Bénin : Plus de 1500 déplacés et 5 morts suites aux violences sur les peulhs à Cobly

Bénin : Plus de 1500 déplacés et 5 morts suites aux violences sur les peulhs à CoblyLydie Déré Chabi Nah, préfet de l’Atacora

La communauté peulh au nord du Bénin a été victime de violence il y a environs un mois. Mais l’attaque perpétrée contre cette communauté a fait plusieurs centaines de déplacés  des morts suite à la découverte du corps sans vie d’un  homme éventré dans sa ferme de Tchamonga.

Elections rectorales à l’UAC au Bénin: 1064 électeurs votent lundi prochain

Le mois dernier, la découverte macabre du corps éventré d’un homme dans sa ferme à Tchamonga dans l’arrondissement de Datori à une vingtaine de kilomètres de Cobly centre a entrainé une expédition punitive contre des éleveurs peules de la localité soupçonnée d’être à l’origine du la tuerie. Armés de coupe-coupe, hache, fusil artisanal et autres armes blanches des gens en furie ont pris à partie la communauté suite à la découverte macabre. Le bilan des attaques fait état de Cinq morts dont deux enfants d’à peine 10 ans et plus de 1500 personnes déplacées dans le rang des éleveurs.

Lundi 9 juillet dernier, le préfet de l’Atacora s’est déplacé les sites d’accueil des peulhs pour constater l’ampleur de la situation. Sur les différents sites abritant les victimes de cette vendetta dans la commune de Matéri, le constat est bien amer. Des femmes en état, des bébés ainsi que des enfants tétanisés par l’horreur vécue dans leurs campements. Et des hommes tenant à peine debout encore sous le choc. A Gouandé, 35 personnes ont été recensées, 150 à Tcharikouanga, 41 à Kouforpissiga et 50 à Samahoum.

Très remontée face à l’ampleur des violences, Lydie Déré Chabi Nah, préfet de l’Atacora a mis à la disposition des déplacés du matériel de couchage et de la nourriture pour assurer leur subsistance pendant ces difficiles moments de leur vie.Le préfet a indiqué que l’Agence nationale de la protection civile est déjà à pied d’œuvre pour apporter du soutien ainsi que la Croix-Rouge. Des dispositions sont également prises pour apporter des moustiquaires et des soins aux sinistrés notamment aux enfants et aux personnes affectées, a-t-elle ajouté.

Commentaires

Commentaires du site 6
  • Avatar commentaire
    roukayath sambo Il y a 6 jours

    très horrible Pr les humains. où va le monde avec tout cela ? mais une Chose es de comprendre ta se complète :eleveur agriculture et vice versa. mais soeurs o contrôle et tout ce paye ici bas. que le seigneur tout puissant assis le préfet pour son geste humanitaire

  • Avatar commentaire

    Tout ce qui à de début à de fin.

  • Avatar commentaire
    GbetoMagnon Il y a 7 jours

    Où sont les élus des circonscriptions dans lesquelles ces meurtres sont perpétrés ?

    Voilà du travail d’élu pour soutenir l’action de la préfette.

    Ce serait plus utile que de s’investir en manigances à Cotonou pour transformer la Constitution en titre foncier qui consacrerait les institutions et les mandats comme leur propriété.

  • Avatar commentaire

    Hum! Elle est bien belle cette vie.

    aziz,  serais tu déjà au courant ?

    • Avatar commentaire

      Apparemment…il y a une chasse aux peuplh…dans la sous région niger,burkina,benin mali…

      Sérieusement…je pense que si on ne prend pas garde et resoudre rapidement..cette histoire..l’afrique va trembler

      On a déjà boko haram..plus les djihadistes dans le sahel…

      Donc n’en rajoutons…pas…car les peulhs de part leur mobilité…leur caractère…d’éternels insoumis….et qui d’ailleurs constitue…la population la plus nombreuse du contient..

      dis je….ce sera grave

  • Avatar commentaire

    Une histoire recurrente chaque annee dans la sous-region, le Nigerian en est champion. A quand la fin de cette barbarie contre sois-memes.