La RDC traverse une période post-électorale assez tendue. La cour constitutionnel du pays ayant enregistré nombre de plaintes qui pour contester, qui pour en demander la confirmation. Une situation que le président en exercice de L’UA a décidé de prendre à bras le corps.Paul Kagamé, aurait donc selon la presse sous-régionale africaine, sollicité de ses pairs à l’Union Africaine, un regard appuyé sur la situation en cours en RDC. Aussi l’institution a t-elle autorisé ce jeudi une « réunion de consultation de haut niveau des chefs d’État et de gouvernement sur la situation en République démocratique du Congo »selon le communiqué officiel.

Loading...

 Paul Kagame, médiateur

A la réunion de l’Union africaine aurait été conviée le président Denis Sassou N’Guesso, en sa qualité de président en exercice de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (Cirgl) qui selon la presse Congolaise avait déjà depuis Mardi avait également initié des rencontres avec les acteurs politiques du pays en face. Une action qui sera donc appuyée par celle de la « délégation de haut niveau » que l’UA entend mandater pour entreprendre les consultations; vu que, l’institution aurait  avoué être quelque peu circonspecte quant aux résultats publiés par la Commission Électorale Indépendante. Aussi l’institution n’a-t-elle pas manqué d’appeler les différents protagonistes à « interagir de manière positive avec la délégation africaine de haut niveau dans l’intérêt de leur pays et de ses habitants ».

Des pourparlers difficiles

Le 06 Janvier, la CENI en ses résultats provisoires proclamaient l’opposant Felix Tshisekedi vainqueur avec 38,57% des voix, des résultats tout de suite contestés par le président de la coalition de parti d’opposition LAMUKA, Martin Fayulu. D’ailleurs les résultats compulsés par la CENCO, Conférence épiscopale du Congo, un des deux observateurs nationaux accrédités pour ces élections tendraient, de sources journalistiques, à conforter Fayulu dans cette dynamique.

Un recours aurait été déposé ce mardi par sa formation politique à la cour constitutionnelle ; «la Cour devra rectifier le résultat erroné publié par la Céni et proclamer Martin Fayulu définitivement élu » professait Me Toussaint Ekombe, un des avocats de Fayulu.

Voir les commentaires

6 Commentaires

  1. C’est quand même bizarre que l’église catholique proclame le résultat des élections dans un Pays à la place de l’organe constituionnel chargé de le faire. Quand on sait que Kagamé a été le maître à penser de Kabila-fils, alors on sait quoi en tenir d’une telle médiation.

  2. Il faut effectivement prévenir plutôt que guérir. Là est le grand mal dont souffre l’Afrique quand il s’agit d’élections car, au lieu de faire le travail en amont en réclamant de corriger les systèmes électoraux africains (institutions, machines, lois, etc.) qui sont porteurs de gènes de doutes/contestations, les gens attendent que lesdits systèmes produisent des résultats qu’on pouvait prédire douteux avant de crier “Ô secours”!

    Voilà qu’on en est là. Tout résultat électoral final devrait permettre la traçabilité vers les votes exprimés dans chaque bureau de vote. C’est un travail mécanique qui départagerait les candidats dans le contexte de la RDC.

  3. le Rwanda ne peut en aucun cas être médiateur dans la crise congolaise car le Rwanda est indirectement belligérant au regard de ses agissements précédents en RDC.
    Par ailleurs, il faut attendre l’examen des recours par la cour constitutionnelle avant de chercher à discuter de la transparence.
    Dans le cas de la RDC, il y a de forts soupçons que les pays extérieurs ne visent que leurs intérêts personnels respectifs.
    Méfions nous des bons samaritains soucieux de la transparence électorale mais pas de l’équité économique.

  4. Un président dictateur peut-il donner de l’espoir et du crédit dans un environnement conflictuel ? Cette médiation ne servira à rien.

  5. Est ce qu’il y a un dialogue à faire dans ce dossier????

    Le comptage est bien fait oui ou non???

    Si ce n’est pas bien fait, que l’Union Africaine dépêche une commission pour reprendre le comptage, c’est aussi simple que ça.

    Et plutôt que de vouloir jouer au sapeur-pompier, pourquoi ne pas prévenir le feu???? Ce n’est pas plus intelligent???

    Que les représentant de l’Union Africaine et des organisations sous régionales participent aux travaux des commissions d’organisation et de proclamation des résultats des élections.

    Il FAUT PRÉVENIR PLUTÔT QUE GUERRIER

Répondre à Ry Annuler la réponse

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom