Au Bénin, les enseignants boycottent la reprise de l’évaluation pédagogique

Au Bénin, les enseignants boycottent la reprise de l’évaluation pédagogique

La reprise de l’évaluation pédagogique des enseignants de la Maternelle et du Primaire n’a pas été effective ce samedi 28 juillet 2018. Les concernés, en l’occurrence, les enseignants, ont décidé de boycotter cet examen.

Education au Bénin : Kakpo Mahugnon annonce un recrutement d’enseignants pour avril 2018

Les enseignants ne veulent pas être évalués sur leurs compétences pédagogiques. Ils ont boycotté l’examen prévu à cet effet par le gouvernement samedi dernier. Dans les départements de  l’Ouémé et du  Plateau, ces enseignants ont investi  les centres de composition pour empêcher le déroulement des épreuves écrites.

La délégation du ministre des enseignements maternel et primaire qui s’est rendue  au Lycée Béhanzin, l’un des centres de composition, a constaté par elle-même la colère des enseignants et  a dû battre en retraite. Le ministre Salimane Karimou a été obligé d’annuler l’examen. Il a ensuite rendu compte au gouvernement de la situation.

 

Commentaires

Commentaires du site 6
  • Avatar commentaire
    Napoléon1 Il y a 3 mois

     
    Dans un pays où depuis 1960 il y a toujours eu un ministère dénommé planification  et un autre chargé de l’éducation ou de l’enseignement de base,comment se fait-il que la continuité du remplacement des enseignants qualifiés qui vont à la retraite ou les enseignants nécessaires dû par la dynamique démographique n’a pas été suivi à la lettre. Ce n’est pas curieux cette invention subite au Bénin de ce qu’on appelle „vacataires“? L’Etat et le pouvoir politique à un moment donné n’ont plus été à la hauteur de leur mission et ont improvisé dans un secteur où l’improvisation ne devait pas y être. L’éducation comme l’enseignement sont des metiers nobles qui ne pouvaient être exxercés par n’importe qui. Mais lorsqu’on a demandé aux soit-disants vacataires (sans formation et sans cursus) de venir jouer à l’apprenti-pedagogue, a-t-on bien pensé aux consequences? Le problème n’est pas les enseignants mais les politiques qui ne savent plus rien faire de bon dans ce pays.
     
    C’est une insulte aux autres enseignants qui ont été formés avec diplôme et certificat d’aptitude à l’appui et qui font leur métier depuis des années de venir se faire révaloriser encore une fois dans la masse. On ne devient pas une deuxième fois maître. Le maître est maître dans sa classe. Seul les inspecteurs généraux, les inspecteurs pédagogiques primaires ont en charge le contrôle et le suivi de l’enseignant dans son parcour. Que les politiques avec leurs ministres qui veulent mettrede  la politique partout pour satisfaire celui qui les a nommés cessent de faire mal aux corps enseignant et de perturber l’éducation et l’enseignement  dans notre pays.  
     
    L’aptitude pédagogique d’un enseignant, sa capacité de transmettre le contenu du curuculum ne peut être vérifié que dans sa classe et non dans une composition théorique d’évaluation d’un jour en masse.  Récruter plutôt des inspecteurs pédagogiques, former les et donner leur les moyens nécessaires pour encadrer et assurer le suivi professionnel des enseignants.
     
     
     

  • Avatar commentaire
    The Atlantean Il y a 3 mois

    “Garbage in garbage out” Comment les Instituteurs qui ne sont pas à la hauteur de leur fonction peuvent-ils produire des élèves compétents? Cette faiblesse se traduit à travers les forums de certains béninois qui avaient suivi les enseignements de ces pourris instituteurs. Ceux ou celles qui ne voudraient pas suivre les règles devraient être éliminés, renvoyés tout court. On veut la compétence, et non des nullards.

  • Avatar commentaire

    Talon,  tu ne vas nous échapper , le peuple te sanctionnera, tu peux mettre goudron partout au bénin , mais toi et ton bloc mécanique présidentiel serez sévèrement punis.

     

    Talon , tu sauras que le pouvoir appartient au peuple.

  • Avatar commentaire
    Tonagnon Il y a 3 mois

    À quoi servent ces evalévaluat? AvinA nous vraiment de sous à gaspiller à ce point ?

  • Avatar commentaire
    Prince Toffa 1er Il y a 3 mois

    Ces instituteurs sont nuls et ne sont pas à la hauteur des épreuves qui devaient leur être présentées. Connaissant déjà à peu près le niveau de dosage des épreuves lors de la première composition annulée, ils ont du fuir en avant pour cette fois-ci.

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 3 mois

    talon , ton gouvernement sera bientôt emporté par la colère de la rue , et ces refus de toujours se faire infantiliser par nos enseignants ne sont que des prémisses à ce qui va bientôt te faire detaler dans malle arrière de voiture