Procès Mètongnon : « Nous sommes ici en face de l’affaire Bibe contre Bibe », dixit, Me Ibrahim Salami

Procès Mètongnon : « Nous sommes ici en face de l’affaire  Bibe contre Bibe », dixit, Me Ibrahim Salami

C’est une orientation de cette affaire qui peut paraître curieuse, mais qui tient pourtant la route lorsqu’on suit assidûment le raisonnement de Me Ibrahim salami et d’autres avocats de la défense.

Bénin – Report du délibéré dans le procès de Mètongnon : le coup de gueule de Me Baparapé

Me Ibrahim Salami au cours de ce procès a attiré l’attention du juge sur le fait que le témoin à charge, Romain Boco, a reconnu tout au long du procès avoir fait un décaissement de 71 millions Fcfa. De l’argent qui appartient à la Bibe. Il y a une constance sur le fait que cet argent décaissé était en sa possession. Mais il n y a pas de preuves que l’argent parti de la caisse et à lui confié, a été remis aux prétendus destinataires qu’il a présenté. Une démonstration que lui emprunte aussi Me Alfred Bocovo qui soutient que la manipulation de l’argent de la banque est soumise à des exigences de comptabilité. Ce qui implique des documents comptables.

C’est dire que si le désintéressement des apporteurs d’affaires est une pratique de la banque et qu’une ligne budgétaire soit prévue pour cela, il reste que la gestion de ses sous est soumise à la production des papiers comptables. Me Alfred Bocovo s’étonne de ce que le témoin à charge ait pu repartir ces sommes d’argent sans la moindre décharge.

Plus incompréhension encore lorsqu’il évoque le cas des administrateurs de la Cnss à qui il aurait remis de l’argent par l’entremise d’un intermédiaire. Cet intermédiaire a affirmé plusieurs fois n’avoir jamais rien reçu de l’argent pour remettre à qui que ce soit. On en serait pas là, si Romain Boco, par ailleurs ancien directeur de la Bibe, avait avec lui des décharges qui attestent que les sommes qu’il prétend avoir distribués l’ont vraiment été.

C’est pour cela que Me Robert Dossou a avancé la thèse de la rétention de cette somme de 71 millions par Romain Boco lui-même. C’est aussi la conclusion à laquelle aboutit Me Ibrahim Salami qui s’étonne de ce que le tribunal encore moins les avocats de la Bibe n’ont pas voulu savoir ce que Romain Boco a fait de l’argent décaissé dès lors qu’il n’a pas rapporté les preuves à la banque qui prouvent qu’il a effectivement distribué cet argent.

A moins que la logique des avocats de la Bibe ait été seulement d’enfoncer par tous les moyens les accusés, une attention serait accordée à l’usage réel que Romain Boco a fait des 71 millions décaissés à la Bibe. C’est cet aspect du raisonnement que Me Ibrahim a appelé : « l’affaire Bibe contre la Bibe ».

Commentaires

Commentaires du site 5
  • Avatar commentaire
    ADJRAKATA Il y a 2 mois

    Ce sont là  des preuves, s’il en est encore besoin, qui montrent la nature du regime que Talon et son ***** Djogbenou veulent installer au Benin en se cachant derriere un juridisme creux et inique. Instrumentaliser la justice a ce point doit mettre fin aux doutes sur les objectifs reels de ce groupe dirigé par Talon et il est temps que les democrates commencent a leur repondre a la hauteur des abus qu’ils commettent contre les simples citoyens! Il est trop facile de mettre sur pied un tandem ” Procureur” a la Gbenameto et un juge a la solde pour opprimer les simples citoyens et par la suite jouer aux innocents… ” la justice est independante…laissez les faire leur travail et vous jugerez apres!” …Et oui le temps de ruiner les opposants et l’economie du pays n’est ce pas messieurs de la RUPTURE! PATIENCE PATIENCE pendanr que je mange Quelle honte!

  • Avatar commentaire
    Madampol Il y a 2 mois

    Rien que la tenue de ce procès est une honte pour la magistrature béninoise. Infraction pas claire puisque l’accusation n’a jamais produit le rapport prouvant que la banque était en faillite ou au minimum avait de sérieuses difficultés. Aucune preuve matérielle pour étayer la principale accusation.

    Bref, un scandale, un de plus pour notre état voyou

  • Avatar commentaire
    Tonagnon Il y a 2 mois

    Savoir qu’en République du Bénin, des pères de famille soient privés de liberté sur la base d’un dossier aussi fantaisiste est un véritable scandale. Comment peut-on même organiser un procès au frais du contribuable béninois sur un sujet pareil? Si procès il devrait avoir, ça devrait être celui de monsieur Romain Bocco pour détournement des fonds de la banque.

  • Avatar commentaire

    kramer contre kramer…..!!!…

    on est pas sorti de l’auberge…….

    • Avatar commentaire
      OLLA OUMAR Il y a 2 mois

      le benin tout entier étant devenu l’auberge satanique de talon 😡😡😡