Apparemment, il n’y a pas que l’Europe et les États-Unis qui durcissent leur politique d’Immigration. En Afrique, des pays comme le Kenya, traquent désormais les migrants illégaux.Tout récemment, les autorités Kényanes, ont adopté des mesures visant à expulser tout migrants, qui ne seraient pas en situation régulière. La date butoir de cette opération est fixé au 30 novembre. Le sulfureux ministre kényan de l’intérieur, Fred Matiangi, a affirmé que les sans-papiers, prennent le travail des citoyens Kényans et, commettent aussi des crimes.  Il a déclaré, que les migrants avant de venir au Kenya avaient leur “chez eux”. Il les a donc invités, à retourner dans leurs pays d’origine. Des organisations de défense des droits de l’homme, comme Amnesty International, se sont insurgées contre cette décision des autorités kényanes.

L’ONG, a par ailleurs dénoncé des interpellations de réfugiés et demandeurs d’asile. Un responsable d’Amnesty a affirmé : “Ces gens ne peuvent pas être expulsés. Le pouvoir doit arrêter de harceler ceux qui ont fui la guerre et les persécutions”

Amnesty International, a aussi déploré le fait qu’une ligne téléphonique ait été mise en service pour dénoncer les travailleurs illégaux. Toute chose, qui selon les responsables de l’organisation, peut encourager la xénophobie. Selon eux, chaque personne doit avoir son cas examiné par un tribunal.

1 COMMENTAIRE

  1. Certainement des Kenyans paresseux et xénophobes. Même mentalité chez beaucoup d’européens paresseux qui s’ asseyent sans rien faire, et se plaignent que les étrangers volent leurs emplois.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP saisissez votre nom
SVP, Entrez votre commentaire