Les résultats du second tour de l’élection présidentielle au Mali qui étaient attendus pour ce jour, jeudi 16 Août 2018 sont tombés. Et c’est le président sortant, Ibrahim Boubacar Keïta qui est ressorti vainqueur avec un score de 67,17% des voix. son challenger, l’opposant Soumaïla Cissé lui n’a pu recueillir que 32,83% du surffrage exprimé selon les résultats officiels de ce second tour de la présidentielle qui ont été rendus public ce jour. Le Président sortant Ibrahim Boubacar Keïta a donc les cinq prochaines années devant lui pour poursuivre les actions déjà entamées par son régime et opérer des changements dans la vie des maliens.

Plus d’information dans les prochaines heures.

Mali : après les terroristes, une crise politique?

5 Commentaires

  1. IBK a gagné au second tour contre Soumaila. OK pour moi cette victoire est ternie par la fraude à grande échelle du premier tour qui a écarté les candidats potentiels qui pouvaient menacés IBK. IBK doit tirer les leçons de l’échec de son premier mandat pour obtenir une unité de la nation malienne.

  2. Un président africain en fonction pour son premier mandat et perdre facilement le deuxième mandat. Afrique restera toujours sous les commande des occidentaux.

  3. je ne peux pas comprendre..ce grand peuple du mali…

    Au nom de quoi..ils confient les élections..au ministère de l’intérieur..

    C’est une erreur monumentale..qu’ils payeront cher..

    comme je le dis..les systèeme dits démocratique..en afrique…sont inutiles…gouffre financiers…et de perte de temps.

    c’est au benin…(et je m’en félicite)..qu’un gouvernement en fonction peut perdre les élections..

    Sous soglo..kérékou est monté en haut..

    Sous yayi ***********…a pris le pouvoir..

    sous yayi..*************..a pris le pouvoir

    • Les Maliens ont effectivement commis une grave erreur d’accepter que le ministère de l’intérieur régente les élections de A à Z. Le résultat était prévisible à 100% avant le déclenchement des élections.
      L’opposant Soumaïla Cissé aurait dû s’en prendre au dispositif (gouvernance, processus et outils électoraux) bien plus tôt que de se plaindre maintenant de fraude. Son manque de clairvoyance et de proactivité en ce sens indique qu’il n’est peut-être pas vraiment qualifié pour le boulot (De 2 maux, il faut choisir le moindre. Je ne le connais pas pour juger s’il est préférable à IBK).

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom