Mi-mandat du régime de Talon au Bénin : Deux ans et demi de gouvernance mitigée

Mi-mandat du régime de Talon au Bénin : Deux ans et demi de gouvernance mitigée

Ce samedi 6 octobre 2018  fait exactement deux ans et demi que le gouvernement de la rupture est aux affaires. Ce moment correspondant à ce qu'on appelle traditionnellement la période de mi-mandat qui désigne la moitié de la durée du mandat.

Renaissance du sport béninois: Des actions prometteuses, une ambition à concrétiser

Il est de coutume que l’atteinte de mi-mandat donne lieu à une évaluation objective de la gouvernance du pouvoir aux affaires. Et pour le cas du régime de la rupture, les observations les plus conciliantes évoquent un bilan mitigé.L’évaluation de la gouvernance d’un régime à l’occasion de la période de mi-mandat a pour objectif de faire le bilan de sa gestion mais aussi de prédire à partir de ce bilan les possibilités de ce régime à réaliser les engagements pris au départ.

Le gouvernement en place a présenté pendant la campagne électorale un projet de société qui a accroché bon nombre d’électeurs. Mais une fois aux affaires en Avril 2016, rien de ce qui avait été annoncé n’a été appliqué. Les actes qui ont valu à ce régime de l’administration des improvisations. C’est le cas de la désignation des six autres chefs-lieux de régions et la suppression des concours à polémique auxquels on peut ajouter la suppression des services dits budgetivores dans l’administration. Les populations ont aussi accueilli avec une relative satisfaction l’effort consenti par le gouvernement de la rupture pour juguler l’insécurite dans les villes et les campagnes mais aussi de réduire considérablement le phénomène de délestage.

Par contre, le critère de nominations fondées sur la base des appels à candidature, a plutôt laissé la place à des nominations de récompense. La confession du chef de L’Etat faite pendant la campagne électorale d’avoir quitté les affaires est restée sujette à caution. Le retour du programme de vérification des importations, Pvi au port de Cotonou à travers la société Bénin control à fait réfléchir plusieurs citoyens. Le.démarrage des activités du port sec d’Allada a amené certains à se demander si ce n’est pas pour relancer ses affaires que Patrice Talon s’est battu pour se faire élire Président de la république.

La réalisation des projets devant aboutir à la transformation des conditions de vie des populations n’ont pas eu lieu au cours de cette mi-mandat. A la surprise générale, c’est en décembre 2016 soit huit mois après l’arrivée au pouvoir que le chef de L’Etat présente aux citoyens à travers une cérémonie très cossue le programme d’action du gouvernement, Pag. Le contenu qui s’étale sur tous les domaines de la vie de la nation est très enchanteur. Sauf que la réalisation des projets phares et même des projets simples n’est pas dans l’immédiat. On explique que les études préalables à la réalisation de ces projets vont durer deux ans. Il faut comprendre par là que c’est dans la deuxième moitié du mandat qu’il faudra attendre ces réalisations. D’où le doute exprimé par certains citoyens sur la réalisation effective de ce Pag au cours de ce mandat.

En attendant, la misère s’intensifie. Pendant ce temps, des mesures antisociales sont prises par le gouvernement, accentuant davantage le mal-être des populations: suppression de la gratuité de la césarienne, réduction drastique des bourses universitaires proche de la suppression, instauration des droits universitaires, augmentation des frais de douane et du fisc. Pendant ce temps les salaires des ministres et de leurs collaborateurs sont revus à la hausse. Par ailleurs, le gouvernement supprime des emplois et contraint des entreprises à la fermeture.

La Sttb au port de Cotonou, la société Glo mobile, Libercom, Onasa, la Sodeco  et bien d’autres sont contraintes de fermer les portes et de mettre au chômage des milliers d’employés. Les secteurs de la santé et de l’éducation connaissent des paralysies avec des répercussions malencontreuses sur les usagers. La justice peine à recouvrir son indépendance à défaut d’être aux ordres. Le parlement est vassalisé et réussit l’exploit de voter des lois impopulaires qui mettent en péril les libertés et les acquis démocratiques. La tension sociale est à son comble surtout nourrie par des propos provocateurs des zélateurs du régime et d’une certaine presse qui encense le régime et injurie et calomnie impunément ceux qui sont d’avis contraire. C’est donc un mi-mandat mitigé que le gouvernement de la rupture marque ce jour avec comme particularité, la difficulté à convaincre l’opinion de sa capacité à accomplir des miracles au cours des deux ans et démi restants.

Commentaires

Commentaires du site 21
  • Avatar commentaire
    GbetoMagnon Il y a 2 mois

    Un petit coup de “présidomètre” ne serait pas mal venu; à défaut de tableau de bord transparent du PAG (hum…).
    Pour le reste (politique, justice) la messe est dite sauf erreur.

  • Avatar commentaire
    sonagnon Il y a 2 mois

    Si Mr Agadjavidjidji trouve qu’il y a des réalisations non indiquées qu’il nous les cité.

    Il est évident qu’il n’y en a pas d’autres.

