Patrice Talon en Norvège : « L’aide au développement ne peut pas suffire à transformer (l’Afrique)»

Patrice Talon en Norvège : « L’aide au développement ne peut pas suffire à transformer (l’Afrique)»

Patrice Talon a participé hier jeudi 08 novembre au 8ième sommet nordique et africain des affaires. A l'occasion il a prononcé un discours dans lequel il évoque les limites de l'aide au développement et prône l'investissement privé,

Reconstruction des marchés au Bénin : Dantokpa bientôt déplacé

Dans un discours direct Patrice Talon a montré les limites de l’aide au développement dans certains pays africains gangrenés par la mauvaise gouvernance et la corruption. « Nous savons que l’aide au développement ne peut pas suffire à transformer le continent africain. En général l’aide au développement souffre de la mauvaise gouvernance, et la corruption a montré que malgré les aides dont les pays d’Afrique ont bénéficié, ces pays se sont peu développés » lance le numéro 1 Béninois aux participants du sommet. Il pense par ailleurs que l’investissement privé sera le véritable moteur de développement de l’Afrique , parce qu’un franc investi par le secteur privé crée plus d’emplois et plus de richesse et de développement que ce même franc investi par les Etats. Sur un franc investi par l’Etat, la moitié ou les trois quarts sont gaspillés, soutient-il. Patrice Talon a également abordé la question de la mauvaise perception des risques d’investissement en Afrique.

Pour le premier magistrat, le taux de rendement qu’exigent les investisseurs sont malheureusement excessifs  parce qu’un rendement qui est en dessous de douze, quinze ou vingt pour cent ne paraît pas attractif pour les capitaux investis sur le continent. « Le travers de cette perception est qu’aujourd’hui dans la globalisation, l’Afrique n’est plus compétitive » déclare Patrice Talon. Avec la Banque mondiale plusieurs pays ont mis en place des outils pour freiner les risques qui empêchent les investisseurs de venir en Afrique informe le président Béninois..

Je ne suis pas venu demander de l’aide au développement

Patrice Talon a par ailleurs présenté les efforts que fait son pays pour créer un environnement propice à l’investissement étranger. Le Bénin a selon lui, opérer des « réformes extraordinaires » pour inciter les étrangers à investir dans le pays.  Il indique qu’il n’a aucune intention de solliciter de l’aide au développement en venant en Norvège. « J’ai dit au Premier ministre que j’ai rencontré hier que je n’avais aucune demande à la Norvège, que je ne suis venu demander ni de l’aide au développement, ni un accompagnement particulier » assure-t-il. Son déplacement vise plutôt à solliciter un peu d’attention de la part du gouvernement norvégien. Que ce dernier, observe le Bénin pour constater combien ce pays est en train de changer. Et une fois que la Norvège aura constaté ce changement en matière de gouvernance, de transparence et de sérieux, il (Patrice Talon) pourra revenir demander ce dont il a « besoin comme aide ».

Notons que Béninois n’est  président n’est pas contre l’aide au développement. Il estime que les investisseurs ont envie de délocaliser vers la Chine mais cette opportunité de délocalisation vers le continent africain est freinée par les exigences de rendement élevé. C’est à ce niveau que  l’aide au développement peut accompagner l’investissement privé étranger en Afrique de son point de vue.

Commentaires

Commentaires du site 8
  • Avatar commentaire
    Tonagnon Il y a 6 jours

    Personnellement je n’ai rien contre le président Talon mais je trouve qu’il est mal conseillé. Ce discours ne convient pas à un pays comme la Norvège, pays le plus transparent au monde où les dirigeants sont les plus proches des citoyens. Aller dire en Norvège que le Bénin fait des progrès en matière de bonnes gouvernance et de transparence alors que le salaire du ministre des affaires étrangères du Bénin est supérieur au salaire du Président américain, où le salaire des préfets dépasse largement le salaire des ministres français, où les contrats de l’État avec les entreprises privées notamment ceux avec le PVI et le RAVIP sont restés secrets, que le président de ce pays aille faire ce discours en Norvège, peut être perçu comme une insulte aux norvégiees.

