Bénin : Le barreau exige l’abrogation de la loi portant création de la Criet

Bénin : Le barreau exige l’abrogation de la loi portant création de la Criet

La rentrée judiciaire de l’ordre des avocats du Bénin a eu lieu ce vendredi 16 novembre 2018. Les hommes en toge ont saisi l’occasion pour rendre public les conclusions du rapport commandité par le Barreau sur la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet).

Me Issiaka Moustapha : « La CADHP a anéanti l’arrêt de la Criet qui a condamné M Ajavon »

Il ressort de ce rapport que la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet) ne respecte pas les « principes (de la) présomption d’innocence, le droit à la défense, le droit à un principe équitable et la faculté d’interjeter appel » entre autres. Le document indexe plusieurs décisions rendues par la juridiction spéciale et qui violent les principes fondamentaux du droit. Les procédures suivies devant cette Cour violent aussi ces droits et principes essentiels . Le Barreau a par ailleurs déploré une absence de débat entre les professionnels du droit sur la loi portant création de cette Cour spéciale.

Il fait également remarquer que les diverses composantes de la société civile n’ont pas été sollicitées avant l’adoption de ladite loi. C’est une façon de mettre tout le monde devant le fait accompli estime l’ordre des avocats avant d’appeler à l’abrogation et le retrait pur et simple de la loi portant création de Criet au Bénin. Pour rappel, les magistrats avaient aussi dénoncé la création de la Criet lors de leur récente Assemblée générale.

Commentaires

Commentaires du site 17
  • Avatar commentaire

    Le temps,la terre dahomez benin,les hommes et femmes qui y habitent…n’oublieront jamais talon….!!

    Proclammé..compétiteur né…je crois et je pense..qu’il l’est effectivement…!!!

    Et tout dépend..ce qu’on y met dans ce terme..de compétition…

    Lui.. il a sa manière..de compétire…en choisissant..les moyens…pour les besoins de la cause…et ici..il le fait toujours de façon légale…

    Le prpb..avec tous les moyens..colossaux n’a pas pu mettre…ce peuple aux pas…

    Lui..il arrive..à le faire..parce qu’il dispose..d’un mental,d’un comportement..d’une stratégie…

    Qui…depuis 1960..a pu instaurer la peur..fragiliser la certitude..des uns et des autres…dans ce pays….?..

    Et je crois..le meilleur arrivera lors de la composition des listes…et c’est en ce moment…que tout le peuple va l’acclamer..

    Ce que le peuple n’a pu réaliser..par voies démocratiques…il le fera…légalement..par ruse et rage…en écartant,en rajeunissant…la classe politique..

    Faire voter..des lois…par ceux là qui en seront victimes….avouons le…c’est du genie,de l’exploit….

    Certains ont déjà..compris…mais c’est déjà trop tard..

    La tabaski aura lieu…..

  • Avatar commentaire

    Moi j’ai lu toute l’analyse du barreau du Bénin sur la CRIET, et je déplore un résumé très court de l’auteur de cet article.

    Sur 46 pages le barreau du Bénin a fait une démonstration technique qui se base non seulement sur les instruments juridiques auxquels notre pays a adhéré, mais aussi sur notre constitution pour démontrer que l’institution de la CRIET est violation manifeste et inacceptable de la légalité au Bénin.

    Mieux, que la CRIET se permette de s’ériger en juridiction d’appel, alors qu’elle n’est qu’une cour de premier degré est une insulte à tout le peuple béninois, mais surtout aux intellectuels béninois, à la société civile et en particulier aux praticiens et universitaires du droit.

    Le rapport que j’ai lu n’est pas une position politique face à un choix politique opéré, mais un avis technique qui montre le piétinement des règles fondamentales qui organisent la société béninoise d’aujourd’hui.

    Je demande que le barreau du Bénin ne s’arrête pas en si bon chemin.
    Au vue des arguments de droit incontestables avancés, qu’elle saisisse la cour constitutionnelle pour l’abrogation de la CRIET, et surtout de constater la nullité de tous les jugements prononcés en tant que juridiction d’appel.

