Pacte sur les migrations de l’ONU : les USA, l’Autriche et la Hongrie disent niet

Pacte sur les migrations de l’ONU : les USA, l’Autriche et la Hongrie disent nietPhoto Reuters

Un récent rapport de l’ONU déclare qu’aujourd’hui, plus de 258 millions de migrants dans le monde vivent hors de leur pays de citoyenneté. Et cela peut créer des défis importants. D’où « Le pacte mondial pour les migrations », élaboré par l’ONU. Mais ce pacte est loin de faire l’unanimité.

Libye : l’ONU frappe 6 trafiquants de migrants

La migration, véritable problème contemporain pose de nombreux cas de conscience aux pays « riches », Ces populations, qui pour une raison ou une autre, bien souvent pauvreté et guerre, quittent leurs pays pour une terre d’asile, subissent très souvent bien des revers. Aussi, l’Assemblée générale de l’ONU, en septembre 2016, a décidé, par l’adoption de la Déclaration de New York sur les réfugiés et les migrants, d’élaborer un pacte mondial pour une migration sûre, ordonnée et régulière. Cependant, Tous ne sont pas d’accord.

En décembre 2017, les États-Unis, préférant agir unilatéralement, déclaraient qu’ils mettaient fin à leur participation aux négociations sur le pacte, affirmant que de nombreuses dispositions étaient «incompatibles avec les politiques américaines en matière d’immigration et de protection des réfugiés». La Hongrie, quant à elle, se retirait en Juillet dernier, parce que malgré quelques points nobles et dignes d’être soutenu, tel la lutte contre la traite des êtres humains, Le Pacte « voulait légaliser » la migration sauvage et que cela était contre les intérêts de la Hongrie.

Et l’Autriche à la suite de son voisin la Hongrie,  de déclarer ce mercredi par son chancelier que  le pacte faisait l’amalgame entre immigration clandestine, immigration légale et immigration humanitaire, et ce faisant l’Autriche ne ratifierait pas le pacte en Décembre prochain. “La migration n’est pas et ne peut pas devenir un droit humain “, a déclaré le vice-chancelier autrichien Heinz-Christian Strache. Il est impossible que quelqu’un reçoive un droit à la migration à cause du climat ou de la pauvreté.”

Commentaires

Commentaires du site 0