Blocs pro-talon au Bénin : Fund Irédé du ministre Salimane Karimou encore réticent à adhérer

Blocs pro-talon au Bénin : Fund Irédé du ministre Salimane Karimou encore réticent à adhérer

Les Forces unies pour le nouveau départ, Fund Irédé, du ministre Salimane Karimou ne sont pas encore décidées à rejoindre l’un des blocs politiques de la mouvance présidentielle au Bénin.

Au Bénin, les enseignants boycottent la reprise de l’évaluation pédagogique

Le symposium organisé week-end dernier à Sakété à propos, n’a pas permis de prononcer leur adhésion au bloc Progressistes ou à la Dynamique unitaire. « Fund Irédé et la réforme du système partisan : vers quel bloc politique ? » était le thème.

L’objectif aux dires du ministre Salimane Karimou président du mouvement, était entre autres, d’ « assurer à toutes et à tous, une meilleure appropriation du contenu de la réforme du système partisan du Bénin ; examiner les tenants et les aboutissants de cette réforme en lien avec les objectifs de Fund Irédé et opérer en toute sérénité un choix optimal. » « A gauche, à droite ou au centre ?. Tout est possible » affirme Salimane Karimou.

Au terme des travaux, les membres du bureau exécutif n’ont pas cédé aux appels des représentants des deux blocs. «Les Fund Irédé ne sauraient choisir d’appartenir pour l’instant à tel ou à tel bloc » fait savoir la chargée des affaires féminines Rachidatou Fatolou, dans la déclaration finale du symposium.

Ceci, à la lumière des remous déjà au sein de ces deux blocs pro-Talon et aussi au sein de certains partis après leur adhésion à ces blocs. « Les Fund Irédé, soucieuses du rassemblement pouvant aboutir à l’unité dans la diversité, a fait l’option de poursuivre les consultations afin d’aboutir à la mise en place d’un creuset pouvant éviter les déchirements à l’interne » confie Rachidatou Fatolou.

Commentaires

Commentaires du site 2
  • Avatar commentaire
    Napoléon1 Il y a 2 mois

    Ceux qui continuent d’accompagner Talon dans sa volonté de outre-passer la constitution en vigueur du pays devront un jour répondre de leur responsabilité.
    La constitution a bien stipulé que c’est les partis politiques qui animent la vie politique et la Course au pouvoir dans le pays. Il n’est ni Question de blocs ni d’autres sémantiques. Dans les démocraties dignes de ce nom, chaque parti politique sollicite le suffrage des électeurs en son propre nom et facture et pour gouverner entrent en coalition pour former un Gouvernement. Mais de dire que les partis ne doivent pas s’allier pour aller aux élections et doivent se Composer en bloc pour aller aux élections traduit la volonté d’un seul homme et non celle de la constitution. Si tant est que l’on souhaite un grand ensemble de répresentativité sur tout le territoire national, plusieurs partis pouvaient se fondre en un seul grand parti se réclamant une idiologie fondamentale, transparente et distincte, permettant aux électeurs de faire un choix sensé. Les blocs demeurent des arrangements de circonstance qui ne portent aucune idéologie de grande envergure censée de réaliser les intérêts avec lesquelles les populations dans leur ensemble peuvent s’identifier.
    En démocratie, les calculs et les équations de la classe politique ne sauraient se substituer aux aspirations profondes du peuple souverrain.

  • Avatar commentaire
    AGBALESSI Il y a 2 mois

    Irédé
    Tu traines les pas, !!!Hé bien, il n’y aura bientôt plus de places à la Soupe Populaire Nationale.
    Plus tu attends, plus cela nous arrange. Mais une fois la porte fermée, tu vas regretter.