Gabon : Les recours pré ou post-électoraux ont désormais un coût

Gabon : Les recours pré ou post-électoraux ont désormais un coûtLes membres de la Cour constitutionnelle du Gabon

Au Gabon, les recours pré ou post-électoraux sont désormais payants. Une décision saluée par le Bloc Démocratique Chrétien d'Ali Bongo, qui estime que cela permettra de stopper les demandes fantaisistes.

L’Afrique en voie de développement énergétique et économique

Au Gabon, les recours pré ou post-électoraux auront désormais un coût. Ainsi, dans le cadre d’un recours lié à une élection présidentielle, il faudra dépenser pas moins de 5 millions de FCFA, tandis que le tarif des requêtes concernant les élections législatives et locales, se situe à 500,000 FCFA. Une décision voulue après que des centaines de plaintes aient été déposées à l’occasion de ces dernières élections.

Une décision qui ne fait pas l’unanimité

Sous la pression, la présidente du Centre gabonais des élections décide ainsi de rendre ces recours auprès des médiateurs qu’elle préside, payant. Une décision qui aura fortement surpris l’opinion, mais qui s’explique assez facilement. En effet, en l’espace de quelques jours, pas moins de 146 plaintes se seraient retrouvées sur les bureaux de la Cour constitutionnelle. La raison ? Tous contestaient les nominations faites des personnalités politiques à élire, certains comme Richard Moulomba Mombo, le président de l’Alliance pour la Renaissance Nationale, estimant que les élus ont été choisis grâce à leur argent.

Les élections gabonaise, censées déterminer qui sera élu au Parlement ou dans les Conseils municipaux, ont donc pris une drôle de tournure suite à cette annonce. Du côté du parti d’Ali Bongo, on semble estimé que cette décision est juste et devrait permettre de mettre fin « aux recours fantaisistes » dont le seul et l’unique but serait de déstabiliser le Bloc Démocratique Chrétien. 

Commentaires

Commentaires du site 6
  • Avatar commentaire

    Il est normal d’éviter les recours fantaisistes. Mais imposer un coût est-il le meilleur moyen de filtrer? Peut-être qu’il y a d’autres façons d’atteindre l’objectif sans pour autant que la justice soit seulement accessible aux nantis (déjà qu’elle l’est assez, en raison des frais d’avocats et autres que les nantis sont souvent capables de payer au détriment de pauvres et souvent innocents citoyens

  • Avatar commentaire

    j’ai toujours eu pitié..de ce peuple frère..du gabon,de la guinée équaoriale..du congo brazza…et d’aileurs…comme celui du cameroun..

    oui..moi je suis pressé..de voir ces peuples libérés…parce que…je n’ai plus assez de temps de vie…pour les voir.jouir de la plénitude..de leurs vies..

    ali bongo..et sa belle mère en complicité..avec la france..perpétue…l’humiliation..des négres que nous sommes..

    rien ne justifie…qu’une famille…prenne en otage..tout un peuple..

    que dire..alors du sénégal…première colonie…ou wade croit,et pense…que le psd..est sa création…et qu’en conséquence…comme héritage..celà devait revenir à karim..et personne d’autre.

    quelle conception..de la république me direz vous…en afrique..

    • Avatar commentaire

      Il y a t il une différence entre ces pays et le Bénin sous Patrice Talon????

      Moi je n’en vois pas.

      La question qui se pose est qu’il faut être un démocratie pour diriger un État moderne de nos jours. Mais, ils sont tous des personnes avides d’argent et de pouvoir, donc ils ne peuvent que faire des lois pour brimer et pour exclure.

      Voilà le drame de nos pays.

      • Avatar commentaire

        sur ce coup…je ne partage pas ton avis..

        ici au benin…la dictaure…de kérékou…nous a aguerrit…et fait de nous..un peuple éternellement rebelle…meme si parfois l’histoire béagaille..

        mais en farique centrale…c’est autre chose..

        Chez ces gens là…c’est des monarchies familliales…qui ont mis des pays entier sous coupe…

        Des..peuples encore primitifs…pygmées…et démunis…

      • Avatar commentaire

        Attention Mr Aziz!!!
        Ici au Bénin C’est une mafia qui s’installe pour se passer la main de mandat à mandat.

        Donc aucune différence si c’était une famille, car la finalité sera la même.

        Espérons que le suffrage des béninois puisse véritablement être pris en compte pour arrêter le déluge.

        Si non, le Bénin n’aura plus rien à envier du Gabon, du Cameroun ou des deux Congo

        • Avatar commentaire

          Lire: Le déluge de lois liberticides et anti démocratiques et anti économiques qu’on observe au Bénin sous Patrice Talon