    Nous préjugeons déjà de la suite que la cour va réserver à cette démarche, toutefois il faudrait que la démarche se fasse, afin de réunir des preuves pour confondre les membres de cette cour plus tard.
    Car je pense, qu’ils ont aussi une responsabilité pénale en cas de manquement à leur devoir, c’est aussi des citoyens béninois comme nous tous.

    Et moi je crois fermement que la vraie justice dira son mot face à tout ce que nous vivons aujourd’hui tôt ou tard.

  • Avatar commentaire

    Qu’est ce qu’ils attendent pour se mettre en grève illimitée comme au temps de yayi, Il est temps que les gens prennent leurs responsabilités pour défendre notre héritage de démocratie 

  • Avatar commentaire

    Quelle honte ce pays. Et les Klébés du regime tenteront encore de justifier cela?

  • Avatar commentaire

    Cette cours est la meilleure . Les avocats defendent leur metier. Avec la criet le dernier ressort est consommé par le coupable il n’y a pas de victime.

  • Avatar commentaire

    Dans quel État au monde les politiques sont tenus de consulter les avocats et la société civile avant d’adopter les lois, notamment celle créant la CRIET au Bénin. Vous vous prenez pour qui? La loi est une prérogative du gouvernement et des députés et non des avocats et des magistrats. Vous êtes simplement tenus de les mettre en oeuvre. Ces lois s’appliquent à tous jusqu’à leur abrogation. Le Benin n’est ni le premier ni le dernier à adopter des lois de cette nature qui répondent à des délits nouveaux et inedits et à des perversités nouvelles auxquelles il faut faire face.
    Je recommande aux avocats de s’engager en politique pour se donner les moyens de modifier ces lois..

    • Avatar commentaire
      Géraldinette Il y a 3 semaines

      Vous êtes à plaindre, monsieur.

    • Avatar commentaire
      Géraldinette Il y a 3 semaines

      Vous êtes lamentable, Monsieur

    • Avatar commentaire
      Agadjavidjidji Il y a 3 semaines

      Cette cour n’arrange personne cher ami. Je dis bien personne. Avocats, magistrats, officiers de police,simples fonctionnaires…Parce-que désormais, ils savent qu’il y a une institution pour récupérer ceux et celles qui savent bien bénéficier des bienveillantes largesses de ce qui faisait jusque là office d’ordre judiciaire. Ne soyez donc pas étonné que la CRIET soit combattue avec la dernière vigueur. Elle fait peur. C’est même le contraire qui aurait été surprenant.

      • Avatar commentaire

        agadjavi..

        ton soutien..aveugle…à la rupture..n’est plus qualifiable..

        la conf de 90..était un consensus…par rapport à des abus..

        et je dis..elle n’a pas donner la pédagogie..pour ce peuple
        Que..au vue..de ce qu’ils ont commis comme crimes..que kérékou..et tous ceux..qui ont exécuté des ordres…soient attachés…au cocotiers..et exécutés..ne me générait pas..

        Ainsi donc…ce qui se passe aujourdhui.dans ce pays..ne pourra avoir lieu

    • Avatar commentaire
      Béninois Il y a 3 semaines

      DANS TOUS LES ETATS SÉRIEUX. Il faut sortir ta tête de la marmite gouvernementale afin de voir le monde réel du 21 e siècle. Le Bénin n’est pas isolé sur une planète. Arrêtez de nous ridiculiser avec vos Loïs arbitraires et non réfléchies.

    • Avatar commentaire

      Vous me semblez lamentable, cher monsieur

  • Avatar commentaire

    Cette loi a été malheureusement pondue par un des leurs qui l’a fait adopter en catimini par 19 députés en pleine nuit avant d’aller dirger lui même à la cour constitutionnelle pour la déclarer conforme à la constitution. Rien de tout cela n’est sérieux évidemment.
    EN prenant cette position, le barreau tente de sauver l’honneur de leur profession. Il est peut être trop tard.