Procès Booba – Kaaris : ce qu’ils ont dit et ce qu’ils risquent

Procès Booba – Kaaris : ce qu’ils ont dit et ce qu’ils risquent

Jugés hier, les rappeurs Booba et Kaaris se sont rejetés la faute au cours d'un procès qui aura duré près de 10 heures. Les deux hommes devraient toutefois éviter la prison ferme.

France : quand Booba chante ironiquement du Kaaris

Le 1er août dernier, les rappeurs Booba et Kaaris se livraient à une véritable rixe au beau milieu du hall 1 de l’aéroport d’Orly. Très vite cependant, les deux hommes et leurs clans respectifs se font arrêter avant d’être placés en garde à vue. En prison jusqu’à la fin du mois d’août, les prévenus ont finalement été relâchés avant de se retrouver le 6 septembre dernier, à l’occasion de la tenue de leur procès, à Créteil.

Ultra-médiatisé, ce procès, qui a traîné en longueur, aura cependant permis de mettre en lumière la haine que se vouaient les deux hommes. Vouaient, car hier, Kaaris a, semble-t-il jouer l’apaisement, rejetant tout de même la faute sur son meilleur ennemi. En effet, si le rappeur de Sevran (93) est bel et bien celui qui s’est levé afin d’aller mettre la pression, c’est Booba qui a déclenché le premier. 

Cependant, face à l’ampleur de la situation, Kaaris a présenté ses excuses, assurant que les images qui ont fait le tour du web ne reflètent en rien la réalité du rap français. 

Les deux hommes se rejettent la faute

Des explications qui n’ont pas vraiment convaincu la juge. En effet, celle-ci les a rappelé à leurs responsabilités, « chefs d’entreprise », « pères de famille », les deux hommes n’auraient-ils pas pu trouver un autre moyen de régler leurs différends ? Pour Booba, la réponse est « oui, mais ». En effet, ce dernier s’est senti encercler par Kaaris et sa troupe, il n’a donc eu d’autres choix que de lancer le premier coup, parlant même de légitime défense.

 Une posture également adoptée par Kaaris qui jure que Booba l’a invectivé, lui demandant de se lever. S’il reconnaît avoir eu la mauvaise réaction en se levant, ce dernier a tout de même estimé que prendre des coups assis reste bien plus grave que prendre des coups debout. 

Dans un contexte où les deux hommes, se sont créés des personnages forts, violents et bagarreurs, il ne pouvait ainsi en être autrement. Leur haine, alimentée par les réseaux sociaux et la foule présente ce jour-là a donc servi de déclencheur à cette folle bagarre. 

Selon le procureur de la République, le fait de détourner le regard est d’ores et déjà le symbole d’une défaite, chose qu’il faut à tout prix éviter dans le monde du rap. Ce dernier a requis 12 mois de prison avec sursis pour les deux hommes, entre 6 mois avec sursis et 8 mois fermes pour les 8 autres prévenus et la relaxe d’un des membres du clan Booba qui s’est tenu à l‘écart de la rixe.

Commentaires

Commentaires du site 0