    En 3 ans pratiquement, le bilan est négatif, car n’ayons pas des mots.

    L’auteur de l’article n’a fait qu’un résumé dans un langage trop diplomatique.

    Il devrait avoir un mécanisme d’élection anticipée pour redonner la parole au peuple. C’est une lacune de notre constitution. Dans un régime présidentiel fort comme le nôtre, une élection anticipée est obligatoire pour que le peuple souverain puisse toujours décider.
    Mais il n’est pas tard de l’instaurer.

  • Avatar commentaire
    Agadjavidjidji Il y a 2 mois

    @Gombo…

    Je ne nie pas la réalité des chiffres mais j’ai appris à m’en méfier car generalement ils sont elabores a partir de standards qui n’ont rien à avoir avec la structure de nos economies( preponderance de l’informel, forte presence des modes de financement alternatifs genre tontine, associations feminines et autres chaines de solidarité sociale). Vous avez certainement l’excuse de la distance. Mais je vous assure que le nombre de travailleurs capables de s’acheter une voiture de 10 Millions au Benin est beaucoup plus consistant que vous ne l’imaginiez. A preuve, les series d’immatriculation changent pratiquement chaque trois mois. Il faut arrêter de croire que le niveau de vie des Beninois est resté le même que celui des annees 80 et cesser de tout peindre en noir.

  • Avatar commentaire

    Défoulez-vous. Vous êtes tout à fait dans votre rôle!!!

  • Avatar commentaire

    Parmi ses prédécesseurs, qui a déjà mieux faire que lui à mi mandat ?
    Citez un seul pays au monde où en 3ans le Président a changé positivement le pays au point ou les populations appellent à un second mandat…
    Vous n’en verrai pas l’être humain est éternellement insatisfait surtout quand c’est pas lui qui est au commande…
    J’ai appris que la France va bientôt privatiser son aer

  • Avatar commentaire

    Vous n’avez pas bien lu, l’auteur a parlé des points positifs comme la nomination des préfets, le recul de l’insécurité et la fin du délestage. Malheureusement il y a trop de point négatif, l’auteur a même oublié de noter la suppression des frais de douane sur le glyphosate, un herbicide cancérigène commercialisé par Talon. Bref le mot mitigé ne correspond même pas à la réalité, il aurait fallu dire que le bilan est sombre.

  • Avatar commentaire
    Agadjavidjidji Il y a 2 mois

    L’auteur du papier aurait mieux fait d’assumer jusqu’au bout le déséquilibre voulu qui consiste à lister un chapelet de “contre-performances” contre une poignée de points positifs en parlant tout simplement de bilan négatif au lieu de “mitigé”. Mitigé c’est qu’il y a aussi bien du bon que du moins bon. Ce n’est pas l’impression qu’on a quand on lit le papier de bout en bout.

    • Avatar commentaire

      Vous n’avez pas bien lu, l’auteur a parlé des points positifs comme la nomination des préfets, le recul de l’insécurité et la fin du délestage. Malheureusement il y a trop de point négatif, l’auteur a même oublié de noter la suppression des frais de douane sur le glyphosate, un herbicide cancérigène commercialisé par Talon. Bref le mot mitigé ne correspond même pas à la réalité, il aurait fallu dire que le bilan est sombre.

      • Avatar commentaire
        Agadjavidjidji Il y a 2 mois

        Bon c’est l’éternel dilemme du verre à moitié vide ou à moitié plein. Chacun choisit de voir ce qu’il veut voir et de passer le reste en pertes et profits. Ce n’est la meilleure façon de dresser un bilan à mon humble avis. Je réitère tout de même mes propos. Quand un diagnostic vous conduit à mille points negatifs ( juste une façon de parler) contre à peine 100 de positifs vous ne concluez pas à un bilan mitigé mais négatif. C’est juste une question de cohérence méthodologique mais c’est pas le plus important dans le cas d’espèce.

        • Avatar commentaire

          La vérité est peut être dure à entendre. Les gens ont placé beaucoup d’espoir en talon après les 10 ans de yayi. Il a bien commencé mais avec l’affaire cocaïne, le retour du pvi et le glyphosate devenu produit de première nécessité, et exonéré de taxes, sans oublier la chasse à toutes les voix discordantes, les gens ont vite compris la supercherie. Il faut qu’il se resaisisse même si je n’y crois pas,il préfère écouter les djogbenou et les orden alladatin

        • Avatar commentaire

          @Agadjavi
          Vous qui aimez les stats et rating , avez vous note que quelque mois apres l’annonce triomphale du rating pays du Benin par le comptable réducteur de MO, ce rating a ete revu a la baisse passant de B+ a B?
          Qui ose nous parler du succes de Talon ?

