L'homme d'affaires béninois Sébastien Ajavon

Le collectif des avocats de Sébastien Ajavon dans l’affaire dite « 18kg de cocaïne » est monté au créneau dans la soirée du jeudi 7 février 2019 à Cotonou pour informer l’opinion publique sur le refus d’exécution par l’Etat du Bénin, de la décision de la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (CADHP) en date du 7 décembre 2018. « Par courrier … en date du 11 janvier 2019, l’Etat béninois a notifié à la CADHP qu’il n’exécutera pas ladite décision », affirment les conseils de Sébastien Ajavon.

C’est une ordonnance de mesure provisoire prise par la CADHP pour ordonner à l’État béninois, de suspendre, jusqu’à la décision définitive de la Cour de céans, l’exécution du jugement n°007/3C.COR du 18 octobre 2018.

Jugement par lequel la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET) du Bénin a condamné leur client à 20 ans d’emprisonnement ferme. Par la même ordonnance, la CADHP demandait à l’Etat béninois de « faire rapport à la Cour dans un délai de quinze (15) jours à compter de la date de réception de la présente ordonnance sur les mesures prises pour la mettre en œuvre ».

Tâche noire sur l’image d’Etat de droit du Bénin

Cette attitude de l’Etat béninois viole les engagements internationaux auxquels il a souscrits, selon les avocats. C’est aussi un acte qui salit son image d’Etat de droit de tradition, selon eux. Ils rappellent qu’en effet, « l’Etat béninois a régulièrement ratifié non seulement la charte africaine des droits de l’Homme et des peuples qui d’ailleurs fait partie intégrante de la Constitution béninois du 11 décembre 1990 mais aussi et surtout le protocole portant création de la CADHP».

Mieux, ajoutent-t-ils, «l’Etat béninois, le 8 février 2016, a déposé à la CADHP la déclaration prévue par le protocole visé ci-dessus, acceptant la compétence de cette Cour pour recevoir les requêtes directement introduites par des personnes individus et les organisations non gouvernementale ».

Voir les commentaires

17 Commentaires

  1. C’est de jamais vu ce que Talon et son équipe se permet. Depuis que la République est née, aucun Président de la République ne s’est permis de se soustraire à l‘exécution d’un jugement international répondant aux accords ratifiés par le Bénin.
    Ce faisant, c’est clair que ce n’est pas les intérêts du peuple dont il a la charge que Talon défend ainsi, mais ses propres intérêts dans le cas d’espèce pour se voiler la face et cacher sa honte. Car il n’y a de plus perplexe, il n’y a pas de plus honteux lorsque dans un procès on interdit à la défense d’avoir accès au dossier, on interdit à la défense de pénetrer la salle d’audience sans son client pour finalement prononcer une condamnation.Ce n’est pas le Bénin qui a inventé la roue.
    C’est bien que Talon et son équipe puisse s’illustrer ainsi au plan international. Le monde entier en prend acte et ne s’offusquera point de ce qui va leur arriver bientôt.

  2. Aucun Etat sérieux ne prend à la légère le trafic international de drogue. Aucun gouvernement sérieux ne peut exécuter une telle décision.Maintenant, ces partisans et quelques amis de l’autre poseur de pierre et spécialiste des éléphants blancs et de l’organisation des concours truqués ne sont pas d’accord. Mais est-ce qu’on peut vraiment espérer mieux d’eux.

  3. Triste, se qui se passe dans le Pays de Bernadin Ganti. Triste de rompre avec l’Etat de Droit.Triste, Talon, triste .Mais ce n’est pas de ta faute, LA responsabilite nous incombe. Nous, cette jeunesse dormante. Une chose est sûre: dans ta biulimie, tu finiras par ***..
    Au réveil de la jeunesse Béninoise!!! A ba boorí.

    • Depuis quand le Bénin appartient à Bernadine Ganti ?
      Parlez moi d’Agadja de tégbessou et de glèlè……..où est Aziz?

      • Bernadin ganti…..fut illustre….et a donné une certaine visibilité à notre pays.

        Le roi guézo…fut illustre et visionnaire pour avoir..introduit le palmier à huile..et grace lui..nos atassi son agrémentés…du bon zomi….

        béhanzin..et ses amazones..nous ont donné..le sens du patriotisme..jusqu’au sacrifice supreme…( ce que d’ailleurs nous avons perdu)..

        kaba,guerra,saka yérima….aussi..

        Mais agadja..dont l’arrière..l’arrière…l’arrière petit fils vient nous narguer…ici…ni tégbessou (bizzarement son nom ressemble au promoteur de icc service)…je ne connais pas leurs faits d’armes…

      • Tu veux dire Tégbessou ou TEGBENOU (Emile)? Ce Bénin qui refuse d’exécuter les décisions de justice ressemble plus à un Etat voyou, donc celui de Tégnénou qui avec son ICC a réussi à escroquer même des magistrats.

