Crise des migrants : l’Algérie réclame plus d’équité

Crise des migrants : l’Algérie réclame plus d’équitéPhoto : DR

Le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, à la 69e session du comité exécutif du programme du HCR, à déclarer la position de son pays sur la problématique des réfugiés et des déplacements forcées

Egypte: une touriste libanaise condamnée pour avoir dénoncé le harcèlement dans le pays

« Nous sommes face à une véritable crise morale » à asséner Abdelkader Messahel, parlant de la problématique des réfugiés et de la gestion des flux de migrations, car pour lui ces questions ne peuvent être résolues sur le long terme qu’en s’attaquant de front aux causes intrinsèques. Pour Abdelkader Messahel, ce sont les crises, les conflits et le manque de développement dans plusieurs régions du monde qui sont les véritables pourvoyeurs de réfugiés et de migrants et non les États. Il faudrait donc, « examiner la problématique du déplacement forcé en tenant compte des inquiétudes tout aussi réelles que légitimes exprimées par les pays d’accueil ».

Et le ministre des affaires étrangères algérien de réclamer une part une mesure dans la création des « plate-formes de gestion des réfugiés et des migrants. Arguant qu’un « partage équitable et prévisible de la charge sur le plan mondial, tant en termes d’admission des réfugiés qu’en termes de protection ou encore de la mise en œuvre de solutions durables en leur faveur » serait bien plus opportun; vu que selon le HCR 80 % à 90 % des quelque 68 millions de réfugiés et déplacés recensés dans le monde se trouvent « dans des pays pauvres ou disposant de peu de ressources ».

Commentaires

Commentaires du site 0