USA – Europe : risque d’une nouvelle tension après une annonce de Trump

USA – Europe : risque d’une nouvelle tension après une annonce de TrumpPhoto Saul Loeb/AFP/Getty Images

Le président américain fidèle à sa réputation de chef d’état aux politiques imprévisibles, fait planer une nouvelle épée de Damoclès sur les échanges commerciaux automobiles avec l’union européenne.

Venezuela : Maduro dénonce une agression impérialiste

L’industrie automobile américaine ne se porterait pas bien, nous rapporte un média national  car  malgré les différents ajustements structurels et près de 22 milliards de dollars de subventions accordées par le gouvernement, la Général Motors annonçait, lundi, la fermeture de 03 usines aux Etats-Unis et donc la suppression de plus de 14 000 emplois.

Mercredi dans l’après-midi, le président américain par son canal favori déclarait dans un tweet ; « La raison pour laquelle le secteur des petits camions aux États-Unis est un favori est parce que, depuis de nombreuses années, des droits de douane de 25% sont appliqués aux petits camions entrant dans notre pays. C’est ce qu’on appelle la «Chicken tax». Si nous le faisions avec les voitures qui arrivaient, beaucoup plus de voitures seraient construites ici … »,

Réfléchissez membres du Congrès…

« … et G.M. ne fermeraient pas leurs usines dans l’Ohio, le Michigan et le Maryland. Réfléchissez membres du Congrès. De plus, les pays qui nous envoient des voitures profitent des États-Unis depuis des décennies. Le président a un grand pouvoir sur cette question – à cause de l’évènement de la G.M, elle est à l’étude maintenant! » terminait Donald Trump, laissant entrevoir selon la presse internationale, une très probable recrudescence des tensions commerciales et économiques entre les USA et l’Europe.

Changement de paradigme, changement de ton….

En juillet, les USA et l’Europe trouvaient enfin un compromis pour mettre fin à la crise commerciale entre les deux blocs, le président américain alors dans un communiqué publié à l’issue de sa rencontre avec le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, à la maison blanche , déclarait : « aujourd’hui est un très grand jour pour le commerce libre et équitable (…) Les Etats-Unis et l’UE comptent ensemble plus de 850 millions de citoyens et représentent la moitié du PIB mondial. En d’autres termes, ensemble, nous formons plus de 50 % du commerce. Si nous faisons équipe, nous pouvons rendre notre planète meilleure, plus sûre et plus prospère. » Avant d’ajouter ; « Super d’être à nouveau sur la bonne voie avec l’UE ».

Un discours complètement aux antipodes des déclarations de ce mercredi ; Donald Trump fidèle à son ‘’America First’’, laissait insinuer selon une presse internationale qu’il pourrait sans état d’âme revenir sur le consensus commercial de juillet, car si c’est plutôt la Chine et non L’UE qui est visée , ce sont les pays européens dont la balance commerciale est hautement tributaire de cette industrie, tel l’Allemagne,  qui en pâtiront le plus.

Commentaires

Commentaires du site 0