Sortie médiatique des Fcbe au Bénin : Djènontin et Atchadé mettent fin à la campagne d’intoxication

Sortie médiatique des Fcbe au Bénin : Djènontin et Atchadé mettent fin à la campagne d’intoxication

Pour mettre fin à la campagne d intoxication engagée à l' endroit des députés de la minorité parlementaire d'une part et les Fcbe d'autre part, les honorables Valentin Djènontin et Nouredine Atchadé ont animé ce samedi 14 juillet 2018, une conférence de presse au siège des Fcbe sis Ménontin à Cotonou.

Bénin : Les observations de Djènontin et Atchadé sur les 4 points de l’amendement constitutionnel

Au cours de leurs échanges avec la presse, les deux cadres des Fcbe ont donné leur part de vérité sur les coulisses, les non-dit et les mensonges sur l opération d’amendement de la constitution au parlement. “Après un moment volontaire de silence, nous avons décidé de prendre la parole pour mettre fin à la campagne d’intoxication montée contre les députés de la minorité parlementaire“. C’est par ces mots que l’He Nourenou Atchadé, chargé de la communication des Fcbe a entamé sa mise au point.

Les coulisses de l’amendement de la constitution

L’He Atchadé a reconnu que les députés de la minorité parlementaire ont effectivement pris part aux séminaires parlementaires ont organisés à Cotonou et à Grand Popo sur les thèmes qui constituaient les sujets d amendement de la constitution. Mais il se rappelle qu’à l’occasion les députés de la minorité parlementaire ont fait des propositions au sujet de la participation de la femme au parlement, de retoucher l’article 26 de la constitution.

Mais à sa grande surprise, un ancien président de la Cour suprême fait une sortie médiatique au cours de laquelle il annonce des châtiments sévères si jamais les députés de l’opposition font encore échec à la modification de la constitution. Ces propos de ce zélateurs du régime, sont immédiatement suivis par une campagne médiatique au niveau de la presse écrite.

Ici les députés de la minorité et l’ancien Président Yayi Boni sont présentés comme les ennemis de la promotion de la femme. C’est pendant que la minorité parlementaire attendait la création d’une commission en vue de la modification de l’article 26 de la constitution que ces derniers reçoivent la proposition de lois portant amendement de la constitution.

Les autorités parlementaires voulaient de façon éclair engager cet amendement. La minorité parlementaire était disposée à discuter avec les collègues députés sur le déroulement et le contenu. L’He Atchadé rapporte que la minorité à été reçu par le président de L’Assemblée nationale, puis par Bruno Amoussou avec qui les échanges étaient très cordiaux. Mais le déclic est venu de la rencontre avec le président du bloc de la majorité parlementaire, BMP, Jean Michel Abimbola. Selon l’He Atchadé, ce dernier a expliqué aux députés de la minorité que c’est lui qui a le dernier mot dans le cadre des négociations et que le texte à considérer est celui qu’il aura arrêté.

Dans cette cacophonie les députés de la minorité ont sollicité l’expertise d’un technicien de la question pour comprendre le texte à eux proposé. C’est pendant que ces députés sont dans l’attente de la réponse qu’il ont appris la tenue manu militari de la session sur l’amendement de la constitution. C’est donc au vu de l’empressement avec lequel les autorités parlementaires tenaient à procéder à l’amendement de la constitution que les députés de la minorité ont opté de voter contre sa prise en considération et à son adoption.

Ce faisant, les députés de la minorité parlementaire selon He Atchadé appuyé par l’He Valentin Djènontin, ont voulu laisser le peuple lui-même décider de cet amendement de la constitution qui est selon eux un texte d’une importance pour le pays.

Nous sommes les représentants du peuple, mais c’est tout le peuple qui est souverain” à laissé entendre le porte-parole des Fcbe.

Commentaires

Commentaires du site 11
  • Avatar commentaire

    Les 5ans finiront bientôt et tout ceci le ratrapera.

  • Avatar commentaire
    BABATOUNDE Il y a 5 mois

    chers amis,regarde nos societes,il en reste combien pour le Benin et combien pour le president Beninois,voyons la verite en face et laisser les dilatoires,nous prions Dieu qu’il finisse son mandat et nous allons respirer.

  • Avatar commentaire
    GbetoMagnon Il y a 5 mois

    “SEGLA T. Jacques”, bien essayé mais le problème n’est pas là. “MadamPol” a par ailleurs clairement répondu à votre essai de dénigrement des Elus qui s’opposent à la finalité de tout ça.

