Second échec de la révision de la constitution : Les raisons de l’échec et ses conséquences

Second échec de la révision de la constitution : Les raisons de l’échec et ses conséquencesL'He Bruno Amoussou vote pour l'amendement de la constitution

Pour une seconde fois, le projet de révision de la constitution s’est soldé par l’échec au parlement. Si pour la première tentative, c’est à la première étape du vote de prise en considération que le processus s’était arrêté, cette fois c’est au niveau de l’adoption du texte final que l’opposition parlementaire a usé de son droit de véto.

Bénin : Le Bloc de la majorité parlementaire sort de sa réserve ce jour

Ce second échec de la révision de la constitution doit faire réfléchir aussi bien les députés du bloc de la majorité parlementaire que le gouvernement lui-même. Pour les premiers, il est question pour eux de comprendre que la détention de la majorité au parlement n’est pas la garantie du succès à toutes les initiatives législatives. Les députés du Bmp devraient apprendre à rendre leurs propositions attractives et dénuées de suspicions. Si les initiateurs de ce projet de loi avait procédé par l’organisation d’un débat public, cela aurait eu pour conséquence d’écouter différents sons de cloche sur le sujet. Les initiateurs du projet auraient ainsi adapté le contenu du projet aux critiques et suggestions qui naîtraient du débat public.

Avec l’intervention des universitaires et des acteurs politiques assermentés, ce serait un texte consensuel que ces derniers auraient proposé au parlement. Avec la particularité que ce texte soit le produit d’un consensus. Mais penser s’appuyer sur la majorité et tenter un passage en force, a été préjudiciable pour les initiateurs qui à moins d’un an des élections législatives enregistrent une deuxième déculottée.

Quant au gouvernement qui soutenait ce projet d’amendement de la constitution, il aurait pu tirer des leçons du premier échec de la révision de la constitution d’avril 2017. Il aurait conseillé aux initiateurs une approche de sensibilisation et d’implication de l’ensemble de la population à la réflexion. Il se dégage avec cette deuxième victoire des députés de la minorité parlementaire, une plus grande sympathie des populations à leur endroit. Eux qui sont désormais présentés comme des sauveurs du peuple.

A huit mois des législatives, les députés du Bmp devront trouver de meilleures approches pour regagner la sympathie des populations. Il s’agira pour eux de réussir à extirper de la conscience collective l’idée très répandue à tort ou à raison que les députés de la majorité parlementaire ne représentent plus le peuple.

Commentaires

Commentaires du site 10
  • Avatar commentaire
    lambert Il y a 1 mois

    A bon entendeur, salut.

  • Avatar commentaire

    Au homme sage peu de mots et si Talon en était, je pense qu’il devrait comprendre ces leçons de nos députés.

  • Avatar commentaire
    Béninois Il y a 1 mois

    Talon qui se cache maintenant derrière Amoussou pour avoir sa constitution taillée sur mesure ! 😂😂😂😂

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 1 mois

    ces deputés godillots et talon le vo.leur , pil.leur , gagenaient à aborder dans le sens du PLP et autres de l’opposition à organiser une assise nationale comme une conférence nationale bis , afin de mettre à plats tous les ” problèmes ” et de la constitution , et de la gouvernance désastreuse de talon

  • Avatar commentaire
    Madampol Il y a 1 mois

    Ils veulent réviser/amender la constitution? Qu’ils nous proposent quelque chose de “révolutionnaire”

    Quelques temps idées

    Modifier l’immunité parlementaire qui sera réduite aux seules déclarations d’un député au sein de l’hémicycle

    Suprimer la haute court de justice, pour que les ministres et président deviennent des justiciables ordinaires, avec une immunité bien limitée pour le président durant son mandat

    Supprimer ces machins que sont la Haac et le CES. Laisser la presse d’auto-réguler et les tribunaux comme ultimes juges.

    Trouver un mécanisme pour rendre les décisions de la court constitutionnelle contraignantes

    Rendre la déclaration des biens des ministres et autres personnalités astreintes contraignantes. Par exemple, en l’absence de déclaration trois mois après la prise de service, le limogeage est automatique après constat de la court suprême. Avec impossibilité d’occuper un poste de rang équivalent pour cinq années et inéligibilité…..

    • Avatar commentaire
      Sonagnon Il y a 1 mois

      Bravo mon cher!!!

      Voilà ce qu’on appelle révision. Et moi j’ajouterai que toute personne ayant un procès non vidé   pour corruption ou contre l’état  ne pourra occuper aucun poste politique au Bénin.

  • Avatar commentaire
    Amaury Il y a 1 mois

    Ils doivent classer définitivement ce projet et se consacrer à la réalisation du peu qu’ils peuvent sur le PAG

  • Avatar commentaire
    GbetoMagnon Il y a 1 mois

    es raisons ? : ça me semble évident. La défiance qu’inspire un gouvernement qui met tout en oeuvre pour neutraliser et mettre sous contrôle tous les contre-pouvoirs du Système Démocratique béninois.
    Les conséquences ? : un Statu quo pour maintenir en l’état la seule chose que possède vraiment la politique béninoise: son Système Démocratique.
    Et pour ma part, je serai toujours du côté de ceux qui protègent l’équilibre des pouvoirs contre les manipulations constitutionnelles afin d’offrir un an de plus à des profiteurs en échange de leur appui aux abus de pouvoir, ou aux manigances pour obtenir un 3ème mandat….

    • Avatar commentaire

      GbetoM

      Dis donc l’ancien!

      tu ne t’es pas foulé hein? Tu nous  balances le même post sur 2 articles différents hein!

  • Avatar commentaire
    KOFFI Bienvenu Il y a 1 mois

    Louez Dieu le tout puissant. J’ai toujours dire qu’il y a un Dieu pour les pauvres du Bénin. Mon peuple compte sur ton Dieu tes ennemis seront déculottée.