  • Avatar commentaire

    En deux ans et demi, il s’est **** sur le dos des pauvres population

  • Avatar commentaire

    Continuons sur le plan economique
    1- augmentation des taxes injustes pesant sur les populations et exoneration de taxes pour les riches
          a) vignettes annuellles sur voiutres et engin a 2 roues
          b) exoneration de droits de douanes pour les voitures neuves destinees au transport
          c) suppression des droit et taxes d’enregistrement sur les ventes immobilieres
    2- croissance de l’endettement public et assechement du credit interieur pour les petits entrepreneurs
           a) ratio dette sur pib passant de 36% a 50% en 2 ans
           b) 40 milliards de dettes sur les banques
           c) emission mensuelles de bons du tresor et OAT. avec des taux de 6% offerts por des echeances a 6 mois traduisant un         manque de liquidites alarmant 
    3- reprise de l’inflation qui tend vers les 3% alors que les salaires stagnent
    4- accroissement du deficit de la balance commerciale et de paiment
    5- inegalites croissante comme en attestant la correction de 36% appliquee a l’IDH pour 1997

    Nnous reviendrons en detail sur ces contre perfomances economiques

    • Avatar commentaire
      Agadjavidjidji Il y a 2 mois

      La machine à fabriquer des stats qui ne reposent sur rien de Gombo tournent à plein régime. C’est vrai que c’est en 2 ans et demie qu’on peut remettre sur les rails une économie désarticulée en 10 ans de gabegie. La bonne blague!!!!

      Soit dit en passant en quoi le fait d’exonérer de droits de douane des vehicules neufs destines au transport est-il une mesure “taillée pour les riches” Faut pas déconner non plus. Ou est l’injustice quand on supprime les droits d’enregistrement sur les transactions immobilières. Ah oui! J’oublias dans le Gomboland, il n’y a que les “riches” qui ont accès au foncier.

      Moi je ne cache pas mon soutien pour le régime de la rupture. En même temps, je reconnais que beaucoup d’erreurs ont été commises du fait de la précipitation mais de grâce ne venez pas nous peindre un tableau apocalyptique en faisant fi de la situation au départ.

      • Avatar commentaire

        @Agadjavi
        Combien de travailleurs ou de pauvres achetent des voitures neuves a 5 ou 10 millions soit 10 a 20 ans de salaire au SMIG ?
        Combien de travaileurs vendent ou achetent des terrains et immeubles a des milliards comme les Talon et les Houngbedji ? 
        Ne nous parlez pas du paysan de Zez qui apres avoir hypotheque la terre recue de ses parents lavend pour qques centaines de milliers de francs pour se retrouver ouvrier agricole ou zem dormant sous les ponts!
        Soyons serieux !
        Il faut croire que la frequentation du clan Talon reduit vos capacites de reflexion!

      • Avatar commentaire

        le benin etait dans le groupe des des moins de 35%, en 2017 il est dans le groupe des 50% et plus… Les chiffres de la banque mondiale et du FMI le confirment !
        Maintenant, vous pouvez inventer des stats comme vos amis ruptuc…
        Consultez las stat de la banque mondiale pour voir le stock des dettes du benin envers les banques : 40 milliards en 2017 et ca n’a pas dimunie en 2018  
        ( chiffres a venir )
        A court d’arguments, on nie la realite des chiffres !
        Gnannin,, e dje houe ahhh…
        Vous nous avez habitue a mieux… il est vrai que Talon contamine tout ce qui l’approche et accelere la destruction des neuronnes…

  • Avatar commentaire

    L’auteur de l’article est genereux envers Talon et son clan.
    La realite est que la seule realisation de Talon en 2,5 ans, c’est la dechirure brutale et -il faut le recoonnaitre methodique – du voile democratique dont se couvrait le pays.
    1- creation de tribunal d’exception , veritable cour kangourou, 
    2- suppression de facto du droit de greve (10 jours par an)
    3- arrestation pour delit d’opinion 
    4- tentative de caporalisation des associations d’etudiants
    5- brouillage des ondees des stations radion ( soleil fm)
    6- fermeture pirate des societes de peoduction des teles non alignees ( sikka tv)
    7- retrait de sikka tv du bouquet diffuse au Benin
    8- interdiction de journaux comme la nouvelle tribune
    9- mise en place d’une charte de partis exclusionniste
    10- vote d’un code lectoral digne des regimes d’apartheid
    On en oublie certaiement beaucoup

  • Avatar commentaire
    DAN ma do GOGO Il y a 2 mois

    ” C’est donc un mi-mandat mitigé que le gouvernement de la rupture marque ce jour avec comme particularité, la difficulté à convaincre l’opinion de sa capacité à accomplir des miracles au cours des deux ans et démi restants.”

    Pour moi c’est un bilan négatif
    1- Au plan économique: on a faim. Le Bénin a une forte proportion d’analphabètes et de personnes hors secteur formel. De quoi tirent-ils leurs revenus? Rien, ils vivotent.
    Le nombre de retraités augmente. Ces personnes voient leurs revenus diminués; parallèlement, l’espérance de vie augmente: conséquence, la pauvreté s’accroît.

    2- Au niveau politique: le climat est exécrable: menaces, tentatives de trafic d’influence, instrumentalisation de la justice, création de groupe de soutien clientéliste, morosité terrible
    3- Spécialiste des ristournes …
    ….

    Quand Tristesse envahit le Bénin
    Ce petit pays adoré
    Dont le coeur saigne tant