  • Avatar commentaire
    Patéhoungué Inversion Il y a 6 jours

    n’a aucune intention de solliciter de l’aide au développement en venant en Norvège. « J’ai dit au Premier ministre que j’ai rencontré hier que je n’avais aucune demande à la Norvège, que je ne suis venu demander ni de l’aide au développement, ni un accompagnement particulier » assure-t-il. Son déplacement vise plutôt à solliciter un peu d’attention de la part du gouvernement norvégien. Que ce dernier, observe le Bénin pour constater combien ce pays est en train de changer.

    Mais les choses ont empiré

  • Avatar commentaire

    C’était une intervention impeccable. Il savait de quoi il parlait et était très convaincant. J’ai été séduit par son discours comme toujours d’ailleurs. Je tellement fier d’avoir cet homme comme président. DIEU bénisse le notre président et notre pays le Bénin…!

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 6 jours

    Ce talon est vraiment ****, il dit et fait tout et son contraire à la fois , et à l’instar de Faure eyadema, il doit mieux structurer ses interventions à l’extérieur du benin ; il n’a pas de on conseiller on dirait . En France face à Macron il demande des compétences , en Norvège monsieur se montre suffisant , parle de ses réformettes à la noix , , en Allemagne devant Merkel et le president sud-africain, ancien syndical , talon vante la grande précarité dans laquelle les employés  sont placés désormais sous sa gourvenance , s’attirant des rires de ce prestigieux auditoire , sans compter l’instrumentalisation de la justice beninoise ; qui est fou pour venir au benin avec son argent 

  • Avatar commentaire
    Napoléon1 Il y a 6 jours

    Cette-fois-ci il n’a pas vanter les mérites de ses réformes qui ont rendu les travailleurs béninois comme sans droit, sans protection, taillables et corvéables à tout instant , ce qui est pour lui un attrait pour les investisseurs étranger. Il a appris donc la lecon de son discours malheureux en Allemagne. C’est déjà un effort. Cher Président, ce n’est pas les travailleurs et leur droit de grève qui est problème au Bénin, mais c’est ce qui cause les grèves, c’est à cela que nous devons travailler au Bénin. Descendez un peu de la ruse et de la rage qui est votre mode de fonctionnement et débarassez-vous du mépris et de l’arrogance que vous vouez à ce peuple qui vous a élu. Vous ne pouvez pas faire du miracle au Bénin et le peuple n’attend pas du miracle de vous.

  • Avatar commentaire
    Napoléon1 Il y a 6 jours

    Cette-fois-ci il n’a pas vanter les mérites de ses réformes qui ont rendu les travailleurs béninois comme sans droit, sans protection, taillables et corvéables à tout instant , ce qui est pour lui un attrait pour les investisseurs étrangers. Il a appris donc la lecon de son discours malheureux en Allemagne. C’est déjà un effort. Cher Président, ce n’est pas les travailleurs et leur droit de grève qui est problème au Bénin, mais c’est ce qui cause les grèves, c’est à cela que nous devons travailler au Bénin. Descendez un peu de la ruse et de la rage qui est votre mode de fonctionnement et débarassez-vous du mépris et de l’arrogance que vous vouez à ce peuple qui vous a élu. Vous ne pouvez pas faire du miracle au Bénin et le peuple n’attend pas du miracle de vous.

  • Avatar commentaire
    sonagnon Il y a 7 jours

    Au tant l’aide au développement ne conduit au développement d’un pays pauvre, autant des investissements privés à eux seuls ne conduisent pas au développement des pays pauvres comme les nôtres.

    Il est impératif d’avoir à côté de toute politique d’incitation à des investissements privés dans nos pays, des politiques de développement des potentialités économiques par des nationaux ou par un partenariat État et nationaux.

    Cette dimension du développement échappe à Patrice Talon, car il n’a pas la culture politique et *** nécessaires pour appréhender cette dimension de notre développement.