Conflits entre bergers et agriculteurs au Nigéria : Wole Soyinka et Obasanjo critiquent Buhari

Conflits entre bergers et agriculteurs au Nigéria :  Wole Soyinka et Obasanjo critiquent Buhari

Peu de gens le savent! Au Nigéria, les attaques meurtrières ne sont pas perpétrées que par les terroristes. Un conflit sournois qui existe bien avant l'arrivée des terroristes continue de semer le chaos dans différentes zones.

Nigéria : après son retour, le discours ferme de Buhari sur l’unité et la lutte contre Boko Haram

Au Nigéria, les bergers et agriculteurs se livrent une guerre sournoise débutée il y a plusieurs années. Depuis quelques mois, les tensions se sont ravivées au point de déplacer de nombreuses populations en quête de quiétude. Les raids de vengeance se poursuivent de part et d’autres sans que le gouvernement du président Buhari ne trouve une solution au problème.

Il faut dire qu’aucun des gouvernements précédents n’a pu régler ce problème. Qu’à cela ne tienne, deux personnalités influentes du Nigéria en veulent au président Buhari sur ce point. D’abord Olusegun Obasanjo, ancien président et ancien allié de Buhari et Wole Soyinka, grand écrivain mondialement connu, premier auteur noir lauréat d’un nobel de littérature. Tous les deux accusent le président Muhammadu Buhari de ne pas prendre à bras le corps ce problème.

Buhari cloué au pilori

Rendant une visite au gouverneur d’une des régions touchées, M. Obasanjo a une fois encore critiqué violemment le président nigérian. Pour lui, le niveau d’insécurité sous Buhari a atteint des sommets inégalés:  “Même sous ma présidence, nous avions des problèmes, mais pas à ce niveau” a-t-il lancé avant d’appeler à trouver l’origine de ses problèmes.

Pour M. Soyinka, le régime Buhari traite les berges avec faveur. Il affirme que le président devrait demander de l’aide s’il n’arrive pas à gérer les attaques meurtrières des bergers. Ces déclarations interviennent alors que le président Muhammadu Buhari souhaite se représenter aux prochaines élections. Le président n’a jusque-là pas réagi à ces attaques.

Commentaires

Commentaires du site 4
  • Avatar commentaire

    j’ai mon propre point de vue…

    mais sachez…que pour un peulh…l’état n’existe pas…aucune frontière n’existe…

    De plus…pour un peulh..la nature..appartient à tout le monde…donc les terres et se qui y poussent..

    Avant la colonisation…et aprés les peulhs n’ont jamais intégré…la notion d’état…qui n’a pas de sens..pour eux..

    d’ailleurs..à la recherche…des paturages…pour ses animaux…qui sont sa raison d’etre…le peulh..va ou..il le trouve..

    il peut quitter le nord du cameron…et se retrouver en guinée…en passant par le macina,le fouta..

    cette histoire..est difficile à gérer….je crois

  • Avatar commentaire
    Napoléon1 Il y a 5 mois

    Je soutiens à 100 % ce que dit Sonagnon. L’indifférent entre les bergers et les agriculteurs dans nos pays ne doit pas être politisé voire devoir être réglé par la démarche du seul Président de la République.

    C’est avant tout une Question du cyvisme. Il s’agit dedeux communautés qui doivent apprendre à vivre ensemble. Les populations doivent être éduquées à tel enseigne qu’elles doivent avoir l’obligation d’accepter l’existence de l’un et de l’autre. L’Agriculteur doit apprendre tout ce qu’il doit être en mesure de faire pour les troupeaux de passage ne puissent s’en prendre à son champ. de même les Bouviers doivent apprendre tout ce qu’ils doivent faire pour que leurs troupeaux de passage n’arrivent pas à détruitre les Champs des agriculteurs. Je sais que c’est facile à dire tout cela. Mais c’est un procèssus d’apprentissage pour la paix dans nos cités. Le fait que chacun se cantonne dans son droit et ne veut pas comprendre la Situation de l’autre n’arrange rien. Au bout du compte l’Etat interviendra en faisant établir les prairies pour le passage des troupeaux. car les bovins commes les plantes sont tous nécessaires pour la survie de la communauté.

  • Avatar commentaire
    SONAGNON Il y a 5 mois

    En Afrique nous avons de sérieux problèmes d’organisation.

    Revient il à un Président de régler les conflits entre éleveurs et agriculteur???

    Il y a t il pas de réglementation??? Pourquoi veut on tout politiser???

    Il doit avoir des loi qui organisent toutes les activités dans un pays organisé. Et il reviendra à la justice de frapper ceux qui ne respectent pas la loi.

    Le rôle des politiques, ce n’est pas de prendre la place des juges; si les lois n’existent pas ou ne sont pas bonnes, les parlementaires ont le devoir de les corriger. Il faut éviter de tout attendre du chef de l’exécutif. C’est ce qui conduit aux abus et aux dérapages.

  • Avatar commentaire
    ADJRAKATA Il y a 5 mois

    Le conflit Eleveurs-Paysans est vieux comme le monde et avec l’avancee du desert, l’imsecurite dans le Nord Est du Nigeria les troupeaux descendent dans les zones du sud! L’accroissement des troupeaux et des terres cultivees dans des zones de passage ou de paturage traditionnel sont aussi en cause! Tout ceci dit, l’attitude du president Buhari est d’une desinvolture incroyable pour un homme connu pour etre décidé et courageux! Combien de morts a t il fallu avant que Buhari ne se deplace pour visiter une zone victime d’attaques de bergers?

    Il est vrai que Buhari est foulani et que les attaques sont perpétrées par des bergers foulani! Peut etre cela à quelque chose a voir avec cette lenteur coupable du gouvernement Buhari face a un probleme qui fragilise le geant de l’Afrique et qui s’etend sournoisement aux pays voisins  comme le Benin!