Rwanda : l’opposition gagne une petite bataille contre Kagame (pas la guerre)

Rwanda : l’opposition gagne une petite bataille contre Kagame (pas la guerre)Blue/Bloomberg via Getty Images

Le parti du président Kagame est une nouvelle fois sorti vainqueur de ces élections législatives. Cependant, le Parti démocratique vert a effectué son entrée au Parlement, remportant à la surprise générale, 2 sièges.

Présidence de l’UA: Alpha Condé out, Paul Kagamé in

Lundi dernier, les Rwandais se sont donnés rendez-vous afin de voter en vue du renouvellement du Parlement nationale. En effet, 53 des 80 sièges composant l’hémicycle étaient remis en jeu. Des élections législatives qui ont vu se déplacer pas moins de 7 millions de Rwandais, bien que le résultat était connu d’avance. En effet, l’hégémonie du président Kagame et de son parti, le Front patriotique rwandais (FPR) n’allait certainement pas être remise en cause par ce scrutin.


Cependant, le Parti démocratique vert de Frank Habinez, seul parti d’opposition autorités à se présenter, a réalisé un petit exploit en emportant pas moins de deux sièges, après avoir atteint le score de 5 %. Pas une mince affaire quand on sait que le Parlement est dirigé d’une main de maître par le président Kagame. 

D’ailleurs, Habinez ne s’y est pas trompé et c‘est félicité du fait que le Rwanda commence à ouvrir son spectre politique. Celui qui se réjouit de pouvoir travailler à la formulation des lois et d’aider le pays à se développer dans le respect de la démocratie reste toutefois conscient du chemin qu’il reste à parcourir.

La coalition menée par le FPR en tête avec 74% de ce premier scrutin.

En effet, cette victoire n’est en fait qu’un symbole, le gouvernement restant maître en ses terres. Les 27 autres sièges quant à eux, sont réservés aux femmes souhaitant s’intéresser à la vie politique du pays, aux jeunes Rwandais, mais également aux personnes handicapés physiques. Une situation qui a d’ailleurs été saluée par de nombreux États.

Peu de mystère en revanche  concernant la suite du scrutin puisque, selon les premières constatations, la coalition menée par le FPR a d’ores et déjà obtenu, 74 % des suffrages, soit 40 sièges. Un parlement totalement acquis à la cause de Kagame donc qui profite de sa puissance de frappe politique afin d’entamer certaines mesures lui permettant de rester au pouvoir au-delà du terme fixé par la constitution.

Kagame, un bilan contrasté

En effet, en 2015, le Parlement a voté en faveur, et ce, de manière unanime, d’un référendum de la Constitution rwandaise permettant au président Kagame de rester en poste jusqu’à 2034, au moins. Preuve de sa mainmise sur la politique de son pays, ce dernier a été élu en 2017 pour un nouveau mandat avec légèrement plus de 98 % des suffrages en sa faveur. Reconnu par beaucoup pour son travail en matière d’économie et ses résultats impressionnants en termes de croissance, le président Kagame est également accusé de bafouer certaines libertés, dont celle de l’expression ou encore de la presse. Il est, par exemple, interdit de le critiquer sous peine de recevoir une lourde peine.

Commentaires

Commentaires du site 13
  • Avatar commentaire

    Merci Gombo. Toi tu comprends au moins le système occidental. Un bon leader africain c est un serveur des occidentaux

  • Avatar commentaire

    Quel planification. Quel langue maîtrisée par des Rwandais?? Dans que système linguistique sont ils?
    S ils ne chantent pas dans les langue internationale; c est pas du nationalisme parce qu ils chantent en en l ouganda en lingara et swahili.

  • Avatar commentaire

    《TROMPE LA POPULATION QU ELLE EDUQUE POUR ÉVITER LA RÉBELLION 》
    tout les rwandais se crois licenciers!
    Le ministre de l education a change 23 ministres pour une période de 25 ans??

  • Avatar commentaire

    Sans le niveau d éducation il n y a pas le développement. Malheureusement que vous comprendrez pas le kinyanda! Le il quelque mois le recteur de l université nationale; devant le parlement disait que ça fait plusieurs années que la faculite des médecins n a pas le rabo!!!

  • Avatar commentaire

    Que ce que il paye son conseil ? Le premier ministre Tony blaire? Robiste!

  • Avatar commentaire

    Tchitė as tu la solution pour la stabilité politique pour les pays africains ?
    des siècles se sont écoulés mais la situation reste là même. mal au coeur de petits paysans qui ne cherchent qu’un tout petit peu pour survivre alors que les pouvoirs s’enrichissent des taxes de ces petits paysans. et comme récompense pour ces paysans : tortures, emprisonnement, misères de toute sorte. triste

  • Avatar commentaire

    Il faut qu’on arrete de nous bassiner avec les soit disant performances economiques du dictateur Kagame!
    En 25 ans de pouvoir absolu et en depit de taux de croissance affiches de 6 ou 8 % , 63% des rwandaisi vivent avec moins de 1000fcfa par jour et le PIB par tete des rwandais est inferieur a celui des beninois en 2017!
    En matiere de croissace, le rwanda de Kagame, chouchou des occidentaux bien pensants fait moin bien que la Tanzanie voisine, ou on ne va pas tuer les opposants en afrique du sud ou encore que la cote d’ivoire voisine….
    Alors du vent svp, messieurs les apprentis kagame !

  • Avatar commentaire
    Azetoeton Il y a 2 semaines

    Jamais ça au Bénin beaucoup d’opposition à l’assemblée nationale du Bénin en 2019

  • Avatar commentaire

    Sauf que aucun Département Béninois, même pas la ville de Cotonou, n’est bien gouverné alors que le pays jouis d’une stabilité politique et d’une position géographique très favorable à son développement

  • Avatar commentaire

    Mais un pays à la taille d’un département du Bénin ne devrait pas être trop difficile à gouverner.
    Relativisons un peu les succès de KAGAME.

  • Avatar commentaire

    Les pays Africains ont besoin de la stabilite’ politique afin d’evoluer. En ce sens, les efforts de ce peuple sont a’ saluer nonobstant les critiques.