Bénin : Joël AÏVO critique les décisions de la Cour Djogbénou

Bénin : Joël AÏVO critique les décisions de la Cour Djogbénou

L’émission "Vue d’Ensemble" de la Télévision Carrefour a reçu ce dimanche 29 juillet 2018, le professeur Joël AÏVO . Le constitutionnaliste a jeté un regard plein d’appréhensions sur la Cour Djogbénou.

Modification du règlement intérieur de la cour : Réformer la Cour, c’est rendre ses décisions exécutoires

Joël AÏVO  a d’abord critiqué l’absence de constitutionnaliste au sein des nouveaux  membres de la Cour constitutionnelle. « Le fait de ne pas avoir un constitutionnaliste (à la Cour) est un handicap au départ » a déclaré le professeur.  Il estime cependant que les sept sages peuvent surmonter cet handicap en s’ouvrant au monde extérieur. Il fait  par exemple remarquer que le secrétaire général de l’institution est un constitutionnaliste.

Joël AÏVO a par ailleurs apprécié les réformes engagées par Joseph Djogbénou depuis son élection à la tête de la Cour constitutionnelle. Pour le constitutionnaliste , le principe du contradictoire était déjà au niveau de la haute juridiction. L’innovation selon lui, c’est l’accusatoire qui relève du droit privé. Il fait cependant remarquer que  « la justice constitutionnelle n’est pas la justice judiciaire. La Cour constitutionnelle, n’est pas le tribunal de première instance ». Un contrôle de constitutionnalité n’a pas besoin d’une audience publique  de son point de vue. De plus, la haute juridiction n’est pas un « fast food , une restauration rapide » pour que des décisions affectant la stabilité du pays soient traitées dans une sorte d’urgence juridictionnelle.

Ces décisions sont indignes de la Cour constitutionnelle du Bénin

Le professeur Joël AÏVO  a pour finir apprécié les décisions rendues par la Cour Djogbénou. Il dit être en désaccord avec l’immense majorité. Les  décisions rendues par la haute juridiction les 21 et 28 juin dernier ne sont pas de son goût . Pour lui, ces  jugements sont des revirements jurisprudentiels. Des revirements  qui n’ont pas respecté les règles.

« Le revirement a des critères : le temps et les circonstances » explique t-il. De plus, il « n’affecte jamais la même décision ». Ce n’est donc ni sérieux, ni crédible pour un juge constitutionnel de revenir sur ses propres décisions alors que le temps qui sépare l’ancien jugement  du nouveau  est extrêmement court et qu’il  n’y a pas eu une nouvelle législation, ni de changement de circonstance. A en croire le constitutionnaliste, l’effet de ces décisions est dévastateur. « Elles sont indignes de la Cour constitutionnelle du Bénin » estime Joël AÏVO. 

 

Commentaires

Commentaires du site 14
  • Avatar commentaire

    Le professeur Joël AÏVO a tout le temps fait la politique; DJOGBENOU et Joël AÏVO sont des adversaire depuis l’université donc les propos de Joël ne m’étonne ; il peut jamais soutenir les decisions de DJOGBENOU. Je me réjouis que Le Professeur Salami soit d’avis avec l’actuel president de la cour constitutionnelle.

  • Avatar commentaire
    Prince Toffa 1er Il y a 3 mois

     
    Je n’approuve pas les décisions rendues à l’emporte-pièce par Djogbénou et son équipe mais je tombe des nues quand des loups se mangent entre eux à ce si haut niveau de nos institutions.
     
    Ce ********** de juriste de Aïvo se prend pour qui lorsqu’il exige un ou des constitutionnalistes dans la CC ? Où est le texte juridique qui exige cette présence au sein de l’équipe? On n’est pas dans l’humour de son père Baba Yabo ici ; on est dans la réalité et en principe les juristes qui se côtoient ont leur cadre de critique au lieu que cela se fasse dans des colonnes de la presse.
     
    Tout le monde a remarqué ses appels de pied depuis la présentation du PAG mais Talon a dû choisir de ne pas le voir dans ses simagrées simiesques. Robert Dossou et Holo Théodore nous ont habitués à ce principe de non-ingérence et ce jeune n’y a pas tiré expérience du tout.
     
