Contre la « béninoiserie » et pour la « béninitude » !!!

Contre la « béninoiserie » et pour la « béninitude » !!!

Depuis quelques années, nous assistons impuissants, dans notre pays le Bénin, à une espèce d’auto-flagellation destructrice de notre espèce collective dans sa triple dimension passé, présent et futur.

Bénin : La communauté universitaire rend hommage à Guy Ossito Midiohouan

En effet, depuis qu’il a plu à Me Robert DOSSOU de propager dans l’opinion publique la désormais célébrissime notion de « béninoiserie », elle fonctionne comme un virus qui détruit nos esprits et surtout conditionne ceux de nos jeunes, la relève de demain. Cette notion, qui emprunte à notre patronyme commun, le Bénin est un mot qui ne comporte aucune once de positivité ; au contraire, elle n’exprime que la négativité. Je vois sur les réseaux sociaux une profusion de textes, tous aussi bien écrits les uns que les autres et tous exaltant la supposée négativité des Béninois que nous sommes.

Ce qui me surprend c’est, toute cette intelligence mise au service de l’autodestruction collective de tout un peuple. Ce qui me surprends encore plus, c’est la  facilité déconcertante avec laquelle, cette notion a été adoptée par l’ensemble des Béninois presque sans aucune résistance et il faut bien le reconnaître, il y a là quelque chose de particulièrement inquiétant. Je suis surpris mais en même temps, je suis indigné et surtout je suis révolté.

C’est pourquoi malgré tout le respect et toute l’admiration que j’ai pour l’ensemble, non encore achevé, de l’œuvre de Me Robert DOSSOU, je m’insurge, du plus profond de mes entrailles contre cette notion, invention de son imaginaire, qui ne décrit qu’une réalité illusoire, partiellement appréhendée, exagérément biaisée et confusément rapportée (I) ; c’est aussi pourquoi je prône la « béninitude » (II).

I / Contre la « béninoiserie »

Comment tout un peuple peut-il penser qu’il ne se définit que par la négativité ? Comment tout un peuple peut-il penser qu’il n’a aucune positivité en lui ?

Comment peut-on honnêtement soutenir que de l’ensemble des peuples du monde entier, le Peuple béninois est le pire ? Non, je ne l’accepte pas et je ne peux me résoudre à cette fatalité.

A titre personnel, de tous les Béninois que je connais, il n’y en a pas un seul qui se définisse entièrement et exclusivement par la négativité ! Je connais Me Robert DOSSOU, sans doute pas autant que ses plus proches, mais pour moi, il ne dégage que bonté et positivité. Et j’ai même le toupet de proclamer urbi et orbi que, moi-même, je ne suis pas que mauvais. Je ne me reconnais donc pas dans cette notion ; je ne reconnais pas Me Robert DOSSOU dans cette notion ; je ne reconnais aucun des Béninois de mon entourage dans cette notion. C’est d’autant plus vrai que je continue de chercher les Béninois mauvais et jusqu’à aujourd’hui, je ne les trouve pas. En effet, comment puis-je les trouver quand tous ceux qui dénoncent les « béninoiseries » s’auto-excluent de cette notion et de ses conséquences comme si finalement, eux-mêmes ne sont pas Béninois ou alors qu’ils sont les seuls bons Béninois à l’exclusion de tous les autres. Ils s’expriment toujours à la troisième personne du singulier ou du pluriel mais jamais à la première personne du pluriel. Ainsi, on les entend toujours dire : « le Béninois est mauvais » ou encore « les Béninois sont mauvais » et jamais « nous les Béninois, nous sommes mauvais ». Et à force de s’auto-exclure individuellement, le « Béninois mauvais » n’existe nulle part et il ne s’incarne en personne. A moins de faire un raisonnement par l’absurde et de considérer comme Béninois mauvais, tous ceux qui s’approprient et utilisent la notion « béninoiserie ».

Je soutiens qu’il y a autant de gens bien au Bénin que dans tous les autres pays.

Je soutiens qu’il y a autant de mauvaises gens au Bénin que dans tous les autres pays.

Je soutiens qu’il y a autant de jaloux au Bénin ; fort heureusement ! Nous sommes des hommes et des hommes jaloux, il en existe dans tous les pays.

Je soutiens qu’il y a des conflits sociaux, professionnels, politiques économiques et culturels au Bénin. Et alors ? Il en existe dans tous les pays.

