Les autorités rectorales ont procédé hier mercredi au lancement de la rentrée académique 2018-2019 à l’Université d’Abomey Calavi. Les enseignants de ce haut lieu du savoir ont profité de l’occasion pour critiquer le décret du président Talon qui suspend l’élection des responsables d’universités publiques jusqu’à l’installation des membres du Conseil National de l’Education.
C’est la lune de fiel entre Patrice Talon et  les enseignants de l’Université d’Abomey – Calavi. Les universitaires n’approuvent pas du tout le décret pris par le chef de l’Etat pour suspendre l’élection des responsables d’universités publiques. Pour la porte-parole des universités du Bénin, le principe des élections des recteurs et des responsables d’universités est fondamental et les enseignants du supérieur  y tiennent. Il faut que les universités publiques gardent à leur tête des “autorités légitimes” a martelé Ariane Djossou. Elle reste persuadée que le processus électoral va reprendre son cours normal très prochainement.

Pour le directeur de cabinet de la ministre de l’enseignement supérieur, le décret du 20 septembre 2018 n’a pas pour but de remettre  en cause des acquis concernant la désignation des responsables d’universités.

Les dispositions de ce décret ne sont qu’une précaution pour que les réformes du système éducatif à opérer par le Conseil national de l’Education, ne perturbent pas les responsables qu’on aurait mis en place peu avant cela,  a expliqué Bienvenu Koudjo.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP saisissez votre nom
SVP, Entrez votre commentaire