Une scène peu ordinaire s’est produite hier à l’hémicycle entre le porte-parole des députés de la minorité, Nouréni Atchadé et le président de l’Assemblée nationale, Me Adrien Houngbédji, qui lui a interdit de prendre la parole pour une déclaration à la tribune.« Je pense que c’est regrettable. A l’Assemblée nationale, la parole est reine et elle est libre. Je ne connais pas très bien les motivations de cette situation, mais je pense qu’il faut regretter ça… Si les députés de la minorité souhaitent s’exprimer sur une question, on doit leur donner la parole. Surtout lorsqu’ils la demandent et on la leur promet. Je souhaite que ça ne se répète pas ». Ainsi s’est exprimé hier, lors d’une interview que lui accordée la presse parlementaire, l’honorable Eric Houndété, Premier vice-président de l’Assemblée nationale.

Pour lui, c’est une situation déplorable qui n’honore pas notre démocratie. Outre cette violation des principes sacro saints de l’institution parlementaire, ce qui vient encore aggraver la situation, c’est que c’est pour la toute première fois que le budget de l’Assemblée nationale est présenté en plénière sans être discuté, voté directement et sans explications de vote.

C’est le second motif qui a fait sortir des gonds, le premier vice-président de l’Assemblée nationale. Il est revenu de long en large sur les relations entre les institutions, la place et le rôle de chaque institution dans le fonctionnement du système politique béninois. « Ce qui s’est passé à l’Assemblée nationale aujourd’hui est une vilaine mise en scène qui n’honore pas le parlement » a déploré l’honorable Eric Houndété avant de déclarer que le gouvernement a outrepassé ses prérogatives en adoptant le budget de l’Assemblée nationale.

L’honorable Eric Houndété est revenu sur la procédure à suivre par le parlement. Selon ses explications, si le gouvernement a réellement transmis le budget au parlement, donc l’Assemblée nationale se conforme à sa volonté et il n’y a pas match. Et dans le séquencement chronologique actuel, il est établi que c’est le gouvernement qui a fixé le budget de l’Assemblée nationale.

« Le constituant ne veut pas que l’Assemblée nationale soit l’appendice du gouvernement. Le constituant veut que, les parlementaires dans l’exercice de leurs prérogatives, ne dépendent pas du gouvernement. C’est pour ça que le parlement jouit d’une pleine autonomie…Les textes sont clairs, c’est que l’Assemblée nationale adopte son budget sur proposition de son président » a conclu le Pvp de l’Assemblée nationale.

18 Commentaires

  1. Ce houndeté dit bien qu’il Ne connais pas très bien les motivations de cette situation, pourquoi le regrette t-il ?
    Avant de regretter cher Monsieur, il faut connaître au préalable les contours……ciriez, rien à voir

  2. La minorité calmer vous ça va aller resté calme C’est vous qui serait leur président demain sans doute la population vous support ça va changer au non du seigneur créateurs du ciel et de la terre

  3. Honorable HOUDETE, vous, vous etes devenu chauve-souris…on ne sait plus là où vous etes?

    N’importe comment est ce que vous avez un budget ? c’est l’essentiel PVP !!!c’est le fait que vous les politiciens de ce pays ne veulent pas s’entendre c’est ça qui amene les commerçants au pouvoirs!ils doivent vous dicter leurs canaux de conduite.

    • Il a mis la main au menton pour une longue période et je pense que c’est de son devoir de dire ce qui ne va pas.
      Nous sommes passés d’un parti unique au pluralisme démocratique et aujourd’hui nous avons connu une régression vertigineuse pourquoi à cause de l’argent.
      Si Mathieu Kérékou avait fait la pagaille en 1990 je pense que nous aurions eu de leçon et mieux apprécier les assises de PLm Alédjo.
      Nous devrions prier pour notre pays et nous demander pourquoi le Bénin s’enfonce dans une dictature.

  4. On n’y vas seulement tout choses à son temps Blaise comparé à faire combien d’année au pouvoir ? Et il est où aujourd’hui ?

  5. Les vieux HAGBE ET BRUNO, au soir de leur vies, n’ont aucune dignite!
    Devenus des satrapes du mafieux en chef, ils seront vomis et traineront dans les caniveaux de l’histoire!
    Observer les regles elementaires de procédure est trop pour eux…
    A la table du festin ou ils s’invitent louches et cuilleres ( a soupe facon Djakotomey ) au poing, ils bavent la soupe dans leur boubous blancs pleins de taches du sang des victimes de la ploutocratie…
    A leur funerailles, on leur comptera le nombre de victimes de leur trahisons et indignites…Pouahhhh

  6. L’abus du pouvoir ne sert à rien, il entraine la pagaille et sème l’incertitude dans les esprits. Les règles de l’Hémicycle devraient être respectées dans toutes les circonstances  peu minuscules quelles soient. Il devrait y avoir un certain de degré de respect envers tous les membres de l’Hémicycle sans tenir compte du parti d’affiliation. La règle du plus fort éloigne chacun de nous de la vraie démocratie. Méfions-nous donc de l’abus du pouvoir et le manque de respect envers l’un et l’autre, je sais impertinemment que le Béninois ne se respecte pas et ne respecte personne.

  7. Le Bénin est tombé foutu. Qui vous a dit qu’on est en démocratie. C’est comme le dirait l’autre dont je prononce le nom a voix basse “démocratie nescafé”.

  8. Houngbedji , la vieille cra.pule dans ses basses œuvres de vassalisation à talon qui le tient comme une ché.vrette avec l’argent volé aux beninois ; ils vont le payer très cher 

  9. Et pourquoi c’est vers la fin de la législature que Eric HOUNDETE tient ces discours après avoir longtemps cautionné ce qu’il dénonce aujourd’hui???

    • Il chercherait un positionnement sur une liste de l’opposition. C’est la seule explication que nous voyons pour ce réveil tardif du député

  10. Ainsi va la démocratie de bas étages au Bénin. C’est triste qu’en 28 ans de pratique démocratique on assiste à cet état de chose dans la république bananière.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP saisissez votre nom
SVP, Entrez votre commentaire