C’est une scène incroyable à laquelle les sud-africains ont pu assister hier, à l’occasion d’une séance de questions-réponses organisée au Parlement. En effet, un ancien membre du parti de l’ANC a directement accusé Cyril Ramaphosa, le président sud-africain, d’avoir été un agent ayant œuvré au service du régime de l’apartheid.

Loading...

Dans les faits, Ramaphosa est directement accusé d’avoir dénoncé certains de ses camarades activités, en 1974. Cette collaboration avec le régime lui aurait permis de renégocier les termes de son emprisonnement et obtenir de fait, une sortie plus rapidement que prévu. Des accusations surprenantes, qu’a nié en bloc le président actuellement en place. « Je peux assurer que je n’ai jamais été un espion, je n’ai jamais travaillé avec l’ennemi. Tout ce que j’ai fait dans ma vie a été pour le peuple sud-africain, c’est tout… » s’est-il ainsi justifié.

Ramaphosa, espion au service de l’apartheid ?

Des propos qui ont toutefois été nuancé puisque quelques secondes plus tard, Ramaphosa a reconnu avoir été en contact avec les services de renseignements de l’époque, notamment suite à sa sortie de prison. Selon ses déclarations, il aurait été invité par le régime à « collaborer avec eux », chose qu’il aurait refusé, assurant ne jamais « vouloir trahir son peuple ». Faisant le rapprochement avec Nelson MandelaRamaphosa a mis en garde, assurant qu’il était dangereux de lui faire le même procès.

Des explications qui n’ont toutefois pas convaincu l’opposition. Ainsi, le leader du parti EFF, Julius Malema, a décidé de demander l’ouverture d’une commission d’enquête chargée de faire la lumière sur ces accusations. Une manière pour lui de rappeler que son parti ne laisserait rien passer, surtout concernant le douloureux sujet de l’apartheid.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom