Russie : Vladimir Poutine interdit une organisation écologiste américaine

Russie : Vladimir Poutine interdit une organisation écologiste américaine

En Russie, la PERC, une organisation écologiste américaine est menacée d'expulsion à cause d'une loi votée en 2015. Explications.

Rencontre Poutine – Trump : la Russie apporte des précisions

En 2015, le président russe Vladimir Poutine faisait passer une loi, selon laquelle certaines entités ou organisations étrangères, actives en Russie, pouvaient être considérées comme étant indésirable. Indésirables puis totalement interdites, et ce, peu importe qu’il ne s’agisse d’une ONG, d’une association ou d’une entreprise. Une loi qui vient d’ailleurs compléter un second amendement, voté lui en 2012 et selon lequel une organisation bénéficiant d’un financement provenant de l’étranger et ayant une « activité politique » – terme ici, assez vague – se doit de s’enregistrer auprès des autorités compétentes comme un « agent de l’étranger ». Un terme fort et lourd de sens qui a d’ailleurs provoqué une petite controverse.

La PERC, considérée comme un danger pour la Russie

Depuis cette loi, de nombreuses entités ont donc été enregistrées en tant que tel. Récemment, c’est l’organisation écologiste, Pacific Environment (PERC), qui en a fait les frais. En effet, cette association américaine travaillant parfois dans l’Extrême-Orient russe, a été qualifiée d’indésirable par les autorités. Résultat, il reviendra au ministère russe de la Justice de décider si oui ou non, cette association doit être interdite.

Aidant et conseillant les petites organisations écologistes locales œuvrant en faveur de la protection des espaces naturels de la région, la PERC a été définie par le parquet général russe comme une menace possible pour l’ordre constitutionnel de la Russie ainsi que pour la sécurité de l’État.

Commentaires

Commentaires du site 1
  • Avatar commentaire
    Costar Il y a 3 mois

    Libre expression En quoi es tu libre , prisonnier de ta haine et de ta xenophobie.Aucun de tes pseudos arguments ne tient la route, que du néant, des poncifs d’extrême droite qu’on a malheureusement trop souvent entendu.