Société sucrière de Savè : 48h de grève reconductible pour non versement des cotisations salariales

Société sucrière de Savè : 48h de grève reconductible pour non versement des cotisations salariales

La société sucrière de Savè est depuis ce lundi 4 juin 2018, paralysée. Les travailleurs de cette unité industrielle manifestent leurs mécontentements par un mouvement débrayage de 48 reconductible en guise d’avertissement.

Bénin : La grève des syndicats largement suivie

C’est par mouvement de grève de 48 que les travailleurs de la société sucrière de Savè ont donné de la voix dans la crise qui secoue cette maison  depuis plusieurs années. Au cœur de la discorde entre les travailleurs et l’employeur,  figurent en tête de pont le non versement à la caisse nationale de sécurité sociale (Cnss) des cotisations prélevées,  la disparité salariale et le sous-classement des agents. A ceci vient se greffer et le non paiement des primes des heures supplémentaires au titre  de 2003 à 2008.

Ce lundi matin, les responsables syndicaux du Syndicat des travailleurs du sucre et d’alcool (Syntrasa) et de la Sucobe (Syntra-SUCOBE), ont exigé de la direction la mise en place d’une commission chargée d’étudier les disparités salariales et sous-classements en respect à la note de service du 25 août 2017 signée par le préfet intérimaire des Collines.

Julien Attolou et Jean Gbedon, respectivement du Syndicat des travailleurs du sucre et d’alcool (Syntrasa) de la Sucobe (Syntra-SUCOBE), ont rappelé que les  charges matérielles et financières liées au fonctionnement de la commission imputables à  SUCOBE-SA comme l’indique la note de service.

Ils ont, pour finir, indiqué que les mouvements de grève passent à 72 heures à compter de la semaine  prochaine si leurs revendications ne trouvent pas gain de cause.

Commentaires

Commentaires du site 0