Séparatistes au Cameroun: la justice se range du coté du gouvernement

Séparatistes au Cameroun: la justice se range du coté du gouvernement

Cela fait des mois que la révolte des sécessionnistes contre l'Etat camerounais persiste. Des leaders sécessionnistes sont poursuivis devant la justice. Appelée à la rescousse, la justice se prononce et laisse pencher sa balance en faveur du gouvernement.

Cameroun : l’opposition accuse les médias de favoritisme

Emprisonnés depuis dix mois sans accusation formelle, dix dirigeants séparatistes revendiquent leur libération. Le conflit est né par une grève contre une supposée exclusion de la minorité anglophone, il y a de cela deux ans. La situation a pris une autre tournure à cause d’une riposte du gouvernement. Ces tensions ont entraîné la fuite de 40.000 camerounais vers le Nigéria.

Le combat continue toujours dans les deux régions anglophones. En effet, cette semaine, les confrontations entre les séparatistes et l’armée camerounaise ont occasionné environ 30 décès dans le nord-ouest. D’après les leaders dissidents, leur emprisonnement ne répond pas aux normes de la procédure judiciaire. Les juges n’ont cependant pas donné la raison pour laquelle la demande a été rejetée, ce jeudi. Le rejet de la demande de leur libération a également été certifié par le Tribunal de première instance du Mfoundi.

Mais les avocats de Sesesku Ayuk-président auto-proclamé d’Ambazonie- et ses compagnons disent qu’ils ne vont pas en rester là. Suite à la délibération de cinq minutes du verdict par la Cour d’appel du Mfoundi, ils comptent faire appel devant la Cour suprême et «au cas échéant à la Cour internationale de justice». Fru John Nsoh, le principal conseil de la défense a confié cela sur les antennes de BBC.

Commentaires

Commentaires du site 0