Immigration clandestine: les réseaux ciblent désormais l’Espagne

Immigration clandestine: les réseaux ciblent désormais l’EspagneLe ministre Castaner inquiet, Photo : Abaca

Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, était en déplacement, ce lundi matin, dans les Pyrénées-Orientales pour constater de visu la forte pression d’immigration à la frontière Franco-espagnole.

Crise des migrants : un problème de manque d’humanité pour Sharon Stone

« Le nombre d’entrées irrégulières en Espagne a augmenté de 150 à 155% par rapport à l’année dernière » a déclaré Castaner, on comprend donc son appréhension pour la Catalogne, région frontalière à l’Espagne. L’Espagne est devenue le principal point d’entrée de l’Europe pour les migrants cette année, dépassant la Grèce et l’Italie. Plus de 34 000 migrants maritimes ont atterri sur les côtes espagnoles jusqu’à présent cette année, soit une fois et demie de plus que L’Italie et la Grèce qui n’en ont reçu chacune qu’environ 20 000 et trois plus qu’en 2017.

M. Sánchez, premier ministre espagnol a affiché une volonté claire à positionner son pays comme l’un des pays les plus favorables à l’immigration en Europe en affirmant «Nous défendons une politique de migration respectueuse des droits de l’homme». Une politique qui inquiètent, car selon Castaner, elle a occasionné «des mouvements migratoires forts sur les Pyrénées, une montée en puissance sur les Pyrénées-Orientales ».

Une collaboration étroite avec l’Espagne s’impose donc à la France si elle ne veut pas se voir submerger. Car précise t-il ; « L’enjeu pour la France est triple: travailler avec les pays d’origine des migrants, travailler avec les pays de transit dont le Maroc, et travailler sur la frontière européenne qu’il faut renforcer »

Commentaires

Commentaires du site 1
  • Avatar commentaire

    Oui sais vrais