ONU : Kabila redemande le départ de la MONUSCO

ONU : Kabila redemande le départ de la MONUSCO

Lors de son discours à la 73è session de l’Assemblée Générale de l’ONU dans la nuit du 25 au 26 septembre 2018, Joseph Kabila a réitéré sa demande, déjà énoncée à la 72ème session, de voir débuter le retrait de la MONUSCO en RD Congo.

Montée en puissance de la Chine en Afrique : la France augmente ses dons

« II est clair que près de vingt ans après son déploiement, la force onusienne ne peut nourrir l’ambition de rester indéfiniment dans mon pays, ni d’y exercer son mandat avec le même format et sans tirer les leçons des faiblesses constatées »,  avait déclaré le Président J. Kabila, en Septembre de l’année passée au cours de la 72 ème session de l’Assemblée générale de l’ONU. Le discours cette année encore a de très peu évolué ;

Car annonce t-il, en cette 73 ème session,  qu’en raison « de leurs résultats largement mitigés au plan opérationnel »,  il réitère « son exigence de début effectif et substantiel du retrait de cette force multilatérale » même si, pour lui,  la courbe de la sécurité au centre du pays avait été inversée, par rapport à ce qui prévalait en RD Congo une année plus tôt.

Cependant, a-t-il déclaré, la RDC se tiendra toujours aux côtés de l’ONU aussi longtemps que celle-ci restera elle-même à notre côté parce qu’elle incarne l’aboutissement le” plus concret des efforts de tous pour la paix et le bien-être de notre planète“.

Commentaires

Commentaires du site 1
  • Avatar commentaire
    Prince Toffa 1er Il y a 2 mois

    Il serait difficile pour Kabila d’organiser la fraude massive et le bourrage des urnes en présence des Nations-Unies sur le sol congolais. Voilà pourquoi il veut à tout prix les éloigner le plus loin possible du système électoral en cours dans le pays.

    Sans les Nations-Unies, la RDC serait déjà partitionnée en plusieurs portions territoriales dirigées par les Rebelles d’une part et le Rwanda d’autre part. Kabila serait déjà rangée aux oubliettes.

    Ce Kabila est un ingrat de la pire espèce à l’endroit des Nations-Unies.