Etre raciste et tuer un homme pour la simple raison qu’il est Noir de peau est bien pire.

Je soutiens qu’il n’y a pas de société idéale.

Plutôt que la « béninoiserie », je prône la « béninitude » !

II / Pour la « béninitude »

Ma conviction, c’est que le peuple Béninois est l’un des meilleurs peuples au monde et qu’il n’a à rougir de rien et surtout, qu’il n’a rien à envier à aucun peuple, encore moins qu’il n’a de leçon à recevoir d’aucun peuple a fortiori de personne, ni même d’Emmanuel Mounier.

Nous sommes un peuple naturellement et culturellement tolérant. Ce qui est rare dans le monde !

Nous sommes un Peuple qui a toujours su puiser au fond de lui-même les ressources morales, physiques et autres pour résoudre ses problèmes.

Nous avons cru en notre Révolution en 1972 et à son virage marxiste-léniniste de 1975, comme solution à l’instabilité de la première décennie de notre indépendance. Et quand il nous est apparu que nous nous étions tous trompés, collectivement, comme un seul homme, nous y avons mis un terme à la faveur de l’historique conférence nationale des forces vives de la Nation. Nous avons remplacé la dictature par la démocratie, sans effusion de sang. « Nous avons, ensemble, vaincu la fatalité », pour reprendre le mot d’Albert TEVOEDJRE. Aujourd’hui, Dieu seul sait que beaucoup de peuples africains nous envient notre démocratie et nos Institutions.

Tous ceux qui ont imité notre historique conférence nationale des forces vives de la Nation en voulant la transposer ont échoué. De même, nos Institutions républicaines qui font l’objet de reproduction, parfois réussissent, mais très souvent échouent. Nous sommes un peuple unique et nous sommes un grand peuple de culture. C’est cela la « béninitude » : notre capacité de réussite collective sans compter la réussite individuelle de plusieurs d’entre nous, à l’interne comme à l’externe. N’en déplaise à tous ceux qui pensent, à tort, que « le Bénin est un désert de compétence ». Bon an, mal an, notre pays avance, malgré nos propres violentes critiques. Le Bénin de 2018 n’est pas le Bénin de 1975 encore moins le Dahomey de 1960. Plus que d’autres nous avançons et il suffit de regarder autour de nous pour s’en convaincre.

Mais à bien y regarder, il semble que cette violente critique de nous-mêmes et de notre pays est le résultat croisé de deux de nos traits de caractère à savoir, d’une part, une très grande exigence envers nous-mêmes et, d’autre part, une incapacité à nous projeter sur le long terme. En effet, ce que je crois, c’est que nous les Béninois nous sommes très exigeants envers nous-mêmes. Et c’est plutôt une excellente chose, voire une vertu. C’est cette trop grande exigence envers nous-mêmes qui explique que nous soyons dans une logique de remise en cause permanente. Mais en même temps, nous sommes très impatients et n’avons qu’une très courte vue des choses et du temps. Nous les Béninois, nous voulons cueillir les fruits de nos actions et de nos efforts dans l’immédiat. Nous sommes dans l’immédiateté et c’est ce que j’appelle le « Carpe diem béninois ». C’est sans doute l’une des raisons pour lesquelles nous avons du mal à percevoir la lente mais inexorable marche en avant de notre pays et de notre peuple. Car en effet, l’évolution des sociétés, les dynamiques sociales et les tendances lourdes d’une société s’observent sur le moyen et le long termes et s’analysent en termes de générations.

Nous avons des insuffisances et des tares ? Quel peuple au monde n’en a pas ?

Nous aurions pu avancer encore plus vite si ces insuffisances et ces tares étaient corrigées ? Chiche ! Qui nous empêche ou qu’est-ce-qui nous empêche de les corriger ? Frantz FANON ne disait-il pas justement et fort à propos que « chaque génération doit, dans une relative opacité identifier sa mission, la remplir ou la trahir » ? Remplissons tous collectivement et individuellement notre mission générationnelle et cessons de nous auto-flageller et cessons de conditionner négativement les esprits de nos futures générations.