    Les Députés ont rejeté le projet en bloc parce qu’ils sont conséquents : ce qu’ils rejettent c’est l’implantation d’un pouvoir sans contre pouvoirs, les extensions de durée de mandats, sous couvert de réformes accessoires (les femmes, la peine de mort, …).

    Ils défendent le système Démocratique béninois et ses principes. Le reste, vos arguments, c’est du dilatoire, de la perte de temps, pour détourner l’attention sur des détails afin de masquer la finalité: briser l’équilibre du Système Démocratique garanti par la Constitution

  • Avatar commentaire
    SEGLA T. Jacques Il y a 5 mois

    Sont-ils si défaillants pour solliciter le concours d’un expert, avant de comprendre les propositions sur la Cour des comptes, la représentativité des femmes, le groupage des élections et la constitutionnalisation de l’abolition de la peine de mort? Si ces députés de la minorité étaient conséquents, ils auraient dû participer à l’amendement du texte initial, après l’adoption de sa recevabilité. Pourquoi avoir préféré de rejeter systématiquement, alors que ce rejet signifiait, ils le savent, le recours au référendum? Ils allaient amender le texte initial; et voir si leurs amendements seraient pris en compte. Ils ont préféré faire de la pure opposition de personne; parce que c’est Talon qu’ils voient partout.

    • Avatar commentaire
      Madampol Il y a 5 mois

      Un député n’est pas forcément un spécialiste du droit. Dans les vieilles démocraties, les parlementaires disposent d’une armée d’aides pour les éclairer sur des points obscures des projets de loi qu’ils sont appelés appelés à voter. Demander de l’aide à un spécialiste en qui ils ont confiance n’a rien de honteux, tout le contraire, surtout face au pouvoir de la ruse et de la rage, qui a la cc et une confortable majorité parlementaire à sa botte

  • Avatar commentaire

    je vous soutien l’honorable. je voudrait demande au député du BMP pourquoi ils veulent réviser cette constitution coût que coût .ce qui encore marrant ils sont laisse d’autre point proposé par le gouvernement ce qui veut dire les point du gouvernement étais veine non .mais il y à quelque chose qui est cache.
    vive fcbe
    vive les député de la minorité.
    vive le peuple béninois.

  • Avatar commentaire

    ils n ont rien dit que des bla blas… au lieu de reconnaitre leurs erreurs…ont leur a encore posé un piège et ils ont tombé de dans…Il ne faillait pas aller au refedum…Now Talon profitera pour faire passer tout son texte….Bravo Talon et BMP…ils sont très intelligents!!!!!!

    • Avatar commentaire
      SONAGNON Il y a 5 mois

      Ce n’est pas si évident que Patrice TALON fasse passer dans la constitution ce qu’il veut lors du référendum !!!

      Il est clairement démontré là que le BMP, ne cherche pas à jouer un jeu clair.

      L’objectif, c’est de faire une constitution sur mesure pour protéger Patrice TALON, et le maintenir au pouvoir et ça ne passera pas!!!

      Pour rester au pouvoir, il faut organiser des élections.

      On va se battre jusqu’à la dernière minute!!!

  • Avatar commentaire

    ranchement merci,merci Aziz,des fois tu m’épates.Du matin au soir,du lundi au lundi,il n’y a que ça,la politique.Et les journaux au lieu de se pencher sur la production agricole,la production du maïs,de l’oignon,de l’aie, la tomate mais non ça n’interesse personne.la politique et rien que la politique.

  • Avatar commentaire
    GbetoMagnon Il y a 5 mois

    “qui veut noyer son chien l’accuse de rage”. La minorité sera encore et encore la cible de dénigrements individuels et collectifs tant qu’elle tiendra bon pour défendre le seul véritable acquis de sa Conférence Nationale:

    La Constitution et l’équilibre des pouvoirs, que ces tentatives de révision tentent de détruire pour laisser libre cours au pouvoir absolu

    • Avatar commentaire

      Ce qui est désolant dans tout çà…c’est cette maladie collective…du politique.!!!

      on dirait que..dans ce pays..il n’a que la politique…qui tient lieu…de fondement de tout..

      Combien d’article de journaux…sur l’amélioration de la production cotonniere,de l’huile de palme,de la pèche…et de l’élevage..

      la politique…cette activité..ne nourrit..à peine..une minorité de beninois…

      N’a t il pas d’autre chose à faire…?…