    ***************** Aïvo. Occupe-toi de tes cours et de tes étudiants à la Fac !!!
     

  • Avatar commentaire
    SONAGNON Il y a 3 mois

    Je crois que c’est des prises de position qui  nous confortent dans les analyses que nous faisons depuis sur cette cour fabriquée juste pour servir un homme.

    L’histoire retiendra la responsabilité de ces acteurs politiques, plutôt que de servir le pays , servent un seul homme.

    Pour ma part, en tant que simple citoyen, nous ne cesserons jamais de nous battre jusqu’à l’échec de cette horde d’indélicats qui font main basse sur les institutions de la République.

  • Avatar commentaire
    Emmanuella Il y a 3 mois

    Maitre djogbenou n’est pas constitutionnaliste. C’est une grave erreurs de le mettre à la tête d’une telle institutions

  • Avatar commentaire
    Étoile filante Il y a 3 mois

    Je connais très bien Joel. Pour ceux qui ne le savent pas, c’est la politique qui l’a fait et il fait la politique. Rien d’etinfant. Suive mon regard.

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 3 mois

    agadjavi , tu es trop intelligent pour survoler ainsi , ces intéressantes observations du professeur aïvo , qui est d’une meilleure facture intellectuelle comme le professeur salami Ibrahim , que ton godillot de djogbenou à la botte de talon , le mal-rusé , au point où si ce djogbenou devrait repasser devant le même jury qui l’a consacré agrégé , va cette fois-ci le recaler . Oui aïvo a bien raison sur tous les points évoqués , un revirement jurisprudentiel  , surtout en matière constitutionnelle , à quelques semaines , ne fait pas bien .

  • Avatar commentaire
    The Atlantean Il y a 3 mois

    On critique pour le fait de critiquer sans rien sortir de valable. L’idée est que quand on critique une situation, on essaie de mettre en lumière les remèdes. Au Bénin on critique pour détruire tout sur son passage, surtout quand il s’agit d’un ennemi.

  • Avatar commentaire
    Agadjavidjidji Il y a 3 mois

    Que Joel Aivo fusille une Cour dirigée par Djogbenou est-il vraiment un evenement au regard des parcours respectifs et des ambitions de ces deux jeunes aux dents longues? Je ne le crois vraiment pas.

  • Avatar commentaire
    Joeleplombier Il y a 3 mois

    joël Aïvo ne dit pas le droit. Disons le droit constitutionnel. Il fait de la politique politicienne.

    je trouve curieux et invraisemblable qu’il donne des leçons de droit constitutionnel à Djogbenou.

    Une triste manifestation de jalousie à l’égard du meilleur d’entre eux qu’est Joseph Djogbenou.

    je passais.

    Le plombier.

     

     

     

     

    • Avatar commentaire
      Madampol Il y a 3 mois

      Il n’a pas dit le droit? Répondez-lui à visage découvert. Une lettre ouverte

  • Avatar commentaire
    Béninois Il y a 3 mois

    Heureusement qu’il existe encore des gens comme lui dans le pays. L’espoir est permis.

  • Avatar commentaire

    Qui peut encore croire talon ? Quand il parle j’éteins ma télé. L’époque où il faisait ces show à la présidence devant les femmes des marchés des syndicats est révolue.

     

    Si ça ne tenait qu’à lui seul, il fermerait la faculté de droit public,

    Mawou , en 2019 les députés bmp vont pleurer, nous allons leur montrer la vraie ruse du peuple

    • Avatar commentaire
      FOLKLORE Il y a 3 mois

      Vous plaisantez ! Si ce Monsieur avait été nommé au Conseil il ne dirait pas ça ! Lisez bien l’interview et son appel du pied disant que le Conseil peut s’ouvrir sur l’extérieur ! Il veut des consultations rémunérées.  On peut reprocher tout ce qu’on veut à TALON, mais il connaît trop bien les béninois ! Notre éminent professeur dira autre chose, le jour où on l’appellera à la soupe!

      • Avatar commentaire
        Pacifique Il y a 3 mois

        Certainement comme DJOGBENOU qui dit aujourd’hui le contraire de tout ce qu’il disait hier quand il était dans la société civile… Maintenant qu’il est appelé à la soupe. Pitié pour ce pays et ces vendus