C’est pourquoi, je veux lancer un vaste mouvement social que j’appelle « Béninois et fier de l’être » avec tous ceux qui, comme moi, pensent que notre peuple n’est pas si mauvais que ça et que notre pays n’est pas si arriéré que cela. Et je sais que nous sommes des millions à le penser. Inscrivons désormais systématiquement sur nos T-shirt et nos casquettes : Béninois et fier de l’être. C’est le seul moyen de contrecarrer cette ascendance de la « Béninoiserie » qui ne correspond nullement à ce que nous sommes.

Je suis Béninois et fier de l’être !

Je crie sur tous les toits ma fierté d’appartenir à ce peuple !

Je crie ma « béninitude » !

Topanou Prudent Victor K. Kouassivi,
Maître de conférences de Science politique des Universités
Université d’Abomey-Calavi
Ancien Garde des Sceaux du Bénin

Commentaires

Commentaires du site 20
  • Avatar commentaire
    Bruno ADJOVI Il y a 2 mois

    Terrible, édifiant et absolument exact!!! Félicitations monsieur le Professeur et que Dieu vous bénisse.

  • Avatar commentaire
    Ishola Il y a 4 mois

    Voilà une excellente plume qui témoigne de la qualité intellectuelle du signataire. Seulement je voudrais savoir quel lien peut prévaloir entre les deux conceptes dont le Béninisme du prof Oudou Ali et la Béninisme du prof Tokpanou 

  • Avatar commentaire
    Tundé Il y a 4 mois

    Topanou est pourtant l’archétype de la beninoiserie …..par sa jalousie et la haine,  c’est lui qui avait enclenché l’intoxication et la manipulation qui ont conduit à détruire le projet de révision de la constitution. Par la beninoiserie, il a menti à lopionion pour affaiblir le chef de l’état. Aivo est de la même trempe,  car ils ne supportent pas de voir Djogbenou grandir en son destin …C’est bien cela la beninoiserie! !!

    Il tente une mobilisation pour élection à venir …….beninitude an-nerie et vacherie ne changeront pas le noir esprit de la jalousie malsaine.

    • Avatar commentaire
      Amaury Il y a 4 mois

      @Tundé

      Votre mauvaise foi vous tuera un jour. C’est TOPANOU qui a écrit les bêtises que contenait le projet de révision?

      Dès lors que quelqu’un n’accepte pas les turpitudes de la rupture, il est jaloux, il a de la haine. N’est ce pas aussi un aspect de la béninoiserie ?

  • Avatar commentaire
    Pauvres Il y a 4 mois

    Tout le monde devient objecteur de conscience. 

    Il faut faire le bilan et situer les responsabilités, c´est cela le premier pas à faire.

    Béninoiserie ou béninitude ne sont que des jeux de mots, l´essentiel est de formater le béninois, de le reéduquer et de lui enseigner à compter sur ses compétences pour avancer au lieu de faire foi aux forces occultes, et pour finir, enseigner au béninois l´amour du prochain.

    Voilà mon point de vue.

    Sortons des théories livresques et allons-y vers la réalité.

  • Avatar commentaire
    Amaury Il y a 4 mois

    Nous avons besoin de raser toute notre classe politique aux lances-flammes et de coller à chacun de nous une nouvelle conscience faite d’amour du prochain de la patrie. Ainsi nous serions tous béninitudié ! Facile à dire qu’à faire Non ?

  • Avatar commentaire
    GbetoMagnon Il y a 4 mois

    Je crie ma « béninitude » ! Et moi je crie ici “GbetoMagnon” ! 🙂 🙂 🙂 Mdr !

  • Avatar commentaire
    Richard DJOWAMON Il y a 4 mois

    Cher Professeur, vous m’intéressez particulièrement dans cet article on ne peut plus édifiant et constructif, car c’est bien de la culture de l’estime de soi en tant que béninois, de la mise en valeur de soi qu’il y est question, autant de valeurs bienfaisantes pour le développement d’un pays. Merci!

  • Avatar commentaire

    L’un des rôles de l’intellectuel est de réfléchir sur la société et d’essayer de la faire évoluer positivement, notamment en éveillant les consciences.
    M. Tokanou, ce rôle vous l’avez pleinement rempli avec cet article.
    Il faudrait poursuivre cet éveil à travers des débats télévisés pour sensibiliser un maximum de béninois.
    Il faut que ce mot “béninoiserie” disparaisse de notre vocavulaire.

