Afrique : l’avenir de la jeunesse n’est pas au fond de la mer (BAD)

Afrique : l’avenir de la jeunesse n’est pas au fond de la mer (BAD)

Ellen Johnson Sirleaf, l’ancienne présidente du Libéria a présidé un panel à Abidjan sur les migrations africaines. Cette rencontre qui s’est déroulée du 19 au 20 septembre a connu la participation du président de la Banque Africaine de Développement ( BAD ) Akinwumi Adesina et de plusieurs experts.

Intervention en Libye: le mea culpa tardif de la France (Macron critique)

Les participants à ce panel pensent que la  crise migratoire n’est qu’une vue de l’esprit. « Il n’y a pas, aujourd’hui, de crise migratoire, ni de risques d’une invasion africaine de l’Europe » ont-ils déclaré. En effet, certaines  idées véhiculées  parlent d’une crise migratoire à cause de l’afflux des migrants africains sur  les côtes européennes. Pour les experts du panel, les deux tiers des migrations africaines ont lieu à l’intérieur de l’Afrique. Seulement 10% d’africains choisissent de quitter le continent pour l’Asie, l’Europe, l’Amérique et les pays du Golfe.

A propos des migrants qui tentent de joindre l’Europe au péril de leurs vies, le  président de la Banque Africaine de Développement a fait savoir que   « l’avenir de la jeunesse africaine ne se trouve pas au fond de la mer Méditerranée ». Pour Sibry Tapsoba, directeur du bureau de  coordination des pays de transition à la BAD, l’avenir de l’Afrique est un peu compromis par la mort des migrants africains en mer.

Commentaires

Commentaires du site 0