Europe : le Brexit risque de coûter cher au Royaume-Uni

Europe : le Brexit risque de coûter cher au Royaume-UniPhoto : REUTERS

Au Royaume-Uni, les grandes entreprises du secteur automobile commencent visiblement à s'inquiéter de la possibilité d'un Brexit sans accord sur les importations-exportations. Celles-ci menacent.

Frappes en Syrie : La Russie s’indigne, les occidentaux justifient

Le Brexit risque de causer de nombreux dégâts. En effet, le constructeur automobile japonais Toyota a récemment menacé de suspendre les activités d’une de ses usines britanniques si un Brexit sans accord sur les importations-exportations venait à être confirmé. Basée à Burnaston, cette usine produit environ 150,000 voitures par an, dont 90 % sont destinées à être vendues un peu partout en Europe. 

Une hausse des coûts pour une perte de compétitivité

Le surcoût imposé par de nouvelles taxes à l’import-export pourrait faire grimper le prix des véhicules vendus et de fait, faire chuter les ventes. Cette usine devait en outre, assembler la nouvelle Auris, dernière venue dans les rangs de la marque japonaise. Problème, la perte de compétitivité engendrée par ces taxations menace directement l’usine et des milliers d’emplois.

Ce n’est pas la première fois que les grands patrons du secteur de l’automobile mettent la pression sur le gouvernement britannique. Au mois de juillet dernier, déjà, la société Jaguar Land Rover a confirmé qu’elle songeait à réduire ses implantations au Royaume-Uni, tandis que le constructeur allemand BMW a carrément annoncé que son usine de fabrication de la Mini, fermerait ses portes durant quatre semaines en cas d’accord sur un Brexit sans négociations. Inquiet, le marché commence à se mettre en rang afin de ne pas trop subir les conséquences d’une telle décision.

Commentaires

Commentaires du site 3
  • Avatar commentaire

    Le Brexit me fait penser au vote du Non à la constitution de l’EU de 2005.
    Le Non l’a emporté tout comme le Brexit pour le royaume uni, mais on constate que chacun des Brexiters a une idée différente, voire opposée, de ce que doit être le Brexit par rapport à l’UE. Il en était de même pour ceux qui avaient voté Non. Chacun voulant une Europe comme ci, l’autre comme ça. Tous uni pour le Non, mais pas pour le même Non.

  • Avatar commentaire
    GbetoMagnon Il y a 2 mois

    “…ont REAGI…”

  • Avatar commentaire
    GbetoMagnon Il y a 2 mois

    Les britanniques ont réagit et voté face au brexit exactement comme les béninois face aux promesses de la révolution marxiste-léniniste.
    Ils ont oublié qu’un divorce coûte à toutes les parties qui se séparent.
    c’est dommage, qu’il ait oublié cet adage anglais : *”be careful about what you want, you may have it”.
    *”prends garde à ce que tu désires, tu pourrais l’obtenir”