Bénin: Examen du code électoral et des poursuites d’ex-ministres au parlement lundi prochain

Bénin: Examen du code électoral et des poursuites d’ex-ministres au parlement lundi prochain

Au Bénin les députés reprennent le chemin du parlement le lundi 27 août prochain. Plusieurs points sont inscrits à l’ordre du jour de cette session extraordinaire.

Bénin : Les représentants du parlement au sein de la Cbdh connus ce jour

A la demande de 52 députés, une session extraordinaire va s’ouvrir à l’Assemblée nationale le lundi prochain. Entre autres points inscrits à l’ordre du jour de cette session,  l’examen de la proposition de loi portant sur le code électoral  et des demandes de poursuites devant la Haute Cour de justice des anciens ministres Amadou Djibril, Komi Koutché, Valentin Djènontin, Aboubakar Yaya, Simplice Codjo et Fatouma Amadou Djibril

Après la levée de l’immunité des députés Idrissou Bako, Valentin Djènontin et Atao Hinnouho, les parlementaires du BMP vont-ils aussi autoriser la poursuite devant la haute cour de justice de ces anciens ministres ? Le peuple béninois en aura le cœur net lundi prochain.

Signalons qu’il faut  que les 2 /3 du parlement  (56 députés) approuvent  la poursuite des concernés devant la haute juridiction . Dans le cas contraire, l’institution constitutionnelle ne pourra rien contre ces potentiels “clients”.

 

Commentaires

Commentaires du site 2
  • Avatar commentaire
    Akouêgnon Mathias Il y a 4 semaines

    Que les élus du peuple béninois soient conscient de leurs actes. Nous les avons choisi pour qu’ils nous défendent. Pensez au peuple et non à vos propres gains, ne votez pas pour voter et ne vous arrangez pas à côté de qui que ce soit pour faire souffrir le peuple mais arrangez vous plutôt à côté du peuple, ayez le courage et la détermination et enfin soyez des vrais élus car la nature juge.

  • Avatar commentaire

    L’action d’un parlement ne saurait être l’élaboration des lois qui seront l’expression de l’injustice et de l’arbitraire.

    Les députés qui se disent acquis à la cause de Patrice TALON, plutôt que du peuple béninois, doivent faire leur examen de conscience avant de se prononcer sur l’ordre du jour de cette session.

    Je ne sais pas si le Bénin est encore un pays démocratique, si certains le pensent encore, ils doivent pouvoir le prouver, en œuvrant pour que toutes les lois, et dispositions à prendre, assurent l’exercice de la raison critique et la foi dans la liberté.

    Condition de base, pour tout développement économique et social dans un pays qui se réclame de la démocratie.