Afrique : le Maroc accusé d’expulser des immigrés légaux

Afrique : le Maroc accusé d’expulser des immigrés légaux

Au Maroc, migrants légaux et illégaux sont aujourd'hui victimes de véritables rafles, les laissant sans la moindre possession. Certains se font même expulser après avoir passé 10 ans au sein du Royaume.

Afrique – Golfe de Guinée: Coalition de 19 pays contre la piraterie

Le Maroc cherche-t-il à expulser les immigrés légaux ? En effet, selon certaines sources, le Royaume aurait décidé de renvoyer chez eux  toutes personnes étrangères vivant en sol, et ce, même s’ils le font de manière tout à fait légale. Une photo tourne d’ailleurs sur les réseaux sociaux, montrant un groupe de femmes menottées à l’aéroport Mohammed V

Ultra-commentée, cette photo n’est pas un fake et c’est à ce titre que le Groupe Anti-raciste pour les Étrangers et les Migrants, le GADEM a décidé de monter au front.

 Selon les membres de cette organisation, les personnes vues sur ces photos seraient des personnes vivant au Maroc de manière légale, disposant de papiers, carte et passeport. Traités comme de véritables clandestins, ces derniers sont victimes de violences en tous genres, de rafles et ont souvent à passer de nombreuses heures dans le commissariat central de la ville de Tanger, afin d’être questionnés sur leur vie au Maroc.

Expulsé après avoir passé 10 ans à Tanger

Selon une jeune femme, membre du GADEM, les personnes interrogées n’hésitent pas à utiliser le mot torture afin de qualifier ces épisodes douloureux de détention. Le système est tellement violent qu’ils n’ont même pas accès aux toilettes et doivent souvent uriner dans des bouteilles, bouteilles qu’ils sont obligés de garder sur eux.

 Selon une enquête approfondie de la GADEM, les migrants, légaux ou non, sont ainsi renvoyés le plus loin possible de Tanger, porte d’entrée sur l’Europe, souvent vers le sud. Certains, comme Papa Baidy Fall ont été déplacés de force, malgré 10 ans de vie au Maroc.

Des rafles qui laissent les immigrés, sans rien

Selon ce dernier, qui a très mal vécu cette arrestation, les autorités auraient même des quotas à remplir. En effet, c’est en entendant les gardes venus frapper à sa porte qu’il a compris que chaque bus renvoyant les migrants vers le sud doit avoir un nombre minimum de personnes à transporter. 

Au cours de cet épisode, ce dernier perd absolument tout de ce qu’il possède. Résultat ? Plus de téléphone, plus de PC, ni même de vêtements. Selon les chiffres du GADEM7520 personnes auraient été, à ce jour, détenues et déportées, dont 147 mineurs et 21 bébés.

Commentaires

Commentaires du site 5
  • Avatar commentaire
    franck Il y a 1 mois

    Et c’est ce pays qui veut intégrer la CEDEAO?

  • Avatar commentaire
    trois malla Il y a 1 mois

    Bonsoir a vous actuellement si que je vous parle là ça fait un mois une semaines que nous somme toujours gardé dans un sou soul du commissariat centrale de Tanger et tours se que nous voulons se de être refoulé dans des métropole comme les outre personnes nous n’avons jamais signe une déportations pour rentré dans notre pays et je vous jure que parmi nous ici il ya beaucoup de blessé et de malade vraiment nous demandons vôtre aide s’il vous plait.

    • Avatar commentaire
      Heureuse Il y a 1 mois

      Ou va le monde !!les hoes souffrent tellement sur cette terre qui viendra délivré la terre!

    • Avatar commentaire
      Al Maghribi Il y a 2 semaines

      Nous ne sommes pas les européens, nous ne nous laisserons pas faire… Si vous n’êtes pas des étudiants qui comptent rentrer chez eux apres leurs etudes, ou bien des hommes d’affaires qui rentrent chez eux apres qqes temps, ou encore des diplomates, vous n’avez rien a faire au Maroc… Nous n’emigrons pas chez vous, nous ne voulons pas vous envahir, nous ne convoitons pas vos femmes, nous ne ghettoisons pas vos quartiers… C’EST VOUS QUI FAITES CES CHOSES. Alors ne vous posez pas en victimes…