Bénin : Patrice Talon dénonce la mafia dans les centres de soins privés

Bénin : Patrice Talon dénonce la mafia dans les centres de soins privés

Au Bénin les médecins sont obligés de choisir entre leurs cabinets privés de soins et le service public. C’est une décision issue du conseil des ministres du 25 juillet dernier. Dans une interview qu'il a récemment accordée à la presse nationale, le président Talon a justifié cette mesure prise par son gouvernement.

Classement Open Government Patnership : Le Bénin régresse pour opacité

« Mon sentiment est que les béninois ne sont pas satisfaits de l’offre de soins dans les centres de santé et hôpitaux publics » a lâché d’entrée le numéro 1 béninois. A l’en croire, l’Etat a investi massivement dans la formation des médecins. Quand ils sont déployés dans les hôpitaux publics , le gouvernement leur permet   d’offrir des prestations dans le secteur privé pour arrondir leur fin du mois. Mais cette permission donne lieu de la pagaille.

« Les médecins qui ont la possibilité d’aller exercer ponctuellement dans le privé ont délaissé leur sacerdoce » relève Patrice Talon. Ils consacrent l’essentiel de leur temps, de leur énergie et de leur volonté à exercer dans le privé. Ils ne donnent donc plus la contrepartie de leurs salaires payés avec les  impôts des uns et des autres.

Beaucoup de médecins surfacturent les malades

Le  Chef de l’Etat a par ailleurs dénoncé les réseaux qui se sont installés dans les hôpitaux publics pour détourner les malades vers les centres de soins privés. A l’en croire, le réseau est monté de sorte que chaque acteur perçoit sa commission. De plus, les patients font l’objet d’escroquerie. « Beaucoup de médecins surfacturent les malades. Çà devient une gangrène que nous devons combattre  » a indiqué Patrice Talon qui promet des commodités aux médecins qui vont décider de rester dans le service public. Il envisage de recruter pour compenser les départs.

Le premier magistrat a pour finir indiqué que la loi ne donne pas le droit aux médecins d’exercer en clientèle privée. Elle leur permet de le faire à condition que le ministère de la santé leur en donne l’autorisation. Ce n’est donc pas une violation des textes si le gouvernement décide de retirer ces autorisations,fait remarquer le chef de l’Etat.

Commentaires

Commentaires du site 14
  • Avatar commentaire
    Raymondo Barnabé Il y a 4 mois

    Bonne réaction mon président…c’est méchant de la part de ces médecins qui s’intéresse plus aux travaux de leurs cliniques qu’aux travaux publics

  • Avatar commentaire
    David Daouda Adiho MASSADIMI Il y a 4 mois

    C’est le temps des réformes et aucun secteur ne doit être épargné. Exerçant dans le domaine de la santé, je rends compte des conditions d’exercice de mes confrères, de certaines de leurs conduites professionnelles. Je suis pour les réformes cela ne fait aucun doute car cela permettra d’assainir un peu le secteur sanitaire totalement vérolé par l’appat de l’argent facile.

  • Avatar commentaire
    Maxwell Il y a 4 mois

    C’est bien pour les pauvres

  • Avatar commentaire
    Avouhan Il y a 4 mois

    Les derives dénoncées par le chef de l’état sont des faits véridiques.

    Il existe des fairs beaucoup plus graves et pour lesquels je m’abstiendrai d’en parler.

    Il faut un grand coup de balai candle secteur, allez pisté.

    Comme disent les Fons:”Gbèto na woye”.

    Que Dieu protège nos frères et soeurs.

     

    Bonsoir

  • Avatar commentaire

    Pour une fois je suis d’accord avec cette decision.

    ET S’IL VOUS PLAIT ARRETTER DAUTORISER SUR VOTRE SITE WEB POUR LEQUEL NOUS AVONS BEAUCOUP DE RESPECT LES PUBs DE PRODUITS COSMÉTIQUES DESTINES A LA DEPIGMENTATION. merci

  • Avatar commentaire
    Brice DJOSSOU Il y a 4 mois

    Excellence Mr le Président, vous avez fait le diagnostic! il faut faire suivre des actes concrets.

  • Avatar commentaire
    Tonagnon Il y a 4 mois

    Il exagère quand même un peu lorsqu’il parle d’escroquerie

    • Avatar commentaire
      Agadjavidjidji Il y a 4 mois

      Lorsqu’un chirurgien facture 2.700.000 de nos francs à son patient pour un soit disant implant qui n’a jamais existé, vous l’appelez comment vous? Si ça n’est pas de l’escroquerie dites nous alors ce que c’est puisqu’on en apprend toujours avec vous.

      • Avatar commentaire
        Tonagnon Il y a 4 mois

        Je préfère ne pas croire à ce que tu écris. C’est d’une telle gravité que, si c’était réel, cela pourrait valoir à ce médecin, une interdiction à vie d’exercer la fonction médicale.

    • Avatar commentaire
      Gbegamey009 Il y a 4 mois

      Vous êtes peut être l’un des acteurs de cette escroquerie! Elle existe cette escroquerie. Pire est que des médicaments sont prescrits pour faire gagner de l’argent aux cliniques alors que le mal dont souffre le patient ne nécessite point ces médicaments!! Cherchez l’erreur!

  • Avatar commentaire
    The Atlantean Il y a 4 mois

    Il ne devrait pas y avoir des cliniques privées dans les centres hôpistaliers publics. L’état devrait imposer sur tout le territoire un coût variant sur la consultation médicale dans les cliniques privées. Je m’explique: Le coût de la consultation médicale dans une Clinique privée à Cotonou par example, coûterait moins à Comé, et à Grand Popo. Les Médecins ou Docteurs peuvent travailler dans les hôpitaux publics du Lundi-Vendredi, leurs salaires seront basés sur cette option. Les Médecins ou Docteurs qui désireraient travailler à temps partiel dans les hôpitaux publics et cliniques privées, l’état déterminera leur salaire. L’état devrait obliger chaque Clinique privée d’afficher en lettres mouillées le coût de la consultation médicale établi par le gouvernement.

    • Avatar commentaire
      Matini Il y a 4 mois

      Vraiment  , il va falloir que l’état fixe les coûts de consultations il y a trop d’anarchie dans notre pays et on s’enrichit sur le dos de la population qui peine à s’offrir un repas par jour.

      • Avatar commentaire
        Béninois Il y a 4 mois

        Ce n’est pas le rôle de l’Etat de fixer le prix des consultations médicales dans les structures privées. Le recours au médecin dans les cliniques privées est un choix dont chaque patient doit en assumer le prix. Par contre, l’Etat a le droit de fixer les prix des consultations médicales dans les structures publiques. personne n’est obligé d’aller se faire soigner dans les cliniques privées.

  • Avatar commentaire
    KOFFI Bienvenu Il y a 4 mois

    Bravo Mr Président tu as crevé l’abcès. Dieu soutiendra dans cette lutte comme tu as fait et les week-ends nous roulons paisiblement devant les force de l’ordre qui nous taquinait entre temps.