Le parti USL après la condamnation d’Ajavon au Bénin : « La nuit vient de tomber sur la justice béninoise »

Le parti USL après la condamnation d’Ajavon au Bénin : « La nuit vient de tomber sur la justice béninoise »

Quelques heures après la condamnation de leur président d’honneur, Sébastien Ajavon, dans l’affaire 18 kg de cocaïne, le bureau politique du parti Union Sociale Libérale (USL) a fait une déclaration de presse à Cotonou pour fustiger la décision rendue par la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET) ce jeudi 18 octobre 2018.

Affaire Ajavon-Ouverture d’une enquête judiciaire: Me Kato Atita dénonce l’opposition du procureur

18 octobre 2018 dans l’affaire18 Kg de cocaïne. C’est « un jeudi noir » dans l’histoire de la justice béninoise et l’Etat de droit au Bénin, selon le bureau politique de l’USL. Le parti trouve curieux que son président d’honneur, en l’absence de tout appel, soit rejugé et reconnu coupable dans une affaire pour laquelle il avait été relaxé il y a deux toujours par la justice béninoise. Ci-dessous un extrait de la déclaration lue par André Dassoudo, membre du bureau politique.

« Mers chers amis. Vous comprenez que ce jour, jeudi 18 octobre 2018 constitue pour notre pays et notre démocratie, un véritable jeudi noir. Notre pays vient justement de donner au monde l’exemple de ce qu’une justice ne peut être dans une démocratie qui se respecte. Il n’est plus besoin d’expliquer à l’opinion nationale et même internationale que l’envie irrationnel de nuire à un concitoyen que l’on prend pour le plus sérieux challenger politique est à la base de tout le développement qui nous est servi.

Sébastien Ajavon, président d’honneur de notre parti, le parti USL vient d’être reconnu coupable pour les mêmes faits pour lesquelles il avait été relaxé il y a deux ans et en l’absence de tout appel. Curieuse procédure que nous offrent quelques personnes mise en place à la tête d’une juridiction d’exception dont la seule mission était ce qu’elle vient de délivrer.

L’USL réaffirme ici son soutien sans équivoque à son président d’honneur Mr Sébastien Ajavon ; condamne vigoureusement la volonté à peine dissimilée du pouvoir exécutif d’embastiller la justice ; condamne cette décision pirate qui fait de notre pays un pays qui cesse définitivement, en tout cas à la date d’aujourd’hui, d’être un pays démocratique. Nous en avons pour preuve, et la preuve en a été donnée ce matin lorsque le président de la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme a martelé sans discontinue qu’il refusait de donner la parole aux avocats de la défense en violation flagrante de toute procédure pénale en la matière.

Chers amis.  L’USL tient à marquer sa conviction qu’il s’agit désormais d’une justice politique orientée contre son leader. Elle invite l’opinion nationale et internationale à constater avec nous que la nuit vient de tomber sur la justice béninoise et sur les femmes et les hommes de droit au Bénin. Notre lutte aux côtés de notre président d’honneur est une lutte pour une justice indépendante, une justice au service des citoyens et non une justice politique qui écrase les principes les plus élémentaires du droit. Nous pouvons dire ici plus haut et fort que la CRIET est pour nous une cour criminelle… »

Commentaires

Commentaires du site 12
  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 4 semaines

    C’est depuis un mois d’avril 2016 que la nuit est tombée sur le benin avec un talon à la ” tête ” du benin 

  • Avatar commentaire
    Quartier crétin Il y a 4 semaines

    Aucune nuit. Et il n’y a rien de nouveau. Les intrigues de ce genre jonchent malheureusement toute l’histoire politique de notre pays. L’émoi s’en suit.Quand Kerekou a sacrifié Aïkpé et Luc Togbadja et bien d’autres,quand en 1996 il devrait revenir au pouvoir après des élections qui n’ont jamais clarifié sa victoire.Quand en 2001 Soglo a voulu retenter sa chance. Et quand Yayi a imposé son K.o à tout le peuple avec la complicité de ceux que vous connaissez, n’était ce pas la même nuit ?

