Au Bénin la restitution des œuvres d’art pillées par la France reste une préoccupation majeure du gouvernement. En conseil des ministres hier, le président Patrice Talon a décidé de créer un comité chargé de la coopération muséale et patrimoniale entre son pays et l’ancienne puissance colonisatrice. Ce comité de 17 experts culturels béninois est dirigé par l’ancien sous-directeur général Afrique Francophone de l’Unesco Nouréini Tidjani Serpos. L’instance  aura à   définir les modalités de restitution des œuvres d’arts avec la partie française représentée par l’universitaire Bénédicte Savoy et le l’écrivain musicien sénégalais Felwine Sarr. Pour le porte-parole du gouvernement béninois ce comité a pour « mission de conduire la discussion jusqu’à la concrétisation de cette volonté de ramener chez nous ces biens culturels qui nous appartiennent qui font partie intégrante de notre identité et de notre richesse culturelle ».

Selon un membre du comité contacté par Rfi, il n’y aura pas d’arrogance ni de brutalité. « nous sommes des négociateurs en mission » a-t-il indiqué. Soulignons la présence d’un muséologue, d’un traditionaliste et d’un historien d’art dans ce comité chargé de rapatrier les œuvres d’arts pillées par la France pendant la période coloniale.

 

10 Commentaires

  1. AccueilCulture
    Bénin : Nouréini Tidjani Serpos nommé président du comité pour la restitution des œuvres d’arts pillées par la France
    UN AUTRE MACHIN BUDGETIVORE .LES ARTS SERONT RESTITUE ET APRES UN GROS SCANDALE NATIONALE VA LES FAIRE DISPARAITRE EN FUMEE UN MATIN .
    VAUT MIEUX LES LAISSER EN FRANCE CAR AU BENN ,LES CHANCES DE BIEN LES CONSERVER SONT A 1,1%

    • Il n’en est pas question de les laisser en France!!!

      Le gouvernement doit mettre en projet un musée digne du nom pour les recevoir.

      Mais Patrice TALON a du mal à trouver l’argent pour faire face aux dépenses de souveraineté, et pour colmater les brèches il créé des impôts sans loi de finance rectificative.

      Je lui conseille, de puiser dans les 47 milliards qu’il a fait débloquer au premier conseil des ministre pour sa poche, pour construire un musée.

  2. Pourquoi ne pas lancer la construction d’un musée moderne digne du nom à Cotonou ou Ouidah pour recevoir le retour de ces objets????

    Ou bien on va les retourner à Abomey, dans les ruines des palais là bas, à la merci des trafiquants de tout bord???

    L’anticipation, c’est ce qui nous manque dans nos pays.
    Mais rien de surprenant, Patrice TALON n’est pas venu pour construire le Bénin, il est venu pour ses affaires, il l’a dit clairement dès le début de son mandat, et c’est bien la seule chose qu’il réussit.

  3. Hum! Felwine Sarr n’est pas seulement écrivain et musicien, il est aussi un brillant économiste ayant des idées.
    Lisez son livre ”afrotopia” çà décoiffe.

  4. De la diversion , encore de la diversion , toujours de la diversion de talon , on crée encore un machin pour satisfaire des partisans et distraire l’argent des beninois ; que valent ces breloques , qui du reste sont mieux gardées et vues en France qu’au benin? Talon vaut mieux t’occuper de la rentrée des enfants beninois , des enseignants , qui en cette saison pluvieuse dont d’inondation vont faire la rentrée , le cœur et les poches en détresse, alors même que vos enfants à vous sont au lycée francais de cotonou , étudiants en salle climatisées 

  5. Y a t il un musée sécurisé pour accueillir ces œuvres? Qui pourra vérifier l’authenticité de ce qui nous sera remis, étant entendu qu’aucun béninois n’a accédé à la conservation des objets volés depuis plusieurs décennies.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom