Avrankou – Bénin : Les parents d’élèves crient leur ras-le-bol

Avrankou – Bénin : Les parents d’élèves crient leur ras-le-bol

Les populations du quartier Gbégodo dans l’arrondissement central d’Avrankou ne sont pas contentes. Pour cause, l’Ecole primaire publique (Epp) de Gbégodo, un centre d’examen de cette localité, qui devrait bénéficier de la construction d’un module de trois classes, a été abandonnée depuis 2009 par l’entreprise en charge des travaux.

Livraisons de drones à Daesh : Deux arrestations au Danemark

Cette entreprise du nom de Conaec n’aurait pas respecté son cahier de charge. Elle aurait été retenue par concours d’appels d’offres. Malheureusement, on ignore les vraies raisons qui ont conduit à cette situation. Le module de trois classes en question a été abandonné aux intempéries et végète dans une broussaille en plein milieu de l’école. Depuis plus de neuf (09) années, rien n’a plus bougé sur le site.

Et aujourd’hui, il est aisé de constater de visu que les travaux de l’érection du module de trois classes qui avait pris corps sont restés jusque-là, par endroits au niveau du chainage. Toutes les tentatives pour joindre le représentant de cette entreprise ont été vaines. Toutefois, un représentant des parents d’élèves a déclaré que l’entrepreneur aurait déclaré qu’il n’avait pas reçu toutes les avances qu’il faut. C’est la raison pour laquelle le chantier aurait été abandonné. Faut-il le préciser que cette école souffre également d’un manque criard de classes et de mobiliers pour les écoliers. Un tour effectué dans cette école de Gbégodo permet de constater qu’en plein cours, des enfants sont assis parfois sur des briques.

Alors que cette école est même un centre d’examen dans la commune d’Avrankou. Selon nos recoupements sur le terrain, cette entreprise dénommée Conaec aurait été interpellée plusieurs fois sans succès pour poursuivre les travaux. De peur que ce joyau ne devienne un éléphant blanc, les populations du quartier Ggégodo, dépassées aujourd’hui par les évènements et soucieux de l’avenir de leurs enfants, appellent le Chef de l’Etat au secours. Elles interpellent aussi les acteurs du système éducatif au plus haut niveau, notamment le Ministre Salimane Karimou et le Directeur départemental ouémé des enseignements maternel et primaire afin que cette injustice soit réparée sous le régime de la rupture. Surtout que la lutte contre la corruption est combattue par l’actuel Chef de l’Etat avec la dernière rigueur.

Commentaires

Commentaires du site 0