Gilets jaunes : un maire créé la polémique en conseillant de bloquer la préfecture

Gilets jaunes : un maire créé la polémique en conseillant de bloquer la préfectureGuy Lefrand, maire LR d'Evreux (Eure). — BALTEL/SIPA

En France, le maire d'Evreux a conseillé les gilets jaunes de sa ville de bloquer la préfecture et le centre des impôts. Un soutien à peine voilé qui passe mal auprès de ses supérieurs.

Gilets jaunes en France : peut-on parler d’hiver européen? (équivalent du printemps arabe)

Guy Lefrand, maire de la ville d’Évreux a récemment défrayé les chroniques en se rendant du côté des gilets jaunes qui manifestent depuis lundi dernier en bloquant un rond-point de la ville. En effet, ce maire, les Républicains souhaitaient leur apporter tout son soutien. Problème, ce dernier l’a fait d’une manière un peu bancale, en conseillant les gilets jaunes.

Le maire d’Evreux conseille les gilets jaunes

Assurant soutenir le mouvement aux quelques gilets jaunes réunis pour l’occasion, ce dernier a toutefois assuré ne pas être en mesure d’y prendre part en sa qualité d’élu. Toutefois, le maire leur a donné quelques conseils, expliquant notamment comment bloquer et la préfecture de l’Eure et le centre des impôts de la ville. Premier conseil ? Ne pas bloquer toute la ville, mais simplement deux ou trois rues stratégiques, dont celle de la police municipale qui « ne sortira pas » si elle se retrouve bloquée.

Second point ? Si la police municipale ne sort pas, personne ne viendra. Résultat, les manifestants peuvent ensuite se disperser ici et là afin de bloquer les points centraux de l’agglomération. Les CRS eux, ne seront pas invités à venir. Dernier conseil, cibler les points symboliques. Selon le maire, la mairie peut être bloquée, cependant, le symbole n’est pas aussi fort que si c’était la préfecture ou le centre des impôts. Des déclarations filmées et retransmises sur le net.

La préfecture monte au créneau

Bien entendu, de tels propos ont provoqué une véritable onde de choc, notamment auprès de la préfecture du département. Le préfet de l’Eure, Thierry Coudert, s’est par exemple étouffé en apprenant cette nouvelle, assurant qu’un maire, en tant qu’agent de l’État, se devait de respecter son mandat. Assurant que le droit de manifester était bien réel en France, ce dernier ne doit toutefois pas faire obstacle à la police municipale et ou nationale tout en se devant de s’assurer du bon fonctionnement des services publics. Interrogé à ce sujet, Guy Lefrand a présenté ses excuses, assurant regretter que ses propos aient été mal tournés. Selon lui, l’idée était de motiver les gilets jaunes à bloquer l’État et non les petites gens, les commerces, les travailleurs.

Commentaires

Commentaires du site 0