  Le tour de ces différents points par le coordonnateur du Fsp, Jean Kokou Zounon que l’heure est grave.

Sur l’affaire de Laurent Mètongnon et de ses co-accusés, le coordonnateur du Fsp, Jean Kokou Zounon trouve qu’après sept mois de procès, l’affaire a été finalement mis en délibéré. Mais il s’étonne qu’au lieu de prononcer le verdict le même jour soit le 27 juin 2018 le jour où se déroulaient les plaidoiries ou sous huitaine, le juge a préféré renvoyer le délibéré dans 4 semaines soit le 24 juillet 2018. Il aboutit à la conclusion que c’est cela la justice sous Talon.

Une justice à deux vitesses, celle qui trouve toujours les infractions constituées lorsqu’il s’agit des opposants au régime et celle qui classe les dossiers lorsqu’il s’agit des affidés du pouvoir. Il en veut pour illustration, l’affaire de surfacturation des commandes des motos au ministère du cadre de vie.

Kokou Zounon relève que le Pag est en panne parce qu’il n’a été qu’une simple opération de propagande politique. Il note par ailleurs que les chiffres avancés par le conseil des ministres sur le programme d’investissement public reste un beau discours qui ne se constate nulle part dans les faits. Il affirme que le monopole acquis dans le secteur du coton ne permet qu’à un seul individu de se frotter les mains.

Les révisions de textes de la loi à la chaine

Sur les lois scélérates, le coordonnateur du Fsp affirme que l’assemblée nationale poursuit son activité d’accompagnateur du gouvernement dans le vote des lois qui ne recherchent pas l’intérêt des populations. Pour atteindre leur objectif, la représentation nationale ne s’empêche pas de voter des lois au petit matin. Le cas de la loi sur le nouveau code de procédure pénal qui selon lui contient beaucoup de mesures liberticides.

Le Fsp est tout aussi inquiet sur le projet de révision du code électoral. Une révision qui selon Jean Kokou Zounon ne vise qu’à y introduire des dispositions qui doivent éliminer les candidats de l’opposition. Il s’indigne des goulots d’étranglement prévus sur l’élection des députés. En exigeant que les partis obtiennent des voix sur au moins dix circonscription électoral avant de voir valider leurs sièges.

Des complications qui n’ont pour but que rendre la tâche difficile aux petits partis qui n’ont pas moyens pour acheter la conscience des électeurs.sur la révision de la constitution, le coordonnateur du fsp trouve que l’approche a été révisée. La ruse faisant, c’est non plus par projet de loi que ce projet de révision est proposé mais à travers des projets de lois introduits par des députés. Question de montrer que cette révision émane des représentants du peuple.

La veille citoyenne sollicitée

Mais il rappelle que le peuple s’est toujours opposé à tout projet de révision opportuniste de la constitution et qu’il en sera de même pour celle qui est en voie d’être proposée. Sur la nouvelle Cour constitutionnelle, Jean Kokou Zounon explique que l’actuelle mandature a convaincu à travers ses décisions même les esprits les plus sceptiques qui doutaient de leur état de mission.

Il démontre qu’en moins de deux semaines, la nouvelle Cour a brillé par des décisions à polémiques comme celle relative à la modification du règlement intérieur de la Cour qui tend à transformer la haute juridiction en simple tribunal de droit commun. Il y a aussi eu des annulations des décisions prises par l’ancienne Cour. Et celles qui ont été déclarées conformes à la constitution à la grande surprise des techniciens du droit hier jeudi, ont été immédiatement été promulguées par le chef de l’Etat, s’étonne le coordonnateur du Fsp.

Dans tous les cas, le Fsp se réjouit de ce que que : « le pouvoir de Talon et ses hommes nous ont appris que les décisions de la Cour constitutionnelle  ne s’imposent pas ; ils nous ont appris la désobéissance aux lois de la république, y compris celles de la haute institution, la Cour constitutionnelle. Le peuple se le rappellera à coup sûr et à temps opportun».

Commentaires

Commentaires du site 2
  • Avatar commentaire
    ALLOMANN Il y a 4 mois

    ..lire “les rêves que vous caressiez depuis des décennies…”

  • Avatar commentaire
    ALLOMANN Il y a 4 mois

    Kokou  Zounon, le PCB et le FSP  vous perdez votre temps avec vos élucubrations qui n’ont aucun impact ni sur le peuple, ni sur la détermination de Talon d’appliquer son programme de gouvernement. Au lieu de gémir  chaque jour, vous ferez mieux de vous organiser pour gagner les élections législatives et présidentielles afin de lettre en oeuvre les rêves que vous creesiez depuis des décennies.  En tout cas, soyez certains que vous n’aurez même pas un seul député au Parlement parce que vous vous êtes discrédités avec vos alliances contre nature avec Yayi et autres politicards vomis par le peuple, à l’instar de Soglo et consorts….le chien aboit, la caravane passe…