Poursuites d’ex-ministres devant la Criet au Bénin : la minorité parlementaire en colère

Poursuites d’ex-ministres devant la Criet au Bénin : la minorité parlementaire en colère

Le mercure monte entre la minorité parlementaire et le garde des sceaux.

Bénin : Le procureur Togbonon avoue l’incompétence de la Criet à juger les ministres

Hier lundi 24 septembre , les députés de  l’opposition ont dénoncé la lettre envoyée  au procureur spécial de la Criet par le ministre de la justice .Dans cette correspondance Sévérin Quenum demandait au magistrat de prendre connaissance  des décisions prises par le parlement concernant la poursuite devant la Haute Cour de justice des anciens ministres Valentin Djènontin, Simplice Codjo Dossou, Garba Yaya et Fatoumatou Amadou Djibril. Dans une déclaration lue à la presse  par le député Nourénou Atchadé, la minorité parlementaire dénonce cette saisine qui est selon elle  une violation de la Constitution béninoise.

Pour les députés de l’opposition, la procédure en matière de poursuites devant la Haute Cour de Justice est un secret de polichinelle donc connue de tous. Le gouvernement est  en train d’instrumentaliser la justice, de leurs points de vue. Signalons que cette déclaration devrait être lue  à la fin de la  plénière mais le président de l’Assemblée nationale s’y est opposé.

Selon Me Adrien Houngbédji, le règlement intérieur du parlement ne lui permet pas d’autoriser la lecture d’une telle déclaration. La  session extraordinaire a été convoquée sur un ordre du jour très précis. Il ne peut donc pas y avoir un mélange de genres, a indiqué le président de l’Assemblée nationale.

Commentaires

Commentaires du site 10
  • Avatar commentaire
    Le Patriote Il y a 2 mois

    Excusez moi chers amis, chers frères, vous devez répondre de vos actes devant la justice. Si vous êtes coupables que la sentence soit à la hauteur de l’injustice dont vous avez été responsable.

    Vous pouvez crier, que votre voix porte ou non, sachez-le messieurs, c’est la voix qui crie dans le désert. Nous autres vos compatriotes ne demandons nulle autre chose que justice soit faite.

    Quant aux méthodes que vous employez pour dénoncer la violation de la constitution, j’ai de sérieuses inquiétudes à votre égard. Mais nous avons cette liberté dont nous sommes fiers. Faites alors ce que vous voulez, mais surtout n’oubliez pas de répondre de vos actes. C’est pour le bonheur du peuple.

  • Avatar commentaire
    SONAGNON Il y a 2 mois

    Qui peut vraiment être contre une lutte implacable contre la corruption au Bénin???

    En tout cas pas un homme comme moi.

    C’est pourquoi, si toutes les garanties d’une administration sereine de la justice sont remplies, je voudrais que tous les mis en cause répondent devant la justice.

    Mais, avec ce qui s’est passé dans le dossier METOGNON, et les conditions d’incarcération de ATAO sont de nature à ne porter aucun crédit à cette justice qui n’existe que de nom.

    Une chose est sûre, avec l’éveil de la jeunesse, et toutes les couches de la population contre Patrice TALON, tout ce qu’il fera désormais pour persécuter, favorise l’opposition qui se rapproche chaque jour encore plus du pouvoir.

    Patrice TALON n’a plus aucun crédit dans le pays, le peuple n’attend que les échéances pour s’en débarrasser.

  • Avatar commentaire

    je penses…que nous faisons tous l’erreur…de tirer toujours sur talon..

    On me dira que c’est normal..puisque c’est lui l’élu du peuple..!!..d’accord..

    Mais je ne pense..pas qu’en dehors des affaires..talon..soit assez futé,et doué..pour diriger une nation ..

    L’incubateur,le maitre à penser..celui par qui..tout malheur arrivera dans ce pays…c’est djogbenou..

    Il l’a lui meme dit en parlant de ruse et de rage..

    Toutes les tentatives..de mod de la cont…c’est son idée..

    La criet…c’est son bébé…et il est pressé…de le voir expérimenté..meme en tordant le cou à la const…..en lieu et place de la haute cour.

    Oui..le ministre ne peut..transmettre le dossier..à la criet..s’il n’a pas l’aval..de jogbenou

    • Avatar commentaire

      retenez…et notez le…..celui qui mettra le feu…par une décision banale..de validation…d’une décision…qui choquera et révoltera tout le monde…c’est ce monsieur…dont le visage,le regard…incarne..l’intégrale…de ce que les beninois…ont de plus pervers…dangereux..

      Pour moi azanai..est parti parce qu’il a su le plan diabolique..qui est mis en route

      Il le dira lors de la campagne..

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 2 mois

    La minorité parlementaire a bien raison de s’offusquer contre cet état de fait , et de le dire , le crier haut et fort . Talon a instrumentalisé toutes les institutions de la république qui doivent servir ses seuls intérêts égoïstes ; #talontropc’esttropdegage 

  • Avatar commentaire
    Jojolabanane Il y a 2 mois

    Une dénonciation d’une violation de la constitution s’exerce par saisine de la cour constitutionnelle compétente en la matière, c’est donc avec une juste appréciation que le président de l’assemblée nationale a mis terme à l’amateurisme.

    • Avatar commentaire
      Napoléon1 Il y a 2 mois

      La cour constitutionnelle Djogbenou n’est competente en aucune matière. Elle ne concerne pas le peuple béninois. C’est un machin de Talon et de son avocat personnel. Et cela traduit de l’amateurisme quand la constitution prévoit de juger les anciens ministres à la haute cour de justice et on crée une cour spéciale en violation de la constitution pour les juger et pour se venger. L’élection présidentielle n’est pas faite pour les règlements de compte. Talon va devoir payer cher pour son mépris de la constitution et de la législation du et de souiller ainsi la démocratie et l’Etat de droit .

  • Avatar commentaire
    KOUMI AHE Il y a 2 mois

    Commentaire supprimé