  • Avatar commentaire
    Quartier crétin Il y a 4 semaines

    Aucune nuit. Et il n’y a rien de nouveau. Les intrigues de ce genre jonchent malheureusement toute l’histoire politique de notre pays. L’émoi s’en suit.Quand Kerekou a sacrifié Aïkpé et Luc Togbadja et bien d’autres,quand en 1996 il devrait revenir au pouvoir après des elect

  • Avatar commentaire
    eric. A. Il y a 1 mois

    vraiment c’est regrettable mais nous savons une chose nous allons pas baisser les bras sans lui ce qui va ce passer va ce passer rendez-vous 2019 usl a tout notre soutien

  • Avatar commentaire
    Gbetoho Il y a 1 mois

    LA RÉPUBLIQUE EST EN DANGER

  • Avatar commentaire
    Jojolabanane Il y a 1 mois

    Je demande à ce qu’on nous prouve l’authenticité du certificat de non appel

    • Avatar commentaire
      Gerard5567 Il y a 1 mois

      Tout comme la réalité de cet appel

      • Avatar commentaire

        Et j’ai pitie pour Edouard Loko qui va se ridiculiser sur les plateaux en disant qu’il y a eu appel  , au mauvais endroit ou que le certificat de non appel est un faux…
        Pourquoi le juge de la CRIET n’a t il pas fait venir le greffier du tribunal de 1ere instance comme temoin pour verifier si le certificat est faux ?

    • Avatar commentaire

      Jojo

      Est ce que vous avez ecoute le prfesseur Gbago sur SIKKA tv?
      Ces gens sont des faussaires inveteres !
      Le code de procedure penale prevoit que l’appel soit interjete au greffe de la cour d’appel!
      Ca n’a pas ete fait et le procureur ne l’a pas fait. Il l’aurait fait au greffe du tribunal de 1ere instance!
      Comme on veut faire passer Adjavon a la CRIET on fait deux choses sordides a l’assemblee en JUILLET et AOUT 2018 de nuit avec une quinzaine de deputes !
      1- on modifie l’article du code de procedure pour y ajouter une 2eme maniere de faire appel qui n’existait pas ( appel au greffe de la juridiction qui a emis le jugement) de facon a retro-activement rendre valide un appel wui ne l’est pas, violant le principe de la non retro-activite des lois
      2- on ecrit dans la loi creant la CRIET des dispositions transitoires sur mesure stipulant que les affaires en instance d’appel relevent de la CRIET , jugeant en 1er et denier ressort !

      Un coup apparemment bien monte pour detruire ses opposants !

      Pouahhhhhhh

  • Avatar commentaire
    Cathie Il y a 1 mois

    Le Bénin, un pays où il n’y a pas de justice, aucun investisseur ne viendrait investir. Le PAG est complètement mort le 18 octobre 2018.

  • Avatar commentaire

    Quand les jeunes de nikki…ont de façon péremptoire…fait un réquisitoire sans complaisance….contre les maux dont nous souffrons et parlé de cette justice ***..aucun parti politique..d’envergue..n’a pas sortie un communiqué pour les appuyer..

    Mieux..on a tronqué..leurs propos pour les présenter..comme des dangereux régionalites..

    Ce systeme qui dévore les beninois…non plus..par ruse et rage..mais ***…

    en dehors du rwanda…aucun pays…n’est plus au niveau…de l’injustice…

    Je vous dit..que tout ça…c’est un alibi..pour ne pas organiser les ***..au benin

    C’est celà la ruse et la rage…

  • Avatar commentaire
    sonagnon Il y a 1 mois

    Cette nuit est tombée pas que sur la justice béninoise, mais aussi sur les autres institutions de la République.

    Depuis *** de Patrice Talon moi je ne cesse de dire que nous allons dans le mur