Europe : tensions entre l’Autriche et l’Italie

Europe : tensions entre l’Autriche et l’Italie

Entre l'Autriche et l'Italie, les tensions sont vives autour de la petite région du Haut-Adige. La raison ? Depuis des siècles les deux Etats s'en disputent l'appartenance.

Italie : menacé par une enquête pour séquestration de migrants, Matteo Salvini réplique

Entre l’Autriche et l’Italie, la région du Haut-Adige a toujours été une source de conflits. Récemment, Rome a vu tout rouge après avoir appris que le gouvernement autrichien entendait permettre à certains citoyens de cette région, maîtrisant la langue allemande, d’obtenir un passeport autrichien. 

Le désaccord sur cette mesure est tel que le ministère italien des affaires étrangères a même décidé de boycotter une rencontre prévue à Vienne, avec son homologue autrichien. Signe que les tensions nationalistes sont bel et bien implantées en Europe.

Il faut dire que les tensions autour de cette région, également appelée la Tyrol du Sud ou la Südtirol en allemand, sont vives depuis des siècles, celle-ci ayant appartenu à l’Autriche durant de très nombreuses années.

Aujourd’hui, l’influence germanophone se fait toujours ressentir puisqu’ils sont près de sept habitants sur dix à y maîtriser la langue de Goethe, raison pour laquelle Vienne a décidé de faire un geste.

Forte de 500.000 habitants, cette région dont le chef-lieu n’est autre que la ville de Bolzano n’a été rattachée qu’à l’Italie à la suite de la Première Guerre Mondiale. Une décision jamais vraiment acceptée par l’Autriche qui a toujours revendiqué ce territoire, stratégiquement placé au carrefour des routes alpines.

Plutôt autonome au départ, l’arrivée de Mussolini au pouvoir marquera le début d’une certaine forme d’« italianisation » de la région qui se mettra donc à l’heure du Duce.

L’arrivée au pouvoir fin 2017 d’un gouvernement d’extrême-droite en Autriche a depuis,  ravivé ces tensions, puisque ce dernier revendique l’envie et le droit de proposer la nationalité autrichienne aux habitants germanophones du Haut-Adige. La raison ? Ces derniers, il y a de ça 100 ans maintenant, ont perdu leur nationalité autrichienne (à l’époque, il s’agissait de l’Autriche-Hongrie) sans vraiment le vouloir puisque cela leur a été imposé. 

Dénonçant une « annexion », le gouvernement autrichien entend bien mener son projet à terme, et ce, malgré les remontrances des autorités italiennes qui n’ont pas hésité à comparer cette idée à du « revanchisme anachronique ».

Commentaires

Commentaires du site 0