  • Avatar commentaire

    La béninoiserie ne saurait être définie une fois pour toute par des mots. C’est une posture empreinte d’hypocrisie, de jalousie, d’individualisme, de clanisme et bien entendu de négativité. La rejeter, c’est ne pas vouloir voir la poutre que l’on a dans ses yeux.

    Ceci étant dit, il est contreproductif de brandir ce concept pour caractériser les peuples du Bénin dans leur grande diversité. Le degré de béninoiserie varie d’un peuple à l’autre, d’une région du Bénin à l’autre. La béninoiserie est un concept complexe que l’on ne saurait réduire à quelques mots/maux…

    La béninoiserie ne peut reculer que grâce à l’éducation, laquelle doit promouvoir l’amour du prochain, l’amour du travail, l’amour de la patrie et le dépassement de soi. Or, c’est tout le contraire que l’on remarque au Bénin. L’éducation nationale a délaissé ces thématiques qui fondent une Nation. Dès lors, on a une population dont le letmotiv est le gain facile, peu importe comment. On hésite plus à exhiber comme un trophé le fruit de ses rapines. La morale a foutu le camp.

    On ne peut pas decréter comme le fait Tokpanou un autre concept fut-il “béninitude”. C’est par la racine qu’il faut traiter le mal et cela passe par un “réarmement” des valeurs.

  • Avatar commentaire

    Le prof topkanou..fait partie ceux là…qui brillent par leur intelligence..et qui fait honneur à notre pays..

    Cependant…je ne suis pas d’accord avec son article..dans le fond comme dans la forme..

    pas besoin de contorsions sémantiques et intellectuelles pour cacher nos tares…et ceci par chauvinisme mal placé

    • Avatar commentaire

      Ce qu’il a dévelloppé…est connu de tous….c’est à dire il ya des bons et des mauavais partout..

      Pour nous baroudeurs depuis toujours…nous savons…que dans certains domaines…nous sommes meiux…que les citoyens…de certains pays…

      Mais la spécificité de nous les beninois…c’est notre penchant…génétique et pathologique…à régler..le moindre problemes..existentiels..par les forces occultes

      Et qui dit forces occultes…dit sournoiseries,lachetés…et celà fait beaucoup de dégats…

      Je peux affirmer…que par exemple…il n’existe pas…un sénégalais,ou un guinéen…qui n’est pas faux…..dans la vie courante…comparé aux beninois….

      • Avatar commentaire

        Les forces occultes constituent une tare, mais ce n’est pas spécifique au Bénin.

        Les sénégalais en font énormément usage. Ils ont tous des “tila” sur leur bras.

        Pareil dans tous les pays de l’Afrique de l’ouest et du centre, pour ce que  je connais.

  • Avatar commentaire
    Florent SAVOEDA Il y a 4 mois

    Tres bon article Professeur. C’est très naïf de définir tout un peuple par un mot, de nature négative en plus. Nous vons nos propres réalités. Toutefois, je pense que nous avons des leçons à recevoir, notamment des pays, qui malgré les hauts et les bas, ont su implémenter des politiques de développement efficaces et inclusives. Non à la Béninoiserie! Non à l’individualisme! Non à la démocratie d’argent! Mais OUI à la démocratie des idées.

  • Avatar commentaire
    GOHY Gilles Il y a 4 mois

    Excellent, tout simplement ! Comme d’habitude !

  • Avatar commentaire
    Hospice Il y a 4 mois

    C’est la première fois que je lis quelque chose de bien qui n’ait aucune couleur politique venant d’un politicien. C’est ce qu’il faut par moments pour conscientiser les uns et les autres et redonner espoir a la jeunesse. Merci beaucoup Professeur.

  • Avatar commentaire

    Pour une fois je suis d’avis avec le Professeur.

  • Avatar commentaire
    Jojolabanane Il y a 4 mois

    bravo pour cette écriture et observation.

    j’ose croire aussi que cette auto dévalorisation et dénigrement est l’ennemi premier des Béninois lorqu’il S’agit d’affirmer nos valeurs les moins talentueux, laids, maladroits et non gracieux avec des mots les plus cruels pour nous définir. Avions nous perdu l’estime de nous même ?. Je pense qu’il serait temps  qu’on rentre dans l’oubli de nos angoisses d’échec pour garantir à nous même des espaces de positivité pour mieux affronter les compétitions de valeur.

    Cependant, je m’oppose à un autre rhétorique en mot fabriqué de peur du dogmatisme dont nous sommes souvent victime.