Gambie : “Je n’avais jamais été aussi triste” dixit Adama Barrow

Gambie : “Je n’avais jamais été aussi triste” dixit Adama Barrow

En Gambie, le président Adama Barrow tente de dédouaner son gouvernement dans les tragiques événements survenus récemment qui ont conduit à la mort de trois manifestants tués par la police.

Mondial Russie 2018 : Le mur de cartons jaunes qui barre la route des 8è de finale au Sénégal

Pour montrer sa compassion, le président gambien Adama Barrow s’est rendu dans le village de Faraba Banta. Il y a rendu hommage aux victimes et a appelé les témoins à témoigner pour qu’éclate la vérité. “Vous étiez témoins des événements. Vous êtes mieux placés pour donner des preuves à la commission d’enquête (…) ” a déclaré le président gambien. Pour rappel, les population de Faraba Banta manifestaient contre l’extraction de sable quand trois des leurs ont été tués par la police. 

Je n’avais jamais été aussi triste depuis que je suis devenu président de ce pays (…) Dieu seul sait quand ma peine sera soulagée. Je ne réclame rien d’autres aux autorités que la justice” a également affirmé M. Barrow. La veille il acceptait la démission de Landing Kinteh, Inspecteur général de la police gambienne.

Commentaires

Commentaires du site 3
  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 2 mois

    ” beaux gestes ” du president gambien adama , d’aller exprimer sa compassion à la famille éplorée et de punir le commandement policier ; et celà devrait inspirer talon , qui semble être sur la voie d’une répression sanglante de la population , particulièrement de l’opposition , avec son nouveau code pénal à connotation dictatoriale

  • Avatar commentaire
    Napoléon1 Il y a 2 mois

    En Afrique , l’on devait se Poser aussi la Question, si nous detenons la viabilité de nous gouverner nous-mêmes et si nous Avons la compréhensionde ce que c’est qu’un Etat, un Gouvernement, une Présidence de la République.

    Il ne s’agit pas que le Président gambien vient déclarer sa Tristesse. La Question est de savoir, quelles sont les instructions que l’on donnes à la Police, à l’armée en un mot , aux hommes armés dans les Etats africains. Que la Police puisse tirer sur des Populations à mains nues sort de la Mission des Forces de l’ordre dans un Etat de droit.

    Monsieur le Président, il fallait plutôt repenser le contenu de la Formation des Forces de l’ordre dans votre pays.

    • Avatar commentaire
      Sonagnon Il y a 2 mois

      Les bavures, il peut en avoir partout dans le monde à l’exception des USA pour les noirs et Israël pour les palestiniens où des consignes sont précises pour abattre sans gêne.

      Dans nos pays africains, C’est plutôt un problème de formation et d’équipement.

      En un mot, C’est le sous développement.