  4. Sébastien Ajavon n’a qu’à s’en prendre à lui même.Il ne connait rien de la politique beninoise.Je comprends que ces Avocats font leur job, donc rien de nouveau sous le soleil.
    Sébastien Ajavon, tirera les consequences qu’on ne s’amuse pas avec quelqu’un qui a le pouvoir.C’est un délit d’initié.Et que le peuple beninois est ingrat.Toute personne sauf lui Sébastien Ajavon au Benin ici.Tout le peuple beninois pouvait se mettre sur les rues pour réclamer le revirement de cette sentence de la CRIET. hélas, chaque béninois se comporte comme des crabes , à chacun son trou…C’est pitoyable !!!
    TALON a reçu un mandat du peuple, il l’exerce un point bas !!!

    • Vous êtes visiblement aveugle ou ne savez rien de ce dont on parle.
      Talon n’a pas recu mandat du peuple pour faire mettre de la drogue dans un conteneur adressé à une société afin de détruire quelqu’un qui l’a aidé à devenir Président de la République. Cela n’est pas le mandat des populations qui l’ont élu.
      Depuis quand lorsqu’on découvre la drogue dans un conteneur qui a fait des milliers de km avant d’atterir au port de Cotonou et receptionné par la gendarmerie et gardé pendant des heures, on médiatise le tout sans enquette sérieuse et on attribue une infraction directement au président du conseil d’administration de la société à laquelle le conteneur est adressé.
      Si demain vous-même un colis de drogue vous soit adressé, entenderiez-vous qu’on vous emprisonne sans preuve?
      Vous voyez bien que tout cela vous dépasse.
      Talon fait preuve d’une méchanceté gratuite pour détourner les attentions et piller allègrements les maigres ressources du pays. Il finira très mal.

  5. Avec Talon nous sommes désormais dans un Etat d.é.l.in.qu.ant et g.ang.s.ter. Pour avoir suivi le théâtre de la CRIET avec le metteur en scène Ulrich Togbonou, je comprends pourquoi Talon parle de désert de compétence. Il en est la preuve vivante et irréfutable. Si non comment comprendre que quelqu’un qui a voulu faire le moral du droit aux autres puisse violer allégrement les textes et lois de la République parce qu’il doit faire un job pour un Individu. Que les avocats de Ajavon aillent jusqu’au bout. De toutes les façons, la CRIET est désormais illégale, lui-même l’est aussi. Si Médiapart pouvait venir nous aider au Bénin à faire des investigations sur Togbonon, Djogbenou et autres nous comprendrons mieux leur mission á la tête de ces institutions. Togbonon allez demander encore conseils auprès des procureurs Constant Amoussou et Justin Gbènameto. Et pourtant Mme Sévérine Lawson vous avait fait des cours de droits lors de sa déposition.

  6. “Un Etat qui s’oppose à une décision de justice est un Etat *****”
    dixit Patrice TALON face à Lionel ZINSOU. Une fois au pouvoir, il fait exactement le contraire de ce qu’il dit.

    D’abord, alors que la procédure dans le dossier PVI est toujours en cours, il fait arrêter la procédure, et s’attribut le contrat au mépris des intérêts du pays qu’il a juré sur serment de défendre les intérêts.

    Aujourd’hui, face à une décision de justice, claire et incontestable, il refuse de respecter la signature de l’Etat bénin. Cet homme est ***** d’être Président. ************.

  7. Les avocats de komi….devant le juge..espagnol..auront plus d’arguments solides..pour prouver…que cette criet..est illégitime….et constitue dans son fondement..dans son esprit et sa philosophie..un outils politique pour precécuté….ceux qui dérangent…

    Ici ..c’est la passivité…des beninois que nous sommes…devant l’injustice..

    C’est notre soumission…qui fonde..la légitimité à la criet..

    A supposer..que personne..les suspects,(encore..?)..les avocats..refusent systématiquement de déferrer devant cette dite cour…que se passera t il…..?…elle disparaitra d’elle meme..puisqu’on ne peut envoyer..tout le monde en prison….

    • Aziz, notre Komi sera bientôt libre car les pays comme l’Espagne ne se font pas complices des Etats dé.li.qu.ants. Une èniéme raclée attend la rupture et son chantre. wait and see.

  8. Le Bénin est devenu une république bananière, Talon fait le contraire de tout ce qu’il a promis, il n’est pas honnête, il pense que le peuple est bête, il sera sanctionné pour les prochaines élections législatives

  9. Patrice TALON *** la constitution du Bénin en s’opposant à la mise en application d’une décision issue d’un engagement international de notre pays.

    Cet acte est un ***, comme il en a eu tant d’autres.

    Tôt ou tard, Patrice TALON comparaîtra devant un tribunal. Et tous ceux qui le soutiennent, en répondront au tant que lui. Quoi qu’il en soit, c’est un défi qu’il lance à la jeunesse béninoise, et ce défi sera relevé!!!

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom